Empire de la Main

image-indisponible

Empire de la Main

Catégorie : Politique – Gouvernementale
Régime politique : Confédération
Origine : Fondée à partir de l’Ascendance Chiss de l’Empire Galactique
Capitale : Nirauan – Forteresse de la Main de Thrawn
Localisations notables : Syca (chantier naval)

Dirigeant notable : Mitth’raw’nuruodo alias Thrawn (fondateur)
Date d’apparition : Entre 19 et 10 BBY
Date de dissolution : Entre 19 et 35 ABY

I – Formation & Expansion :

De l’exil de Thrawn… Le point d’origine, sans lequel cet empire n’aurait jamais vu le jour, remonte à un événement en apparence anodin de l’année 27 BBY, lorsque le Seigneur Sith Dark Sidious mandata personnellement l’officier Mitth’raw’nuruodo de la Flotte de Défense Expansionnaire Chiss, pour intercepter et détruire le vaisseau Vol vers l’Infini. Il s’agit là de leur première rencontre et tous deux étaient au courant d’une menace extérieure à la galaxie, faisant route dans notre direction (nous ne savons aucunement comment les Chiss prirent connaissance de cette menace, en revanche, nous savons que le maître Jedi Mace Windu eut ces extra-galactiques en vision et en fit part au Chancelier Suprême Palpatine). Bien évidemment, cela ne marqua pas le début immédiat de leur collaboration et l’Empire de la Main attendra pas moins de vingt-cinq ans avant d’être mis en chantier. Avant cela, en 19 BBY, après la chute de la République galactique et l’avènement de l’Empire Galactique (à peine une semaine après la proclamation du Nouvel Ordre à vrai dire), Mitth’raw’nuruodo fut “convaincu” par l’officier impérial Voss Parck de rejoindre les rangs des forces militaires impériales. Après avoir été amené sur Coruscant et avoir rencontré enfin l’Empereur Palpatine en chair et en os, un rang d’officier de la flotte impériale fut accordé au Chiss, en dépit de ses origines non-humaines; et pendant dix-sept ans, il gravit les échelons patiemment, jusqu’à être promu au grade de Grand Amiral en 2 BBY, en même temps que onze de ses pairs. Ce rang venait à peine d’être réhabilité par l’Empereur (il avait été abandonné depuis la chute du Second Empire Sith de Vitiate) que déjà des voix s’élevèrent contre la présence d’un non-Humain à ce poste. Conscient de cela, l’Empereur “condamna” à l’exil l’officier Chiss, dans le seul but de sauver les apparences, mais sans pour autant le destituer de ce grade. Afin de calmer les esprits des militaires les plus humano-centristes, telle est la version officielle. Officieusement, cet exil n’eut rien de punitif, bien au contraire. Concernant les Régions Inconnues, l’Empereur et le Grand Amiral Thrawn étaient sur la même longueur d’onde quant à la manière de s’occuper des innombrables menaces tapies dans ces quadrants inexplorés de l’espace, et plus encore concernant le danger grandissant qui approchait de la galaxie. Ainsi, le Chiss fut placé à la tête d’un unique destroyer stellaire et exilé dans les Régions Inconnues. Peu de temps après, les commandants Dagon Niriz et Voss Parck, à la tête d’une armada de plusieurs autres destroyers stellaires, furent envoyés secrètement en renfort dans les Régions Inconnues et placés sous les ordres de Thrawn, afin de lui permettre de cartographier et d’explorer plus efficacement ces contrées. Et avec le temps, plusieurs vaisseaux de divers tonnages et d’importants contingents de main-d’oeuvre et de matériel furent acheminés pour soutenir le futur Empire de la Main.

Mitth’raw’nuruodo rencontre Voss Parck dans les Régions Inconnues.

… à la création d’un empire : Etant Chiss lui-même, Thrawn était conscient qu’explorer les Régions Inconnues ne pouvait se faire sans le consentement de l’Ascendance Chiss, cette même ascendance qui l’avait exilé plus de vingt ans auparavant. Officiellement, les Familles dirigeantes tolérèrent la présence impériale et leurs objectifs, les comprenant et les acceptants même. Officieusement, nombreux furent les Chiss, peu importe leur rang ou leur influence, à approuver les actions de Mitth’raw’nuruodo malgré son statut de paria. Plusieurs s’engagèrent même volontairement à ses côtés comme le prouve la présence de nombreux contingents militaires Chiss, venu prêter main-forte aux impériaux. De plus, cette collaboration impérialo-chiss marqua la naissance de plusieurs technologies combinant le savoir-faire des deux civilisations. Ainsi, depuis la planète Nirauan, conquise par Thrawn depuis les années 10 BBY, bien avant son “exil” par Palpatine, le Grand Amiral entama sa lente exploration de ces dangereux pans du cosmos. La forteresse bâtie à la surface de Nirauan évoquait une main dont les doigts étaient tendus vers le ciel et qui donna son nom au futur empire stellaire. Par la même occasion, puisque les premières expéditions furent ordonnées depuis ce monde, il devint naturellement la capitale de l’Empire de la Main. Ces expéditions n’étaient d’ailleurs pas sans dangers, tant la navigation au sein des Régions Inconnues est risquées et durant les premiers mois standards, voire années, l’exploration se fit difficilement, d’autant plus que suivant les civilisations et peuples rencontrés, des opérations militaires devaient être menées conjointement. Le Grand Amiral mena lui même les opérations, prenant parfois activement part à la conquête ou à l’intégration des civilisations rencontrées. A ce propos d’ailleurs, c’est là que le terme confédération prend tout son sens, puisque Thrawn préférait les convaincre de rejoindre l’Empire de la Main sans avoir recours à la force martiale, pouvant ainsi potentiellement aboutir à des alliances plus solides que la simple conquête par les armes et l’assimilation.

Mais parfois, à l’image des esclavagistes Vagaari, ou même de bandes de pirates, la diplomatie n’était pas une option et seules les banques de données de la forteresse de Nirauan pourraient nous éclairer sur le nombre de peuples rayés de la carte à cause de leur bellicisme. Il nous est même parvenu qu’en 4 BBY, alors que l’Imperium Ssi-Ruuvi menait une campagne contre des territoires de l’Empire galactique et était aux prises avec une flotte néo-républicaine, ce dernier lança également une campagne orientée vers les Régions Inconnues et captura plusieurs mondes mineurs de l’Ascendance Chiss et de l’Empire de la Main, où plusieurs citoyens Chiss furent capturés pour expérimenter la technition sur cette espèce. Le Grand Amiral Thrawn réagit sans tarder à ces agressions en lançant plusieurs frappes préventives sur le territoire de l’Imperium Ssi-Ruuvi. Des flottes conjointes des Chiss et des Impériaux portèrent la dévastation jusque sur Lwhekk, capitale et monde natal des Ssi-Ruuk, mettant fin à cette menace en une seule campagne militaire, de quelques jours à peine. Jusqu’en 8-9 BBY, Thrawn s’occupa personnellement de la gestion de cet empire secret, mais il laissa les rênes de l’Empire de la Main au commandant Parck afin de se consacrer à la reconquête du territoire impérial perdu au profit de la Nouvelle République. Malheureusement, malgré son génie tactique et le fait qu’il ait presque réussi à vaincre les forces rebelles, il périt lors de la bataille de Bilbringi, en 9 BBY, des mains même de son garde du corps Noghri. L’Empire de la Main fut bien entendu au courant de la mort de son chef, mais les officiers impériaux et Chiss continuèrent son oeuvre. Grâce à leurs efforts, à son apogée, l’Empire de la Main comptait plus de 30.000 systèmes dans son territoire, systèmes plus ou moins explorés, mais correctement cartographiés d’un point de vue géo-spatial.

La forteresse de Nirauan, la “Main de Thrawn”

II – Le Rempart de la Galaxie & des Régions Inconnues :

Le seul et unique but recherché par Thrawn en créant cet empire, était la préservation galactique globale devant la redoutable menace incarnée par les Extra-galactiques en approche, un empire secret, veillant sur la galaxie. Et bien qu’ayant des idéaux similaires à ceux de l’Empire galactique, les deux entités différaient cependant en plusieurs points. La plupart d’entre eux concernent l’idéologie xénophobe et misogyne de l’Empereur, en effet, étant lui-même un non-Humain (proche Humain si on veut être exact, mais bon, on se comprend), Thrawn était beaucoup plus tolérant sur ce point, mais surtout, il était absurde à ses yeux, de renoncer à inclure des espèces dans ses forces, sous le seul prétexte de ne pas appartenir à l’espèce humain. Ainsi, les forces terrestres et la marine de l’Empire de la Main, bien qu’empreintes néanmoins de certains traits misogynes et xénophobes, voyait collaborer de nombreuses espèces, peu importe leur sexe, à l’accomplissement d’un but commun, la préparation de la défense de la galaxie. Et si pour ce faire, dans un premier temps, Thrawn ne pouvait compter que sur une flotte d’une douzaine de destroyers stellaires, de quelques brigades de stormtroopers et de la phalange domestique de sa propre maison (créée pour l’occasion) ainsi que de quelques phalanges coloniales (plus ou moins renégates) de l’Ascendance Chiss; rapidement, l’envoi de renfort par l’Empire galactique et de l’engagement de volontaires Chiss et d’autres horizons à sa cause, les rangs du Grand Amiral devinrent importants. De plus, le mélange des technologies chiss et impériales dota l’Empire de la Main d’un arsenal militaire et d’une marine des plus redoutables.

1 – Forces militaires terrestres :

Bien qu’ayant une plus grande influence impériale quant à l’organisation de ses forces, bien des coutumes chiss peuvent apparaître derrière les forces militaires de l’Empire de la main si on prend le temps de les analyser. Comme mentionné quelques lignes au-dessus, l’une des plus grosses collaborations entre les Chiss et les Impériaux porte sur un mélange des technologies, Thrawn ayant su tirer les forces de chaque camp pour les combiner à la perfection, en résultant des vaisseaux de guerre des plus redoutable. En revanche, bien qu’ayant des informations plutôt exhaustives* sur les différents véhicules et vaisseaux composant les forces impériales, nous n’en avons aucune sur le nombre d’unités déployées. Mais nul doute que ces chiffres devaient être conséquents, après tout, le Grand Amiral Thrawn en personne prévoyait de détruire les Yuuzhan Vong.

A l’instar de l’Ascendance chiss, l’Empire de la Main ne misait pas principalement sur son armée de terre, lui privilégiant largement une flotte de guerre puissante, mais néanmoins, lorsqu’il n’y avait d’autre choix que d’en découdre au sol, Thrawn pouvait compter sur une infanterie solide, composée de plusieurs phalanges chiss, largement réputées pour leur rigueur, caractéristique des militaires chiss, et leur efficacité au combat. Plus largement répandus au sein des forces terrestres, quelques légions du redoutable corps des stormtroopers. Et pour souligner une fois de plus l’aspect psychologique sur lequel le Grand Amiral Thrawn aimait jouer, après la dissolution de la célèbre 501ème légion après la Bataille d’Endor, elle fut reformée pour servir au sein des forces impériales des Régions Inconnues. Mais il ne s’agit là que des deux corps d’élite, l’Empire de la Main comptait majoritairement de nombreux engagés volontaires de diverses origines, humaines et aliens, regroupés dans de nombreux corps d’armées. Cette infanterie régulière ne possédait certes pas la même rigueur que celle des Chiss ou des stormtroopers, mais elle se révéla indispensable pour maintenir la cohésion d’un territoire aussi gigantesque qu’instable à cause des routes hyperspatiales susceptibles d’être rendues impraticables par les diverses anomalies gravitationnelles. Et lorsqu’un monde se retrouvait isolé pour un temps indéterminé, surtout s’il était colonisé ou habité mais pas parfaitement autonome, la présence d’une garnison était tout bonnement indispensable.

Mais avoir une infanterie est une chose, cependant, peu importe sa qualité, elle reste la branche la plus vulnérable de n’importe quelle armée. Et c’est pourquoi l’Empire de la Main a beaucoup misé sur une force motorisée, très largement représentée par des chars d’assaut, bien que possédant quelques modèles développés par l’Empire galactique, à l’image des TB-TT ou des TR-TT, mais leur présence est presque anecdotique à côté des véhicules développés par l’Empire de la Main. Ainsi, plusieurs modèles furent conçus pour pallier un maximum de scénarios. Le char le plus imposant au sein des forces impériales, était un blindé armé d’un mégamaser, qui n’avait rien à envier à ceux de la flotte. Une telle arme était capable de causer de sérieux dégâts, peu importe la cible. Bien évidemment, les cibles imposantes ou peu rapides étaient privilégiées, mais un tir de mégamaser en plein milieu d’une formation d’infanterie était capable de décimer ses rangs tout aussi efficacement. De plus, connaissant les propriétés cinétiques de la technologie maser, ces chars étaient également très efficaces pour faire tomber rapidement les boucliers par un pilonnage intensif. Toutefois, vous vous doutez bien qu’un tel modèle n’était jamais déployé seul et si l’on pouvait parfois apercevoir des mortiers blindés motorisés en complément, l’Empire utilisait des tanks légers à grande cadence de tir, redoutables contre l’infanterie, et des chars de classe Kirov, équipés d’armes anti-aériennes, pour protéger leur artillerie lourde. D’un point de vue autrement offensif, des chars d’assaut armés de lance-flammes*, idéals contre les positions retranchées de l’infanterie ou les lignes de bunkers, et des chars de classe Gilzean, plus lourdement armés, aptes à affronter d’autres blindés, venaient compléter cet arsenal motorisé pour ouvrir la voie à l’infanterie sur le terrain. En outre, quand la couverture aérienne n’était pas assurée par des chasseurs stellaires, des aéronefs de classe Airstraeker, une variante atmosphérique des griffes chiss, prenaient le relais.

Un tank à mégamaser (au fond à droite) précédé par plusieurs chars lance-flammes.
Image tirée du mod “Thrawn’s Revenge” pour le jeu vidéo “Star Wars : Empire at War”.

2 – Les forces militaires spatiales :

S’inspirant donc de l’expérience de l’Ascendance chiss au sein des Régions Inconnues, l’Empire de la Main investit lui aussi dans une flotte conséquente, l’atout majeur pour n’importe quel organisme stellaire. Et lorsque je vous disais que l’Empire de la Main utilisait des technologies hybrides, c’est au travers de la flotte qu’elles ressortent le plus, avec deux courants distincts, l’un d’inspiration fortement impériale, et l’autre, inspirée par les vaisseaux chiss. Cela dit, pratiquement tous ces vaisseaux ont en point commun leur armement, composé presque exclusivement de canons maser et mégamasers chiss, en plus des armes à ion impériales, très peu usités par les Chiss. Les boucliers déflecteurs connurent également des améliorations notables, puisque basés sur la technologie chiss afin de résister aux armes maser, les rendant de facto plus résistants que ceux de leurs homologues de l’Empire galactique et néo-républicains.

Branche Chiss : Parmi les vaisseaux directement issu de la technologie aérospatiale chiss, nous pouvons retrouver des classiques au niveau du tonnage, telles des frégates de classe Asdroni et des canonnières de classe Vigilance, particulièrement adaptées à la lutte contre les chasseurs. Au niveau des patrouilleurs frontaliers, l’Empire de la Main se reposait essentiellement sur des croiseurs de classe Kariek, du nom même d’un des mondes les plus éloignés de la galaxie, littéralement en dehors des “frontières” galactiques. Ces patrouilleurs étaient des versions moins imposantes des destroyers de classe Syndic* et Phalange, deux des plus puissants vaisseaux de la flotte impériale, des monstres de près de 2km de long et capables de tenir tête, en nombre restreint, à un super destroyer stellaire. En garnison sur des mondes de faible importance, des canonnières de classe Warlord venaient compléter cet arsenal. Un prototype qui ne fut jamais officialisé, le croiseur de classe Bu’direch devait pousser encore plus l’hybridation technologique, mais les difficultés et le coût de développement empêchèrent de le rendre rentable. 

Branche impériale : Quant à elle, ses vaisseaux se reconnaissent au premier coup d’œil, puisqu’ayant conservé la forme triangulaire caractéristiques des vaisseaux capitaux de l’Empire galactique. Pour compléter l’arsenal de vaisseaux lourds, les destroyers stellaires de classe Ascendance, ressemblant presque à s’y méprendre à des destroyers de classe Imperial, à ceci près que leurs lignes étaient moins carrées et la structure de la passerelle beaucoup moins surélevée. De taille moins imposante mais tout aussi puissants, les destroyers de classe Chaf, conçus pour s’attirer les faveurs de la Maison Chaf, cette classe représente la majorité des destroyers à la disposition de l’Empire de la Main. Autre inspiration directe de la technologie impériale, les interdicteurs Massias, conçus en accord avec la technologie chiss pour remplir le même rôle que n’importe quel croiseur ou destroyer interdicteur de l’Empire galactique afin de lutter plus efficacement contre les flottes pirates et nomades. Egalement en héritage direct de certaines doctrines chiss, les portes-chasseurs de classe Au’riette et Nuruodo, capables d’emporter plusieurs escadrons de chasseurs et de les déployer rapidement au coeur de la bataille grâce à divers hangars, dont un imposant situé sur le dos du vaisseau, à l’image des destroyers stellaires de classe Venator. Et enfin, pour la lutte anti-frégates, les croiseurs de classe Decimator.

Une vaste flotte de défense, allant du porte-chasseurs de classe Au’riette (en bas à gauche) aux destroyers de classe Ascendance (au centre) et Phalange (à droite)
Image tirée du mod “Thrawn’s Revenge” pour le jeu vidéo “Star Wars : Empire at War”.

Le corps de chasse : Au niveau des chasseurs, si le modèle le plus connu reste la griffe chiss de classe Nssis, notamment pour son apparence mêlant parfaitement les technologies chiss et impériales, ce chasseur de supériorité spatiale ne fut que le premier modèle issu de cette collaboration. En effet, bien que très maniable, son principal défaut demeurait dans sa relative lenteur. Et pour combler cette faiblesse, l’Empire de la Main développa un premier modèle d’intercepteur, alliant manœuvrabilité et vitesse, l’intercepteur de classe Krsiss, rejoint pas un autre modèle d’intercepteur, la griffe de classe Scarsiss, plus lourdement armée que le Krsiss. Un modèle de bombardier fut également développé, le classe Syca, du nom même du plus important chantier naval de l’Empire de la Main, en orbite de la planète Syca. Et pour compléter cette flotte de chasse, un chasseur-bombardier, la griffe de classe Furion, le chasseur le plus puissant de la flotte impériale, probablement inspiré par le Défenseur TIE de l’Empire Galactique. En plus d’embarquer la technologie maser, typique des Chiss, tous ces modèles se basèrent sur la griffe Nssis, avec ses ailes à la courbure si caractéristique de cette technologie hybride issue de la série TIE. Enfin, pour conclure ce chapitre spatial, les stations de défense orbitales déployées par l’Empire de la Main. Tandis que dans la galaxie connue, l’usage des plateformes de défense spatiales de type Golan étaient couramment utilisées, l’Empire de la Main, toujours dans cette optique d’hybridation, développa lui-même ses propres défenses orbitales. En résulta deux modèles bien distincts, la station de défense tactique de classe Brask, moyennement armée mais pouvant abriter un nombre conséquent de chasseurs; ainsi que la station Visvia, plus imposante et bien plus puissamment armée, avec d’imposant mégamaser couvrant un champ de tir à 360°.

Quelques exemples de vaisseaux du corps de chasse de la Marine de l’Empire de la Main :
Le bombardier Syca, l’intercepteur Krsiss, la Griffe Chiss Nssis et le bombardier Furion.
Images tirées du mod “Thrawn’s Revenge” pour le jeu vidéo “Star Wars : Empire at War”.

III – Destin de l’Héritage de Thrawn :

Lorsque le Grand Amiral céda les rênes de l’Empire de la Main à ses subordonnés en 8-9 BBY, pour aller reconquérir l’ancien territoire de l’Empire galactique, il laissa également un clone parfait de lui-même dans la forteresse de Nirauan, un clone aussi soucieux que lui du but recherché au travers de l’Empire de la Main. Ce clone fut laissé en stase et ne devait être tiré de son état qu’en cas d’urgence. Malheureusement, en 19 BBY, alors que la Nouvelle République et la galaxie tremblaient sous le coup des révélations des documents de Caamas, le Jedi Luke Skywalker et Mara Jade découvrir l’existence de Nirauan et entreprirent d’infiltrer sa forteresse, la Main de Thrawn. En dépit de quelques accrochages avec les forces de sécurités chiss, un accord informel fut conclu avec le commandant Stent mais alors que les deux Humains quittaient les lieux, ils furent assaillis par des droïdes de sécurités dans la salle même où le clone de Thrawn sommeillait. Et bien qu’ayant renoncé à l’éliminer pour ce qu’il représentait (Thrawn a laissé un profond traumatise au sein de la Nouvelle République à cause de la campagne qu’il a mené à son encontre une décennie plus tôt), le corps cloné du Grand Amiral périt des suites d’événements indépendants de la volonté de Skywalker et de Jade, pour faire court, l’inondation de ladite salle. Après quoi, la légitimité de l’Empire de la Main se détériora grandement et le territoire impérial commença petit à petit à être assimilé par l’Ascendance Chiss. Toutefois, l’immensité du territoire compliqua la tâche aux Chiss, mais lorsque les Yuuzhan Vong déferlèrent sur la galaxie à partir de 25 BBY, l’Ascendance avait absorbé suffisamment de territoire et démantelé suffisamment de troupes pour empêché les vestiges de cet empire de pouvoir porter secours à la Nouvelle République et aux Vestiges de l’Empire, ce qui fut des plus dommageables puisque c’était là que résidait le seul objectif dans lequel Thrawn avait tant investi. Cela dit, malgré ce démantèlement, il subsistait néanmoins des forces non-négligeables, bien qu’isolées. Et malgré l’absence de preuves de leur implication, il se murmure que certains détachements eurent vent de l’invasion des Extra-galactiques et œuvrèrent secrètement dans le combat contre l’envahisseur, principalement aux frontières des Régions Inconnues, dans les quadrants nord.

Ce doute est permis car bien que supposé dissous ou bien détruit par les Killik, la seule menace des Régions Inconnues considérée par l’Ascendance Chiss, en 43-44 BBY, le Chef d’Etat des Vestiges de l’Empire, Jagged Fel, eut vent de la survie de certaines factions post-Empire de la Main, qui œuvraient secrètement à l’objectif initial de Thrawn et désiraient rester dans l’ombre, des veilleurs, des gardiens silencieux et invisibles. Cet ultime contact avec le Chef d’Etat Fel, inspira la future dynastie Fel quant à la doctrine de la Victoire sans la Guerre, partiellement développée par le Grand Amiral Thrawn pour former sa confédération. En définitive, plus de deux décennies à préparer l’Empire de la Main pour parer la future menace échouèrent pratiquement à la veille de l’invasion des Extra-galactiques. Certains accusèrent même le Maître Jedi Skywalker d’avoir par deux fois contrecarré les plans visant à tuer cette invasion dans l’oeuf, la première fois en participant activement à la chute de l’Empire galactique, dont Palpatine comptait utiliser la toute puissance de sa force de frappe pour défaire les Yuuzhan Vong à peine ceux-ci débarqués dans la galaxie; puis indirectement, en tuant le clone du Grand Amiral et brisant la légitimité de l’Empire de la Main, sapant tout ce qui faisait de cet empire, le Rempart contre les envahisseurs extra-galactiques. Tant de ressources et de temps investis qui auraient pu sauver des milliers de milliards de vies (le bilan global de la guerre contre les Yuuzhan Vong fait état de centaines de mondes rendus stériles ou détruits, ainsi que plus de 365 billions d’individus décédés, que ce soit dans les affrontements, les famines ou les génocides) réduites à néant. Mais la faute incombe aussi à l’Ascendance Chiss, car bien qu’étant consciente de la menace extra-galactique, les Familles dirigeantes préférèrent le profit immédiat apporté par l’assimilation du territoire conquis par Mitth’raw’nuruodo, le paria, plutôt que de le préserver et ainsi pouvoir lutter plus efficacement contre l’invasion. A leur décharge nous pouvons admettre qu’après cinquante années à attendre, beaucoup doutèrent de l’existence d’une telle menace, mais tout de même, l’Histoire ne retiendra qu’un démantèlement express sous le coup du profit alors que la flotte extra-galactique était à moins d’une demi-douzaine d’années de la galaxie (sur une voyage qui dura 15.000 ans) et que beaucoup de vies, de mondes et de ressources auraient pu être sauvés grâce à l’Empire de la Main. Car cet héritage de Mitth’raw’nuruodo laissé à la galaxie, n’existait que pour cette guerre.

Luke Skywalker et Mara Jade découvrent l’existence du clone du Grand Amiral.

Liste des œuvres :

Romans :
– La duologie “La Main de Thrawn”
– “Une Question de Survie”
– “Le Nouvel Ordre Jedi : La Marée des Ténèbres II – Naufrage”
– “Le Nouvel Ordre Jedi : Point d’équilibre”
– “Destin des Jedi : Ascension”
– “Destin des Jedi : Apocalypse”

Nouvelles :
– “Crisis of Faith”
– “Fool’s Bargain”

Guides et encyclopédies utilisés en supplément :

– “Imperial Icons” (Insider 148)
– Starships of the Galaxy, Saga Edition
– The Complete Star Wars Encyclopedia
– The Essential Atlas
– The Essential Chronology

 

Auteur : Alpha-17
Date de mise ligne : 16/01/2020

 

– The Essential Guide to Warfare
– The Essential Reader’s Companion
– The New Essential Chronology
– The New Essential Guide to Characters
– The Unknown Regions

Cette fiche a été lue 272 fois

Les commentaires sont fermés.