Chamans du Terrible Éclat

Ordre des Chamans du Terrible Éclat

Catégorie : Obédience Obscure
Origine : Ordre Jedi
Présence : Garn

Fondateur : Rur (Carel Kapekos)
Titre du fondateur : Haut Chaman
Dirigeants notables : Rur (Carel Kapekos)
Affiliation : Pius Dea

Date d’apparition : 11.933 BBY
Date de dissolution : 10.966 BBY

L’Ordre du Terrible Éclat était un groupe de chevaliers Jedi dissidents qui fit sécession durant le règne de Pius Dea. Pendant les croisades du Pius Dea qui ravagèrent de nombreux mondes aliens de la Bordure Extérieure (de 11.965 BBY à 10.966 BBY), le Haut Conseil Jedi quitta Coruscant pour Ossus en signe de protestation. Certains Jedi, en désaccord avec cette politique, décidèrent de ne plus suivre les ordres du Haut Conseil pour servir les intérêts du Pius Dea autour de l’année 11.933 BBY. Baptisés “Chamans de l’Ordre du Terrible Éclat”, ces Jedi renégats participèrent aux campagnes génocidaires du Pius Dea pendant plus de mille ans. Décimés après de multiples batailles, l’Ordre du Terrible Éclat fut prétendument perdu corps et bien après la bataille d’Uquine. Un Sunesi nommé Carel Kapekos naquit durant cette période trouble. Sensible à la Force, Kapekos fut accepté dans les rangs de l’Ordre Jedi mais, éduqué dans la foi du Pius Dea depuis sa plus tendre enfance, continua à pratiquer le culte de la Déesse. Jedi modèle, Kapekos trouvait que les croisades de Pius Dea allaient trop loin et que l’Ordre avait la responsabilité de freiner les pires transgressions de la dynastie Contispex tout en combattant les races aliens “prédatrices” telles que les Hutts.

Servant en temps que chevalier errant, Kapekos garda ses distances avec les Chamans du Terrible Éclat tout en parcourant la galaxie au secours de la veuve et de l’orphelin. Au cours de ses pérégrinations, il fut la cible d’une vision de Force. Il y vit des Jedi déchus s’opposant à la Justice et à tout ce qui était bon, en sus d’une invasion d’horreurs indicibles en provenance de l’espace sauvage. Kapekos sombra dès lors dans une intense paranoïa au sujet des éléments schismatiques à l’Ordre Jedi. Il se plongea dans les anciens textes dans l’espoir de trouver un moyen de défaire le Coté Obscur de la Force et ses adhérents. Kapekos fit pression sur le Conseil Jedi pour étendre la présence militaire de l’Ordre au coeur de la République. Ses idées furent rejetées en bloc par le Conseil. Un conflit éclata alors entre Kapekos et le Grand maître Biel Ductavis. Après la célèbre bataille d’Uquine, l’hégémonie militaire du Pius Dea prit fin en même temps que la dynastie Contispex. Le Grand Maître Ductavis occupait conjointement les fonctions de Chancelier suprême de la République et de Grand Maître de l’Ordre Jedi. Il mit en place de grande réforme pour bannir le culte de la Déesse, faire la paix avec les Hutts et réduire l’importance de l’armée républicaine. Kapekos se révolta contre cette politique, réunissant autour de lui les Jedi pratiquant toujours le culte de la Déesse.

Ductavis réagit fermement à cette menace, obligeant Kapekos et ses suivants à abjurer leur foi ou à quitter l’Ordre. Exilés, Kapekos et soixante-six partisans quittèrent l’Ordre Jedi et se réfugièrent sur la planète Garn. Ils y trouvèrent l’épave d’un vaisseau-cathédrale du Pius Dea et secoururent son équipage. Kapekos trouva en son sein un apprenti, Alquist, qui devient son commandant en second et proche conseiller. Peu de temps après sa fuite sur Garn, Kapekos fut accusé par le Haut Conseil Jedi d’être en réalité, et malgré ses états de service exemplaires, à la tête d’un groupe de Jedi noirs. Répondant à l’accusation du Conseil, Kapekos se rendit sur Coruscant en gage de bonne volonté pour laver son nom et réfuter ces accusations. Kapekos n’était cependant pas préparé à l’hostilité qui l’attendait de la part des Jedi Vindicateurs, une caste  spécialement entraînés pour traquer et détruire les Jedi noirs, qui possédait une grande influence au sein de l’Ordre Jedi. Condamné comme un hérétique par les Vindicateurs et vilipendé, Kapekos fut dépouillé de son lien avec la Force par le Haut Conseil, le plus terrible des châtiments pour un Jedi. Brisé et tourmenté, Kapekos fut relâché et retourna sur Garn. Guidé par son désir de revanche, il s’isola complètement de ses suivants. Des rumeurs circulaient sur son état mental au sein de sa communauté tandis que d’autre le pensait possédé par l’esprit du tristement célèbre Xendor. En réalité, Kapekos, Alquist et d’autres confidents se plongèrent dans les arcanes obscurs pour se venger des Jedi et en faire leurs proies. Prenant le nom de Rur, terme signifiant “Liberté”, l’ancien Jedi se proclama Haut Chaman et recréa l’Ordre du Terrible Éclat, vénérant la Déesse et suivant les préceptes décousus laissés par leurs légendaires prédécesseurs. Ces textes détaillaient l’existence d’un portail caché sur la planète Garn. Ce portail donnait accès au Royaume Nocturne, un lieu mystérieux en dehors de l’espace et du temps. Sous l’impulsion de Rur, les Chamans du Terrible Éclat battirent une grande tour noire à l’endroit présumé de ce portail, au plus profond du désert rocailleux de Garn, constamment entouré par un épais brouillard jaunâtre

La tour noire des Chamans du Terrible Éclat, sur Garn.

Assimilant sa vision prophétique à sa présence sur Garn, Rur fit construire ce bastion avec pour vocation de garder l’entrée et prévenir les terribles et indicibles de pénétrer dans la réalité. Aveuglé par son désir de vengeance, Rur se décida pourtant, peu de temps après, à ouvrir le portail pour y rencontrer et tenter de contrôler les créatures qui s’en échapperaient. Rur fit la connaissance des Rozzum, mystérieuse race inter-dimensionnelle, capable d’utiliser la Force. Rur partagea avec eux ses connaissances Jedi et, grâce aux savoirs Rozzum, pu développer les Pièges d’Âmes. Ces cristaux prismatiques pervertis étaient capables d’emprisonner l’esprit et l’essence d’êtres dotés de conscience pour l’éternité. Une arme dont Rur comptait se servir pour faire payer le prix de son humiliation aux membres de l’Ordre Jedi. Devant la nouvelle menace engendrée par le retour des Chamans du Terrible Éclat, l’Ordre Jedi réagit en mettant sur pied une armée de Vindicateurs. Dans les tréfonds de leur forteresse, les Chamans stockèrent leurs savoirs ancestraux dans de grands terminaux informatiques dotés de puissants senseurs capables de détecter des sabres lasers sur de très longues distances. Grâce à ces senseurs, ils furent avertis de l’attaque imminente des Vindicateurs et se préparèrent au siège. Bien préparés, déterminés à vendre chèrement leurs peaux, galvanisés par leur chef et équipés des Pièges d’Âmes, les Chamans du Terrible Éclat infligèrent de terribles pertes aux Vindicateurs Jedi. Pertes dont ils ne se remirent jamais. Après plusieurs milliers de morts, le bastion de l’Ordre du Terrible Éclat fut finalement pris et rasé jusqu’aux fondations. La bataille de Garn ne laissa cependant plus assez de ressources aux Jedi pour pousser leurs investigations et traquer les éventuels survivants. Ainsi, ils n’arrivent pas à mettre la main sur la dépouille de Rur.

Quelques générations plus tard, l’histoire des Chamans sombra dans l’oubli et plus personne ne s’intéressa à ce sombre événement survenu sur une lointaine planète. Dans les décombres de sa citadelle, Le Haut Chaman Rur survécu néanmoins en téléchargeant sa conscience dans un ordinateur. Perdant toute notion du temps, son corps momifié trônait au sommet d’une pyramide de verre. Ce dispositif mêlant Force et technologie Rozzum accueillait les complexes machineries nécessaires à le maintenir en vie. Depuis sa cachette, Rur poursuivit sa guerre secrète contre les Jedi, attirant les détenteurs de sabre laser sur Garn, tissant des pièges soigneusement préparés dans les ruines de son quartier général. Quelques temps après la bataille de Yavin, Luke Skywalker fut attiré sur Garn par un signal de détresse. Il y fit la connaissance de Rur après avoir échappé à plusieurs attaques de Rozzum qu’il arriva non sans mal à défaire. Luke révéla au Chaman que des milliers d’années s’étaient écoulées depuis l’époque du Pius Dea et que les Jedi avaient disparu. Il affirma que son sabre laser lui avait été donné par le dernier des Jedi, Obi-Wan Kenobi, et que ce dernier était mort depuis peu. Choqué et mortifié en apprenant la nouvelle, Rur douta des paroles du Jedi. Il sonda son esprit pour en avoir le coeur et fut horrifié de découvrir que c’était bel et bien la vérité. Dépouillé de sa vengeance et de son but, le Haut-Chaman activa dès lors une séquence d’auto-destruction, faisant s’écrouler ce qu’il restait de la tour noire sur lui. Luke Skywalker réussit quant à lui à s’échapper in extremis de ce funeste destin.

Luke Skywalker devant les Pièges d’Âmes enfermant les esprits de nombre d’anciens Jedi.

Liste des œuvres :

BD/Comics :
– “Blind Fury”

Guides et encyclopédies utilisés en supplément :

– The Complete Star Wars Encyclopedia
– The Essential Guide to Warfare

Auteur : Nelseen
Date de mise en ligne : 12/05/2020

Cette fiche a été lue 215 fois

Les commentaires sont fermés.