Aventurier Errant

Aventurier Errant

Autre nom : Virulence
Catégorie : Destroyer de classe Impérial II
Classe : Croiseur (a servi de station de contrebande)
Constructeur : Kuat Drive Yards
Prix : 145 millions de crédits
Longueur : 1600 m

Armement : Super-laser, canons à ions, rayons tracteurs, batteries de turbolasers lourdes et légères
Contenance : Jusqu’à 30 cargos légers et 144 chasseurs
Équipage : 12.000 (après la bataille de Thyferra), 4.780 (au cours de l’invasion Yuuzhan Vong)

Commandants : Joak Drysso, Lakwii Varrscha (en tant que “Virulence”), Booster Terrik (en tant que “Aventurier Errant”)
Affiliations connues : Empire Galactique, équipage de Booster Terrik, Nouvelle République, Alliance Galactique
Particularité : Coque repeinte en rouge, ajout d’un super-laser

I – Au service de l’Empire :

Baptisé “Virulence” lors de sa sortie de chantier naval, ce destroyer stellaire de classe Imperial II fut affecté au commandement du capitaine Joak Drysso, un fervent patriote du Nouvel Ordre. Les premiers états de service de ce bâtiment de la marine impériale ne nous sont que très peu parvenus, nous avons donc un trou après sa sortie des chantiers navals, quelque temps après la victoire rebelle de Yavin et la Bataille d’Endor. Lorsque Drysso assista impuissant à la destruction de l’Executor, plongeant sur la Seconde Étoile de la Mort, il fut l’un des premiers officiers à ordonner la retraite aux troupes placées sous ses ordres, avant même que l’amiral Gilad Pellaeon ne donne l’ordre général de repli. Après ça, il se rallia à la Directrice de l’Intelligence Impériale, Ysanne Isard, qu’il estimait digne de prendre la place laissée vacante par l’Empereur. Le Virulence rejoignit donc la garnison de Coruscant et y resta cantonné pendant deux ans. En l’an 6 ABY, la Nouvelle République projetait de s’emparer de Coruscant qui représentait alors la clé pour s’affirmer en tant que gouvernement galactique légitime. La Directrice Isard ne s’y opposa pas, au contraire, cela lui permit de mettre en branle son plan contre la future présence républicaine et elle quitta la planète presque sans coup férir avec le super destroyer stellaire Lusankya, auquel vinrent s’ajouter trois destroyers stellaires, l’Avarice, le Corrupteur et le Virulence. Cette flotte rejoignit Thyferra, laissant la Nouvelle République aux prises avec le virus Krytos, petit cadeau de bienvenue à leur attention laissé par Isard dans la planète-capitale. Isard ne choisit pas Thyferra par hasard car cette planète était l’unique centre de production de bacta dans toute la galaxie, qui dans le cas présent, était la seule substance capable de contrer le Krytos.

L'Aventurier Errant, alors baptisé

L’Aventurier Errant, alors baptisé “Virulence”, du temps de l’Empire Galactique.

L’embargo sur le bacta imposé par Ysanne Isard à la galaxie amena directement à un épisode de la Guerre Civile Galactique connu sous le nom de Guerre du Bacta (7 ABY), qui vit s’affronter la flotte de l’ex-Directrice Isard à l’escadron Rogue, de la Nouvelle République. En poste en orbite de Thyferra, Joak Drysso fut promu capitaine du Lusankya et laissa le commandement du Virulence au capitaine Lakwii Varrscha, une des rares femmes officiers de l’Empire. Ce fut sous son commandement que le Virulence changea de propriétaire, lorsque Ysanne Isard l’envoya avec le Lusankya détruire la base des Rogues, une station spatiale cachée dans le système de Yag’Dhul. Une fois la flotte impériale rendue sur place et pensant remporter une victoire facile et rapide, elle se rendit compte qu’elle venait d’être attirée dans un piège, tendu par les Rogues en personne. Les destroyers faisaient face à une station spatiale qui immobilisait le Lusankya au moyen de plusieurs rayons tracteurs et les ciblait avec quelque trois cents tubes lance-missiles. Le Capitaine Drysso ordonna au Virulence de manœuvrer pour qu’il se mette entre la station et le super destroyer, afin de lui permettre de s’échapper, ce qu’il réussit à faire. Prisonnière des rayons tracteurs, le capitaine Varrscha accepta de se rendre et le Virulence fut arraisonné par les troupes de la station, sous les ordres du contrebandier Booster Terrik et de l’officier de la Nouvelle République, Pash Cracken. Après la capture de ce bâtiment, Terrik et Cracken partirent pour Thyferra, où ils participèrent avec succès à la capture du Lusankya et à la fin de la Guerre du Bacta.

II – Entre les mains de Booster Terrik :

Après quoi Booster Terrik parvint à négocier le Virulence avec la Nouvelle République, qui lui concéda le commandement du bâtiment à titre privé, mais à condition de le désarmer partiellement, qu’il soit en règle avec les standards civils en vigueur concernant l’armement. Il faut dire que malgré son aide, Booster restait un contrebandier et le général Cracken n’était pas très emballé par l’idée de laisser un tel navire entre les mains d’un hors-la-loi reconnu et qui avait déjà été emprisonné par le passé. Mais Terrik ne s’en sortit pas si mal, l’armement qu’il dut désinstaller, il le revendit à la Nouvelle République pour un montant de plusieurs millions de crédits, dont Talon Karrde le soulagea au passage en partie, pour sa généreuse médiation dans cette affaire opposant le contrebandier à la Nouvelle République. Une fois en possession du destroyer stellaire, Booster Terrik le renomma et le Virulence laissa place à l’Aventurier Errant, un bâtiment dédié non pas à préserver l’ordre dans la galaxie, mais à servir de plate-forme aux activités de contrebande, à l’information et à tout ce qui a trait plus ou moins légalement au commerce. Un des souhaits de Terrik concernant sa nouvelle acquisition fut de faire repeindre le vaisseau en rouge pour atténuer les liens avec le passé impérial du bâtiment, à défaut de pouvoir changer la forme si caractéristique de cette gamme de destroyers. Mais outre les difficultés qu’il eut à se fournir en peinture (il lui faudrait plus de 10 ans pour le repeindre entièrement – voir image de profil), il découvrit aussi les joies de la maintenance d’un tel vaisseau, surtout avec un équipage bien en dessous du minimum requis pour le faire fonctionner. Deux ans après la Guerre du Bacta, l’Aventurier Errant collabora à nouveau avec l’escadron Rogue en lui fournissant un appui dans le conflit avec Ysanne Isard, en définitive pas morte sur Thyferra, comme ils le pensaient à l’époque. C’est aussi à ce moment-là, une fois cette petite crise terminée, que la légitimité de Terrik à posséder l’Aventurier Errant fut remise en cause, notamment par le Conseiller Borsk Fey’lya de la Nouvelle République qui n’a jamais digéré le fait que Cracken laisse ce destroyer aux mains du contrebandier. À ce propos, durant la Campagne du Grand Amiral Thrawn (9 ABY, très peu de temps avant la réapparition d’Isard), Fey’lya avait déjà en tête de récupérer l’Aventurier Errant, mais Terrik, qui avait flairé le coup, avait réussi à échapper aux radars afin d’éviter d’être obligé de céder son navire à la Nouvelle République, qui manquait cruellement de vaisseaux face à l’armada de Thrawn. Lors de l’annonce de la mort du Grand Amiral, il crut d’ailleurs à une ruse pour le forcer à se dévoiler. Sa fille Mirax tenta le compromis en déclarant à Fey’lya que Booster céderait le destroyer en échange du grade d’amiral, ce qui eut le don d’agacer autant le contrebandier que le politicien.

Mais malgré tout, Booster Terrik garda le commandement de l’Aventurier Errant et son indépendance. Il lança de grands travaux de remaniement du vaisseau afin d’optimiser l’espace pour les activités commerciales qui se déroulaient à bord ; à l’extérieur en faisant ajouter plusieurs plateformes d’accostage, et à l’intérieur, en créant une grande zone dédiée au commerce et au débit de boissons, le tout réparti sur trois ponts :

 – Le Pont Noir, destiné aux hommes d’équipage, à la vermine, aux canailles, aux crapules, aux hors-la-loi et autres escrocs, qui constituent un vivier d’informations des plus conséquents et des plus profitables.

 – Le Pont Bleu, destiné aux trafiquants et aventuriers, la clientèle principale des commerçants de la Rue du Commerce, elle-même située sur ce pont.

 – Le Pont Diamant, qui accueille les riches oisifs, les joueurs professionnels et la racaille “haut de gamme”.

Encore deux ans plus tard, en l’an 11 ABY, lors de l’enlèvement de sa fille, Mirax Terrik, Booster constata que l’état, déjà peu encourageant de son vaisseau, devenait de plus en plus lamentable. Les pannes techniques se multipliaient à vitesse grand V, l’armement ne fonctionnait presque plus et les boucliers déflecteurs tombaient presque systématiquement en rade. Ces problèmes s’aggravèrent davantage pendant les quelques années qui suivirent. Peu avant 19 ABY, près de la moitié des équipements et des fonctions de l’Aventurier Errant étaient en rade, Booster Terrik engagea deux cents techniciens Verpine pour qu’ils planchent sur le problème. Mais malgré l’intervention de ces techniciens et ingénieurs hors pair, c’est grâce à la Nouvelle République, alors au bord de la guerre civile, que l’Aventurier Errant fut entièrement révisé et réparé. Même son armement fut à nouveau restauré selon ses standards de conception. La raison était que la Nouvelle République avait besoin d’un vaisseau capable d’infiltrer le territoire impérial sans attirer l’attention. Booster accepta de coopérer mais en posant ses conditions ; les réparations se feraient aux frais de la Nouvelle République, l’armement ne serait pas désinstallé après cette mission si le destroyer revenait, et les dégâts éventuels que le vaisseau subirait lors de sa balade en territoire ennemi seraient eux aussi réparés aux frais de la Nouvelle République. N’ayant pas réellement le choix, la Nouvelle République accepta les conditions du contrebandier.

L'Aventurier Errant, un vaisseau à la carrière incroyablement longue

L’Aventurier Errant, un vaisseau à la carrière incroyablement longue.

Sa mission pour le compte de la Nouvelle République s’étant soldée par un succès, au vu des Accords de Bastion qui mirent officiellement fin à la Guerre Civile Galactique, Booster put enfin se lancer dans son fameux projet de peinture, en lançant les travaux destinés à rendre la coque du destroyer intégralement rouge. Au passage, l’Aventurier Errant reprit tranquillement sa vie, entre ses fonctions commerciales et son statut de plaque tournante de l’information. Puis éclata la guerre contre les Yuuzhan Vong (25 – 29 ABY), qui menaça la galaxie toute entière. Aussi peu enclins que sont les contrebandiers à prendre parti, dans le cas présent, ils furent bien obligés de se ranger du côté des défenseurs et dès lors, l’Aventurier Errant intégra les rangs des armées Jedi et néo-républicaines puis sur la fin de la guerre, il rejoignit la flotte de l’Alliance des Contrebandiers dont il constitua le plus gros bâtiment. Pour en revenir à la guerre contre les Vong, l’Aventurier Errant permit aux Jedi de trouver refuge après la chute de Yavin IV (26 ABY) et s’illustra particulièrement au combat au cours de plusieurs batailles : celle de Borleias (27 ABY, où une bonne partie de l’armement du Lusankya lui fut transféré), la victoire majeure d’Ebaq IX (28 ABY) ou encore la victoire finale lors de La Bataille de Yuuzhan’tar (29 ABY).

III – Des Temps de Retraite :

Après tous ces événements, le vieux destroyer retrouva sa vie “paisible”, parcourant les systèmes au gré des envies de son Capitaine. Il connut bien quelques sensations fortes lors de la Seconde Guerre Civile Galactique (40 – 41 ABY) où il s’établit non loin de Corellia, alors sous blocus de l’Alliance Galactique, ou encore durant la crise qui ébranla l’Alliance Galactique par le retour des Sith et les manigances d’Abeloth (42 – 44 ABY), mais il ne prit pas part aux combats, se contentant de son rôle premier, à savoir marchander les informations. Après quoi, les données le concernant se perdent et nul ne sait ce qu’il advint de l’Aventurier Errant, mais une chose est sûre, lors de la Seconde Guerre Civile Impériale (130 – 137 ABY), plus personne ne l’avait revu depuis bien longtemps.

Liste des œuvres :

Romans :
– La série “X-Wings”
– “Moi, Jedi”
– “La Main de Thrawn”
– “Une Question de Survie”
– “Le Nouvel Ordre Jedi”
– “L’Héritage de la Force”
– “Le Destin des Jedi”

BD/Comics :
– “Nouvelle République : Union”

Guides et encyclopédies utilisés en supplément :

– Scum and Villainy
– The Complete Star Wars Encyclopedia
– The New Essential Guide to Characters
– The New Jedi Order Sourcebook

 

Auteur : Alpha-17
Date de mise en ligne : 03/01/2020

Cette fiche a été lue 319 fois

Les commentaires sont fermés.