Carrick, Zayne

Zayne Carrick

Espèce : Humain
​Genre : Masculin
​Naissance : 3.982 BBY – Phaeda
​Mort : Inconnue
​Taille :
​Description physique :
– Peau claire
– Cheveux bruns
– Yeux marrons

Fonction : Padawan, hors-la-loi
​Maîtres : Vandar Tokare (en tant que novice), Lucien Draay
​Affiliation : Ordre Jedi, République Galactique, Indépendant
​Arme : Sabre laser (un à lame jaune puis un autre à lame bleue)

I – Enfance :

Zayne était issu d’une famille modeste de Phaeda, dans la Bordure Extérieure. Son père, Arvan Carrick, travaillait dans une banque dite «paumée» et vivait avec sa femme, Reiva, ainsi que ses quatre filles et bien sûr, Zayne. Mais sur Phaeda, Zayne ne vécut guère longtemps en compagnie de sa famille. Rapidement, il fut identifié par un Jedi (dont on ne connait le nom), qui l’amena à l’Enclave de Dantooine. C’est donc le Grand Maître Vandar Tokare qui prit en charge la formation du jeune Carrick, en compagnie d’autres élèves avec lesquels il se noua d’amitié : Shad, Kamlin, Oojoh et Gharn. Zayne passa donc toute son enfance sur Dantooine, à étudier les arts Jedi. Lorsqu’il fut jugé prêt à devenir padawan de l’Ordre Jedi, qu’il devint l’apprenti du Chevalier Lucien Draay et fut envoyé avec ses amis sur Taris. C’est sur cette planète qu’il fut formé, tant bien que mal, pour devenir chevalier Jedi à part entière. C’est également sur Taris qu’il se découvrit une passion pour les courses de swoop et des duels, une discipline très répandue sur ce monde. Zayne avoua même plus tard que s’il n’avait pas été padawan, il serait bien devenu coureur de swoop.

Zayne enfant sur Dantooine.

II – Trahison :

Un jour, Zayne fut chargé de capturer un célèbre Snivvien businessman (et hors-la-loi) du nom Marn Hierogryph, surnommé Gryph dans le milieu. Déguisé en marchand d’armes, Zayne tenta de lui tendre un piège en se faisant passer pour un client prêt à vendre des packs énergétiques pour pistolaser, provenant d’un vaisseau de guerre républicain. Le Snivvien mordit à l’hameçon, et Zayne passa aussitôt à l’action en lui saisissant le bras par surprise. Malheureusement, la capture ne se passa pas comme prévue : en effet, le déguisement du jeune Jedi comportait un fauteuil à rétro-propulseurs qui lui permettaient de léviter. Ainsi, Hierogryph en profita pour dérégler le siège et ce dernier se mit alors à foncer en ligne droite, emportant Zayne dans sa course folle en direction du vide. Il fut sauvé d’une chute mortelle par Alek Squinquargesimus, un Jedi célèbre pour être l’élève de Revan, le fondateur du mouvement des Revanchistes. Alek lui dit qu’il était envoyé par Lucien pour le récupérer. Zayne et lui discutèrent un peu, et au cours de cette conversation, Alek ne manqua pas de mettre en avant les ambitions des Revanchistes, à savoir écraser les mandaloriens. Bien que Zayne n’approuvait pas de telles pensées, Alek lui apprit que selon lui, un destin plus grand qu’il ne pensait avoir l’attendait. Quelques jours plus tard, Zayne retrouva les traces de sa cible : le Snivvien qui l’avait ridiculisé auparavant. Il réussit à se faufiler dans son entrepôt et à éliminer les droïdes sentinelles s’y trouvant. Gryph, qui s’apprêtait à faire affaire avec d’autres individus peu recommandables, tenta de s’enfuir tout en balançant des bidons de déchets sur son poursuivant. C’est alors qu’une petite course poursuite s’ensuivit dans les ruelles de Taris, sans que Zayne ne parvienne à rattraper sa cible. Victime, comme à son accoutumée, de malchance, il se fit éjecter d’une échelle, et traversa la verrière d’une immense salle de banquet (où se tenait une petite fête entre les Jedi de Taris), où il atterrit aux pieds de son maître Lucien Draay. Lucien ne semblait pas avoir une haute estime de son padawan et ne manquait pas de lui rappeler qu’il le décevait souvent. Une nouvelle fois, Zayne fut victime d’un rappel à l’ordre pour son retard et les dégâts causés. Lucien lui révéla qu’il préparait son passage au rang de Chevalier et que la cérémonie se passerait le soir même. Ses camarades de promotion l’aidèrent à se remettre de ses émotions dues à sa chute : Shad, avec qui il semble entretenir un fort lien d’amitié et la sœur de ce dernier, Shel, simple civile, que Zayne portait dans son cœur.

Ayant causé de lourds dégâts durant sa chute, Zayne fut sommé de dédommager le responsable du bâtiment dans lequel le banquet s’était passé, tandis que les maîtres quittaient la pièce. Ses deux camarades lui donnèrent un peu d’argent pour alléger la somme. C’est lorsqu’il se retrouva seul face à la vitre cassée par laquelle il était passé qu’il remarqua Gryph en pleine affaire dans une rue en contrebas. Sans attendre ce dernier s’élança à sa poursuite sans payer le responsable du bâtiment. N’ayant pas remarqué l’arrivée du jeune homme, le Snivvien se fit immobiliser sans avoir le temps de réagir. Pour s’en sortir, Gryph tenta de jeter son argent fraîchement gagné pour créer une émeute. L’émeute permit à Gryph de se dégager une fois que Zayne eût lâché prise. Néanmoins, il ne pu s’enfuir que sur quelques mètres avant que Zayne ne l’immobilise grâce à la télékinésie. Sans perdre une seconde, Zayne l’embarqua dans un speeder en direction du temple Jedi, où il devait rejoindre les autres pour la cérémonie d’adoubement. Une fois arrivé sur place, le padawan attacha le Snivvien au speeder, pour ensuite foncer vers l’entrée du temple. Bien que Gryph et Zayne étaient rivaux, on pouvait sentir qu’un certain lien amical s’était tissé entre eux au fil du temps. En effet, Gryph appréciait mettre en évidence (et ce gentiment) l’incompétence du jeune homme et ne s’était jamais réellement montré agressif en son égard. Tandis que Zayne, lui,  n’avait pas hésité à discuter avec Gryph lorsqu’ils se rendaient au temple, où il lui avait confié qu’il y avait peu de chance qu’il soit adoubé… Lorsqu’il arriva, en retard comme bien souvent, dans la salle de cérémonie du temple,  il se retrouva confronté à une scène macabre et inattendue : Ses quatre amis qui devaient être adoubés en cette soirée, étaient étendus de tout leur long sur le sol, morts, tandis que leurs maîtres se tenaient face à eux, sabres laser fonctionnels : les maîtres venaient de tuer leurs élèves. Pris de panique, Zayne prit la fuite quand son maître lui annonça qu’il était en retard. Malgré la rapidité des Jedi, Zayne parvint à distancer les maîtres Jedi et à rejoindre le speeder, où Gryph était toujours attaché. Sans plus tarder, esquivant de justesse une attaque de la maître Togruta Raana Tey, le duo réussit à quitter le hangar dans lequel ils s’étaient garés, par le conduit de l’ascenseur précédemment explosé par Lucien Draay lors de l’échappée de son apprenti. Ils parvinrent à rejoindre la ville explosant une vitre du temple.

Zayne face aux Jedi meurtriers de Taris.

III – Ennemi public :

Bien qu’étant parvenu à quitter le temple, Zayne et son prisonnier n’étaient pas encore tirés d’affaire : poursuivis par deux speeders, ils n’avaient pas d’autre choix que de tout tenter pour échapper à leurs tortionnaires, au risque de perdre la vie. Durant leur fuite, le speeder de Carrick pénétra dans une école d’ingénierie en explosant une vitre, alors que des élèves étaient en plein cours. L’engin finit sa course dans le vide-ordure du réfectoire, faisant croire qu’ils s’étaient enfuis en explosant une nouvelle vitre avec leur speeder. Il s’avéra que le vide-ordure les amena tout droit vers les bas-fonds de Taris. Une fois remis sur pieds, une dispute éclata entre Zayne et Gryph. Ce dernier, qui voulait fuir son porte poisse, mit en doute l’innocence de Zayne tout en le menaçant avec son propre sabre le temps qu’il réfléchisse à la situation. Comme argument de défense, Zayne affirma qu’il ne pouvait tuer ses amis et que, quand bien même il aurait voulu le faire, il n’aurait pas réussi, n’ayant même pas réussi à capturer le Snivvien. Pendant une fraction de secondes, Gryph fit usage du sabre laser, non pas pour s’en prendre au padawan, mais pour découper un droïde de surveillance. Suite à son intervention, une annonce publique passa via un grand écran. Cette annonce, diffusée en Sullustéen, désignait Zayne comme tel : “padawan déchu qui a tué ses camarades, il est un fugitif armé et détraqué qui est accompagné d’un complice considéré comme étant un truand à la petite semaine“. Cette annonce contraignit les deux fugitifs à travailler à ensemble, devenant ainsi associés par obligation… A présent fugitifs, ils durent se déplacer en ville le plus discrètement possible pour ne pas se faire remarquer, ce pourquoi ils décidèrent d’aller boire un verre dans un pub Kedorzahn. Selon Gryph, les membres de cette espèce passaient leur temps à la mine. Ainsi, leur vision était troublée par la lumière du jour, permettant ainsi aux deux hors-la-loi de se mouvoir dans la foule sans avoir à être paranoïaques. Pendant leur pose collation, les holo-infos diffusèrent les dernières nouvelles sur l’affaire du Jedi fugitif : celles-ci s’adressaient aux familles. Zayne sembla éprouver une profonde tristesse, car il ne pouvait plus désormais parler à Shel (la sœur de Shad son défunt ami), pour laquelle il éprouvait une grande affection. En apprenant que leurs têtes étaient mises à prix, Zayne et Gryph décidèrent de s’entraider pour quitter la planète et enquêter sur ce qu’il était arrivé à ses amis. Leur nouvel objectif : Ossus, la capitale Jedi.

Leur escapade les conduisit dans une benne à ordure remorquée par un immense animal quadrupède à la peau verte. Zayne s’autorisa un petit somme et fit un rêve bien atypique : il était dans un vaisseau, en compagnie de ses camarades Jedi, tous habillés en tenue pressurisée rouge écarlate. Une scène du passé. Un entraînement qu’il avait vécu avec ses compagnons d’armes, dans le vide spatial, son dernier entraînement auprès de son mentor Lucian Draay. Ce dernier leur dit à tous de mettre leur casque, et Zayne fut projeté hors du vaisseau dans un champ d’astéroïdes… avant d’être réveillé par Gryph. Les deux compagnons de bonne fortune vivaient dans une hygiène déplorable depuis les récents événements : en effet, leurs discussions tournaient à présent autour de bonnes douches et de repas qu’ils rêvaient d’avoir. Un des deux Wookiees qui chevauchait la créature poussa un hurlement à l’intention de Gryph et de Zayne. Gryph en conclut qu’il était temps de descendre du “transport”. Mais à peine avaient-ils quitté la benne que des membres du gang des Vulkars les interceptèrent. Le Snivvien annonça alors qu’il avait encore des progrès à faire en traduction : le grognement du Wookiee voulait dire : attention. Les bandits ne tardèrent pas à remarquer qu’il s’agissait des deux fugitifs activement recherchés par les autorités à la surface. Cette nouvelle situation les mit alors dans l’embarras, ils ne pouvaient pas se permettre de se faire prendre ainsi. Usant de ses connaissances sur le monde du crime de Taris, Gryph tenta de manipuler les hommes de mains du gang en leur faisant croire que leur patron, Benno, serait très contrarié du délai qu’il lui faudrait pour encaisser la prime auprès du procureur, et qu’il lui faudrait passer par tout un tas de paperasse administrative. Il ajouta qu’il y avait d’autres solutions pour eux de faire “leur beurre”… Il leur raconta que les Wookiees, qui les avaient cachés dans leur benne, transportaient des épices dans la doublure de leur harnais. Zayne ne manqua pas de signaler qu’il était en total désaccord avec cette manipulation, qui avait porté préjudice à des gens qui les avait aidé. Ils purent alors quitter les lieux en profitant de l’agitation engendrée par l’énervement de la grande créature verte. Mais c’est ici que Zayne et Gryph se rendirent compte que leurs avis et leurs façons d’agir étaient différents et que cela pouvait créer polémique à l’avenir. L’instant suivant, l’escroc à poils annonça qu’au moment où Zayne dormait, il avait fait en sorte d’amener les Jedi sur une fausse piste pour les mener dans le territoire des Rakghouls.

Zayne et Gryph aux prises avec le gang des Vulkars.

IV – Une nouvelle famille :

Gryph les mena un niveau plus haut, dans une décharge appelée “la Fourche”. La Fourche était un ancien quartier complètement rasé où le gouvernement de Taris avait souhaité rénover à l’époque. Cependant, ce projet n’aboutit jamais, et il n’en restait plus qu’une immense décharge. C’est ici que Zayne sectionna sa tresse de padawan sur demande de son compagnon, afin de passer plus facilement inaperçu aux yeux des autres. Bien qu’ayant accepté de la couper, le jeune homme se considérait toujours comme un Jedi et il était bien déterminé à élucider cette histoire et revenir auprès des siens. Leur arrivée à la Fourche n’était pas un simple hasard. En effet, Gryph avait des contacts là-bas : “des anciens associés”, prétendait-il. C’est à ce moment qu’une avalanche de débris s’écroula sur Gryph. En un instant, Zayne se jeta sur lui pour le sauver d’une mort certaine et peu enviable. A peine relevé, Zayne reçu un violent coup d’électro-staff de la part d’une inconnue. Le combat avec la jeune Arcanienne à la peau blanche fut engagé, mais durant le combat, Zayne se fit toucher à l’épaule droite par cette mystérieuse arme et le choc paralysa son bras. Gryph s’interposa aussitôt entre les deux combattants et engagea la discussion avec l’inconnue, qui semblait finalement avoir un nom : Jarael. La discussion qui s’en suivit apprit au jeune homme que ce qu’il avait vécu au Temple avait eu de graves conséquences, notamment la délocalisation de diverses compagnies industrielles sur d’autres planètes plus sûres. Jarael conduisit les deux fugitifs auprès d’un vieil homme nommé Campeur, lui aussi Arcanien. Aussitôt, Gryph tenta de marchander avec lui mais l’échange fut bref, car Campeur ne souhaitait absolument pas avoir affaire avec eux. Une dispute éclata entre Jarael et Zayne, mais la rixe fut interrompue lorsqu’un vaisseau fit éruption juste au dessus d’eux : Les Jedi avaient retrouvé Zayne. Jarael embarqua dans un vieux cargo et invita indirectement Zayne à les suivre, elle et Campeur, Gryph n’ayant pas attendu son invitation pour se réfugier dans le vaisseau… Une fois à bord, Campeur fit décoller l’appareil : “le Dernier Recours“. En orbite de Taris, Carrick commença à se posa des questions au sujet du vaisseau : où étaient donc les boucliers et l’ordinateur de bord ? Mais la réponse du vaisseau précéda celle de Campeur lorsque ses systèmes s’éteignirent et paralysèrent le vaisseau, ce qui permit aux autorités de Taris de les intercepter.

Cependant, Campeur était loin de s’avouer vaincu. Zayne alluma son sabre pour l’éclairer, afin qu’il puisse bidouiller le cargo. Grâce aux manipulations du vieux mécanicien, le Dernier Recours pu s’enfuir à travers un champs d’astéroïdes, échappant ainsi à l’arrestation du groupe. Une fois hors de danger, Zayne tenta de clamer son innocence auprès de leur sauveur, sans grand succès. Cependant, les deux Arcaniens décidèrent malgré tout de les garder avec eux le temps de retrouver une nouvelle cachette. Zayne tenta le tout pour le tout et appela via le système de communication son mentor de toujours : le grand maître Vandar Tokare, membre du conseil de l’enclave de Dantooine, dans l’espoir qu’il puisse lui venir en aide. Zayne tomba d’abord sur une une Jedi inconnue. Lorsqu’il lui déclara son identité, elle lui transmit aussitôt la fréquence de Vandar Tokare. Rapidement, Tokare demanda à Zayne ce qui avait pu le pousser le jeune apprenti à commettre de tels actes, surtout assassiner des personnes avec lesquels il avait grandi. Zayne avoua tout : son innocence, le meurtre des apprentis causé par les maîtres et le fait qu’ils voulaient l’abattre afin qu’il ne parle pas. Néanmoins, le Conseil était réticent : en effet, il ne pouvait quand même pas croire les aveux de l’ex-apprenti. Le maître Lucien Draay, membre d’une lignée honorable, ne pouvait commettre de tels actes de barbarie. Vandar sentit malgré tout l’honnêteté du jeune homme, qu’il pensait amnésique et malade : peut-être n’avait-il pas eu conscience de ce qu’il avait fait ? Il expliqua alors aux autres membres du Conseil que Zayne avait succombé au Côté Obscur de part son inexpérience et sa faible affinité avec la Force. Il proposa à Zayne de retrouver un Jedi Consulaire sur Taris pour soigner son esprit malade. Zayne en fut soulagé : le maître Tokare semblait prêt à l’écouter et l’aider… Mais à cet instant, il sentit un violent coup le frapper par derrière : Jarael venait de lui porter un coup d’électro-staff dans la nuque. Elle coupa la communication qu’elle jugeait trop dangereuse et laissa le padawan inconscient au sol durant plusieurs minutes. Lorsqu’il reprit ses esprits, Zayne sentit que les maîtres avaient retrouvés leurs traces. D’après les radars, un transporteur de troupes et quelques petits vaisseaux les poursuivaient. Heureusement, Jarael avait ramené le vaisseau dans la ceinture d’astéroïdes, qui n’en était sortit que pour contacter le Conseil Jedi. Zayne te Jarael retrouvèrent Gryph coincé dans un scaphandre au fond de la soute et l’aidèrent à sortir.

Zayne prend contact avec le Conseil Jedi pour clamer son innocence.

C’est alors que Zayne releva un élément étrange au sujet des maîtres Jedi présents sur Taris : Quatre des cinq maître étaient des consulaires, excepté Lucien Draay. Quatre consulaires spécialisés dans le soin, la recherche et… la voyance. Étrange d’avoir quatre voyants basés au même endroit, qui plus est sur un monde comme Taris. Ainsi, afin d’obtenir des renseignements, il décida de retourner au dernier endroit où lui, ses camarades et les maîtres s’étaient tous réunis pour la dernière fois : la lune Rogue. Il se remémora cet événement, un entraînement très particulier : Il s’agissait de leur dernière épreuve en tant que padawan, où ils devaient se laisser guider par la Force pour parvenir à terminer leur mission en apesanteur dans une sorte de combinaison pressurisée rouge écarlate. Après de brèves explications et une mise en garde de Lucien à propos de la dangerosité de l’exercice, ils furent lâchés du vaisseau et atterrirent sur la lune grâce à la gravité. La lune Rogue possédait une rotation inverse aux débris qui l’entouraient. Ainsi, des milliers de débris tombaient chaque minutes sur la lune, faisant de ce lieu en endroit en équilibre permanent entre la sérénité et l’anéantissement. Il cessa de penser au passé et partit explorer de nouveau la lune en compagnie de Jarael, lui toujours vêtu de son scaphandre rouge, elle d’une combinaison personnelle. Zayne fit connaître la nature de l’exercice à la jeune femme : ils avaient dû rejoindre leurs maîtres assis au sommet d’une falaise, et cela lui aurait prit toute une matinée. Il continua en précisant que les maîtres avaient été protégé par un bouclier, installé par un droïde du nom de T1-LB. A cet instant, Zayne sauva Jarael d’une mort certaine en l’éjectant de la trajectoire d’un débris. De ce que savait Zayne, T1-LB était tombé de la falaise et avait été détruit. Il se donna pour mission de le retrouver, ce qui ne prit pas longtemps : la carcasse du droide était très amoché, mais la faible gravité n’avait pas trop endommagé les composants. Sans doute était-il réparable ? Malgré le piètre état de ce dernier, ils réussirent à dénicher la mémoire holographique du mastodonte métallique. Zayne comprit de suite que le droide n’avait pas chuté : on l’avait poussé du haut de la falaise. C’est alors que surgit depuis un transport le maître de Zayne, Lucien Draay, accompagné de soldats lourdement armés.

Lucien n’hésita pas à sermonner le jeune garçon en lui répétant que son crime allait être lourdement puni. Zayne ne se laissa pas abattre pour autant et invita Jarael à se plaquer au sol avec lui. Dans le secondes qui suivirent, le Dernier Recours arriva et fit feu sur le vaisseau républicain, déstabilisant les assaillants. Zayne parvint à récupérer les morceaux de LB pour les ramener dans le vaisseau cargo . Gryph demanda s’il pouvait tuer Draay grâce aux canons de l’engin, ce à quoi Zayne répondit : Non, je n’ai jamais tué personne… et je ne vais pas commencer maintenant. Celui-ci était déterminé à découvrir ce qu’il s’était passé et à partager la vérité aux yeux de tous. Une fois à l’abri au sein de la ceinture d’astéroïdes dans laquelle ils s’étaient cachés quelques heures plus tôt, Zayne participa, avec la précieuse aide de Campeur, à la reconstruction du droïde LB. Lorsque le travail fut terminé, Zayne et ses amis assistèrent à la rediffusion de la mémoire holographique, pendant l’épreuve des padawans sur la lune Rogue. Le groupe assista à une discussion entre les maîtres au sujet de la difficulté de Zayne à maîtriser la Force. Puis, ils se réunirent en cercle pour se plonger dans le Force en attendant l’arrivée des élèves. Et c’est là que la vérité éclata au grand jour : les maîtres Jedi avaient une vision d’un être vêtu de rouge mettant à feu et à sang la galaxie, mais aussi leur propre mort. Ainsi, ils décidèrent de tuer leurs padawans, dont la combinaison rouge était exactement identique à la tenue de leur assassin dans leur vision. Zayne eu alors la confirmation qu’il était innocent, mais également la raison de ses maîtres de vouloir l’assassiner lui et les autres élèves. N’ayant aucun répit, le vaisseau se fit intercepter par un grand transporteur que Gryph reconnu de suite comme étant “l’Oroko“, à bord duquel se trouvaient de nombreux chasseurs de primes dirigés par le capitaine Valius Ying. Pour leur échapper, Gryph tenta de marchander avec les chasseurs de primes : il lui offrirait tout les codes d’accès de ses entrepôts sur Taris ainsi que la capture de Zayne, tandis que lui, Jarael et Campeur pourraient partir. Ensuite, il n’aurait qu’à utiliser ses ruses de Jedi pour s’échapper et tout rentrerait dans l’ordre. Seulement, Zayne prit très mal cette décision et se sentit abandonné et trahit. Mais Zayne réussit en effet à s’évader aisément durant la nuit. Il en profita pour essayer de retourner au Dernier Recours et le voler discrètement, mais fut intercepté par Jarael. Zayne lui confia alors qu’il ne voulait pas mourir pour quelque chose qu’il n’avait pas commis, mais que pour ne pas devenir celui que les maîtres redoutaient de voir naître, il devait devenir “personne” et oublier la voie des Jedi. En réponse à cette annonce, Jarael s’esclaffa. Elle aussi aurait aimé devenir personne et rester cacher, mais Zayne avait fichu sa vie et celle de Campeur en l’air. Elle lui expliqua qu’il ne pouvait pas fuir ses ennemis au détriment de la vie des autres : Campeur et elle en savait déjà trop, alors si Zayne s’échappait, elle ne donnait pas cher de leur peau. Zayne décida finalement de se rendre aux autorités et de donner son sabre à Jarael, dans l’objectif d’empêcher la prophétie de se réaliser.

Zayne Carrick tel qu’aperçu dans la vision du Pacte.

V – Une Nouvelle vie :

Plus tard, Zayne se rendit aux Jedi. Escorté par Valius Ying, il dû faire face à la population de Taris qui s’était rassemblée pour observer celui qu’on accusait du meurtre des padawans. En cours de route, Zayne aperçut Shel et son petit frère. De par leur regard, il en conclut qu’ils croyaient aux histoires qui leur avaient été narrées, attristant Zayne au plus haut point. Il dit au chasseur de primes que le fait qu’il soit coupable ou non ne changerait rien à son destin. Ils arrivèrent au sommet du temple, où siégeait les cinq maîtres de Taris. Durant un bref échange entre Lucien et son ex-apprenti, Lucien d’affirma une fois de plus que Zayne était coupable, mais ce dernier rétorqua de plus belle qu’il était innocent. Zayne avoua qu’un moment, il pensait peut-être avoir commis ces crimes, mais grâce aux enregistrements de LB, il avait compris que non. Officiellement, il renia son maître, ne se considérant plus comme son apprenti. Symboliquement, en plus de sa tresse coupée, cet acte le fit éjecter l’Ordre Jedi. Lucien compta alors à Zayne ce qu’il s’était réellement passé ce fameux jour d’adoubement. Choqué par ces révélations, Zayne continua de se défendre, clamant qu’il ne se laisserait jamais corrompre. Sans grand étonnement, cela ne fit pas changer les maîtres d’avis et ceux-ci s’apprêtèrent à tuer Zayne, après s’être débarrassé du capitaine de l’Oroko devenu un témoin gênant. Voyant sa fin, Zayne supplia ses maîtres de s’occuper des soldes de la famille de Shad, qui n’avaient désormais plus de revenu depuis la mort du padawan. Alors qu’il s’apprêtait à faire face à son destin, un individu vêtu d’un scaphandre rouge fit irruption dans le temple en faisant s’écrouler le toit, le sabre de Zayne à la main. Cette combinaison était celle entrevue dans les visions des consulaires. Une fois au sol, il s’en prit aux Jedi pour sauver le padawan en danger. Et Zayne reconnu enfin son sauver : Jarael.

Afin de la protéger, Zayne utilisa la Force pour projeter les sabres laser de ses anciens maîtres par la brèche du toit qu’avait créé Jarael quelques instants plus tôt. Alors, Zayne et Jarael s’enfuirent grâce au jet-pack que détenait le scaphandre de Jarael. Zayne lui demanda en hâte par quel prodige elle avait pu venir ici, et Jarael lui expliqua qu’ils avaient soudoyé le second de l’Oroko pour récupérer leur vaisseau ainsi que les plans du temple donnés par LB. LB qui semblait ravi de tirer des salves énergétiques sur son ancien propriétaire… Zayne et Jarael rejoignirent le Dernier Recours en plein vol, mais Zayne fit de nouveau face à son maître. Ce dernier lui concéda avoir sous-estimé son ancien élève, mais qu’il finirait par devenir ce qu’ils avaient vus dans leur vision. Zayne rétorqua que lui ne se terrerait pas et que que son maître craignait trop le côté obscur. Suite à ce dernier échange, le jeune homme retrouva Gryph à bord du cargo, qui lui annonça que les affaires reprenaient et lui proposa même une place dans sa nouvelle organisation. Désabusé, Zayne se résigna à accepter l’offre de Gryph. Ainsi, il gagna le titre gentillet “d’esclave” au lieu de celui de “gamin”… Aussitôt, le Dernier Recours quitta Taris, vers une destination inconnue. Environ trois semaines après les événements, des individus dit patibulaires de la ville basse de Taris furent chargés d’apporter un message à l’intention de Lucien Draay. Le message était de Zayne : ce dernier annonça qu’il avait quitté Taris, mais qu’il avait pris le temps de réfléchir aux enseignements qu’il avait reçu. Il avait désormais un but : la Justice. La justice pour lui, ses amis et pour ceux qui avaient été sacrifiés pour des plans “infaillibles”, bien qu’il savait que la souffrance parsèmerait sa route. Il affirma également que lui aussi eut une vision : un jour, il se ferait réhabiliter par l’un des maîtres. Alors, pour s’en assurer, il traquerait chaque maître responsable, et celui qui avouerait vivrait. Il leur concéda qu’ils n’avaient nullement besoin de le chercher, car il les retrouverait tous. Alors, dans ses derniers mots, il affirma que si un jour il devait finir par détruire l’Ordre, c’était eux qui avaient tout orchestré et qui étaient les vrais responsables.

Zayne,  entravé, est “jugé” et condamné à mort par les maîtres de Taris.

VI – Fugitif :

Accusé de meurtre par la République, Zayne Carrick, accompagné de ses compagnons de bonne fortune, décida d’échapper à la justice en se rapprochant des lignes de front, où s’opposaient les mandaloriens et l’armée de la République. Ainsi, ils se dirigèrent sur la colonie minière de Vanquo. Zayne, alors déguisé en migrant qui voulait fuir la barbarie mandalorienne, se rendit auprès des miniers locaux afin de demander de quoi manger et dormir. Bien que dans un premier temps, il se fit repousser par les miniers qui se moquèrent de son sort, la responsable stoppa net ces moqueries, pour finalement lui offrir ce dont il avait besoin. Ce geste humanitaire devait l’empêcher de devoir se retrouver de l’autre côté de l’hémisphère pour rejoindre un centre humanitaire. C’est alors que Jarael apparut par holo-communication, déguisée en maître Anilia, et avertit les miniers qu’une attaque mandalorienne avait lieu sur la face diurne de la planète. Cependant, cet avertissement ne sembla pas être efficace : apparemment, l’avant poste 2 de la colonie faisait souvent recours à ce genre de canular. Alors, pour les convaincre de la véracité de cet appel, Zayne usa de la persuasion de Force pour convaincre le minier qu’il s’agissait d’un appel provenant du canal officiel et le convainquit que la planète était attaquée. C’est lorsque la supérieure voulut vérifier l’information par elle-même qu’une explosion provenant d’un autre complexe minier retentit dans tout le secteur. Sans plus tarder, cet incident provoqua la panique chez les travailleurs et tous regagnèrent leur vaisseau pour quitter la planète. Du moins, chaque équipe du secteur ciblé par l’équipe de Zayne.

Lors de l’évacuation, Zayne tint à tenir son rôle jusqu’au bout et demanda à être évacué lui aussi, en vain : il fut laissé à son sort par les miniers, qui lui affirmèrent qu’ils étaient tous des réfugiés à présent. Une fois seul, l’équipe de Zayne eu accès à tout le matériel nécessaire, afin qu’ils puissent se ravitailler pour plusieurs jours. Après avoir rejoint les autres, Zayne félicita Jarael pour son coup de bluff des plus convaincants avec son sabre laser. Ensuite, Gryph et lui entrèrent dans une réserve pour récupérer nourriture, équipement de survie et sources d’énergie. Pendant le chargement, Jarael avoua à Zayne qu’elle trouvait qu’avoir le rôle de Jedi était amusant. Ce à quoi le Padawan déchu répondit qu’il n’y avait rien d’exaltant à cela. Il ajouta même que d’après ses amis : Il n’y a pas de passion, il n’y a que l’ennui. Il n’y a pas d’ignorance, il n’y a qu’une répétition sans fin“. Une bien belle déformation du code Jedi pour marquer l’ennuie que cela apportait que de suivre un tel entraînement. Selon Zayne , le sabre laser abîmait plus les mains qu’il n’honorait sa réputation. Cela ne l’empêcha guère de redemander son sabre laser à Jarael, lorsque cette dernière aurait terminé de s’amuser avec. Dans un même temps, Gryph proposa de revendre certaines armes dégotées dans les entrepôts, telles que des mines. Zayne refusa catégoriquement, en précisant ironiquement que son père ferait un tabac à la conférence bancaire. L’instant qui suivit, les mandaloriens attaquèrent réellement la planète et s’en prirent au groupe de fugitifs. Zayne ne tarda pas à se mettre à l’abri en compagnie de son camarade poilu et de Campeur… Ce qui ne fut pas le cas de Jarael, qui jouait toujours avec le sabre de Zayne. Ainsi isolée, Jarael fut capturée par l’ennemi. Un débat éclata entre Campeur et Zayne : le premier désirait ardemment sauver la jeune femme au plus vite, tandis que le second, qui détenait la voix de la raison, souhaitait également la libérer mais plus tard, mieux préparé et armé. C’est lors de leur dispute que l’attention des mandaloriens se porta vers eux…

Aussitôt, les mandaloriens se lancèrent à leur poursuite. Alors, pour les sauver, Zayne intima à leur droïde LB de les emmener jusqu’au vaisseau. Alors que LB s’en allait avec Campeur, Zayne Gryph et durent faire face à deux mandaloriens qui les avaient retrouvés : le Padawan usa d’une poussée de Force pour se débarrasser du premier, et LB projeta le second sur d’autres mandaloriens en approche. Ensuite, ils ne se firent pas prier pour regagner leur vaisseau, le Dernier Recours. C’est lorsqu’il était sur le point d’embarquer que Zayne, voulant protéger ses amis, fit face au commandant mandalorien en charge de l’assaut, Rohlan Dyre. Le chef ennemi avait l’avantage sur lui, mais celui-ci disparut à l’arrivée de ses hommes : il avait pris la direction du Dernier Recours pour en prendre le contrôle. Sans plus tarder, LB prit avec lui ses trois compagnons afin de rejoindre la passerelle du vaisseau, toujours ouverte malgré son décollage et ce sous les tirs des mandaloriens. Après un atterrissage peu délicat, Campeur se précipita vers la cabine de pilotage pour faire face au voleur, muni du bâton de choc de Jarael, tandis que Zayne était resté dans la soute avec le reste de l’équipe. Pendant l’affrontement, Rohlan se fit propulser dans la soute et un nouveau combat s’en suivit entre le mandalorien et Zayne. Durant ce bref affrontement, Zayne manqua de se faire tuer par son adversaire d’un coup de couteau dans le cou après avoir été plaqué au sol par ce dernier, mais LB intervint à temps pour le sauver. Il fit ainsi voler l’homme en armure jusqu’au mur le plus proche. Une fois maîtrisé, Zayne et son équipe enfermèrent Rohlan dans une caisse qui servait à campeur à faire passer des clandestins sans se faire remarquer. Une caisse “spécial campeur”.

Zayne se battant contre le mandalorien Rohlan Dyre.

VII – Au secours de Jarael :

Souhaitant à tout prix retrouver Jarael, qui avait été amenée en espace ennemi, Zayne et les autres furent contraints de libérer leur prisonnier, afin qu’il puisse les guider dans ce territoire inconnu et ainsi augmenter leurs chances de survie. Leur destination était Flashpoint, le centre d’incarcération et d’expérimentions des mandaloriens. C’était là où leurs prisonniers Jedi étaient emmenés, pour y subir des expériences sous le joug du scientifique Demagol, alors en charge de trouver comment permettre aux combattants alliés d’utiliser la Force tout comme les Jedi. Leur plan d’infiltration du centre consistait à faire passer Zayne pour un futur prisonnier que Rohlan offrait à Demagol. Une fois emmené dans le laboratoire de celui-ci, Rohlan et Zayne s’attaquèrent à Demagol. Zayne feignit de manipuler Rohlan via la Force pour détourner l’attention du tortionnaire. Lorsque Demagol s’en prit à Zayne, alors solidement attaché à l’envers, l’allié du Jedi s’empara d’une masse et assomma sa cible. Cette ruse permit à Zayne se revêtir l’armure du scientifique. Grâce à cette tenue, il put saboter tous les vaisseaux présents ainsi que le générateur de bouclier solaire, en plaçant des charges explosives sur leurs pieds d’arrimage grâce à la télékinésie. Lors de leur fuite, les explosions créeraient ainsi le trouble dans les rangs ennemis et leur permettrait de fuir discrètement pendant que les mandaloriens pensaient se faire attaquer par des troupes de la République soi-disant dirigées par Gryph. C’est pendant tout ce remu ménage que Zayne partit chercher les Jedi prisonniers. Avant de quitter le centre, le Jedi Alek Squintqargesimus proposa à Zayne de rejoindre les Revanchistes, un mouvement Jedi dirigé par le chevalier Revan et favorable à la guerre. Cependant, Zayne devait tenir la promesse qu’il avait fait à ses anciens maîtres : condamner les vrais coupables, ce pourquoi il déclina la proposition d’Alek, qui ignorait la situation complexe dans laquelle son ancien confrère se trouvait. Le jeune homme demanda à Alek que lors de son retour sur les mondes de la République, s’il entendait des choses à son propos, de simplement se rappeler de ce qu’il avait fait sur Flashpoint pour aider les prisonniers.

VIII – Retrouvailles sur Telerath :

Pour continuer leur voyage, Zayne et sa bande devaient se trouver de l’argent. Gryph proposa alors de se rendre sur Telerath pour récupérer de l’argent qu’il avait sur un compte bancaire, cent millions de crédits. Sur place, Campeur se fit passer pour un baron qui souhaitait alors récupérer l’argent de son compte, tandis que Zayne et Gryph attendaient au vaisseau. Zayne n’était cependant pas très enthousiaste à l’idée de récupérer tout cet argent, qui provenait sûrement des mesquineries de son compagnon. Pendant la discussion entre le banquier et Campeur, Zayne découvrit dans le vaisseau le manifeste du compte avec le numéro d’accès. Une trouvaille qui paniqua tout le monde jusqu’à ce qu’ils découvrent que Campeur connaissait par cœur le code, permettant ainsi de n’éveiller aucun soupçon. Pendant leurs échanges avec le banquier, Jarael, Campeur et lui se firent attaquer par un duo de mercenaires Ithoriens. Malgré la résistance de Jarael, les deux agresseurs réussirent leur coup, qui consistait à capturer le banquier. Le banquier était le seul à pouvoir fournir l’argent du compte à l’équipage, et cette raison suffit à Gryph pour courir au secours du fonctionnaire, alors accompagné de Zayne. Pendant leur trajet pour rejoindre Jarael et Campeur, le Snivvien expliqua au jeune Jedi qu’il devait s’agir des frères Dob et Del Moomo, reconnus pour leur incompétence dans leur milieu. Lorsqu’ils rejoignirent les deux autres sur la piste des kidnappeurs sur un quai, Zayne se précipita pour rattraper l’Ithorien qui portait le captif et s’engagea un court affrontement. C’est alors que Zayne découvrit que le banquier en charge du compte de son ami n’était autre que son père. C’est suite à cette révélation des plus perturbantes que le mercenaire put prendre l’avantage et fuir avec le père de Zayne. Après avoir révélé cette nouvelle information à Jarael et son ami poilu, Zayne commença à penser que son père avait été redirigé exprès sur cette planète par ses anciens maîtres pour le capturer. Une révélation qui lui glaça le sang et le dégouta de l’attitude des Jedi. Sans plus tarder, Gryph imagina un plan pour sauver son banquier, qui consistait à faire croire à Dob que Zayne était dans le coin et qu’il devait s’en occuper seul pour empocher toute la prime. Après quoi, Zayne pu s’introduire dans le vaisseau du duo de criminels pour retrouver son père.

Pendant son infiltration, Zayne découvrit ce qu’il redoutait depuis le début : le maître Jedi Togruta de Taris , Raana Tey, était celle qui tirait les ficelles. Raana était en holo-communication avec le deuxième frère. Initialement, elle devait rediriger Arvan Carrick vers cette planète pour le surveiller plus aisément, au cas ou Zayne contacterait sa famille, mais maintenant que les Ithoriens l’avaient capturé, il était question de l’éliminer pour ne pas laisser de trace de leur implication. Cette révélation fit passer Raana en tête de liste de la future vengeance de Zayne, qui ne perdit plus une seule seconde pour aller libérer son père menotté dans une pièce plus loin. Ces retrouvailles permirent à Zayne d’apprendre que sa mère et ses sœurs étaient toujours sur leur planète natale et qu’ils attendaient de déménager. Son père ajouta que lui et sa mère n’avaient jamais douté de lui. Cette révélation lui fit chaud au cœur. Pendant leur courte discussion, Dob était revenu au vaisseau pour fournir le banquier à Gryph en échange de Zayne. Néanmoins, il ne s’agissait pas de Zayne, mais de Campeur qui se faisait passer pour lui. Grâce à cette diversion, Zayne usa de la Force pour assommer un des Ithoriens avec une caisse. Croyant que son frère l’avait agressé, ils commencèrent à se disputer, et Zayne pu rejoindre ses compagnons avec son père sans attirer l’attention. Une fois que tout le monde avait rejoint le Dernier Recours, Arvan put faire le transfert d’argent comme prévu. Les crédits furent livrés par un droïde de sécurité, en monnaie trébuchante. Dans ce même temps, Zayne expliqua à Gryph ce que son père lui avait raconté plus tôt : un des actionnaires de la banque était le Trust Draay. Autrement dit, Lucien Draay avait une main sur les banques de cette planète. Après cette discussion, Zayne demanda à son employeur, Gryph lui-même, de le payer, étant donné qu’il était son homme de main. Après que ce dernier ait accepté, non sans ronchonner, de le payer, Zayne demanda à son père de transmettre l’argent à Shel, qui habitait toujours sur Taris malgré la guerre qui avait éclaté là-bas. Il en profita pour annoncer à son père de revenir sur sa décision de travailler sur Telerath pour aller vivre en sécurité avec sa famille auprès des Jedi de Dantooine et plus particulièrement auprès de maître Vandar Tokare, Jedi en qui Zayne avait toujours confiance.

Zayne affronte un des frères Moomo.

IX – Escale sur Ralltiir :

Plus tard, Zayne et ses compagnons se rendirent sur le monde de Ralltiir. Durant leur escale sur cette planète, Jarael et lui s’entraînèrent un temps au maniement des armes, l’un au sabre laser et l’autre au bâton de choc. Malgré quelques gracieuses esquives de la part de l’ex-Padawan, Jarael prit l’avantage en plaquant Zayne au sol et le menaçant de son arme. Pour se sortir de là, le jeune homme tenta d’appeler son arme en faisant appel à la Force, mais son adversaire vit le coup arriver et rattrapa le manche en plein vol. Sans plus tarder, elle asséna un violent coup en direction de la gorge de Zayne, qui plaça ses avant-bras devant sa tête pour se couvrir. Une chance pour lui, les gantelets que Jarael lui avait offert firent leur travail et bloquèrent la lame du sabre laser, ce qui étonna Zayne. Ces gantelets avait été fabriqués par Campeur, ils étaient fait de Tydirium et de Phrikite. C’est cette dernière matière qui permettait aux gantelets de résister aux sabres laser. Après ces explications, Campeur, LB et Jarael firent leurs adieux à Zayne, puis partirent de leur côté avec le Dernier Recours. Zayne regretta leur départ à l’instant même où leur vaisseau décolla, observant celui-ci quitter l’atmosphère jusqu’au tout dernier moment. Ensuite, Zayne rejoignit Gryph dans un restaurant en ville. Le Snivvien avoua à Zayne qu’il était temps de reprendre les “affaires” et que celui-ci avait acheté un vaisseau qui les attendait à l’astroport, rampe 223. Quand le moment était venu de retrouver ce fameux nouveau vaisseau, Zayne comprit que Gryph avait volé l’appareil. Gryph se défendit en répondant qu’il ne l’avait pas volé, mais qu’il avait demandé à quelqu’un de le faire pour lui… Une vive dispute éclata entre les deux partenaires, laquelle fut interrompue par l’arrivée en catastrophe du vaisseau dont il était question. Le pilote manqua de crasher le vaisseau et percuta plusieurs luminaires de la plateforme. Lorsqu’il atterrit, il failli écraser Zayne et Gryph. Un Trandoshan du nom de Slyssk, responsable de cet atterrissage en catastrophe, se querella à son tour avec Gryph, son employeur. Trouvant la situation totalement absurde, Zayne éclata de rire. A la demande de son coéquipier, Zayne fit tomber un luminaire abimé par le précédent évènement vers le Trandoshan. Cette manœuvre avait pour objectif de lui sauver la vie, afin qu’il reconnaisse Gryph comme étant son sauveur et pour qu’il n’ait plus de raison de le payer pour le vol du vaisseau. Slyssk offrit bien plus que le vaisseau : il proposa ses services au Snivvien pour le restant de ses jours, car ce dernier était devenu son “Ghrakhowsk”, celui qui lui avait sauvé la vie.

Suite de l’article en cours…

Liste des œuvres :

– “Chevaliers de l’Ancienne République tome 1 : Il y a bien longtemps”
– “Chevaliers de l’Ancienne République tome 2 : Ultime recours”
– “Chevaliers de l’Ancienne République tome 3 : Au cœur de la peur”

Auteur : Moyeil
Date de mise en ligne : 31/12/2019
Dernière mise à jour : 13/10/2020

Cette fiche a été validée par nos correcteurs.

Cette fiche a été lue 1 167 fois

Les commentaires sont fermés.