Gravid (Darth)

image-indisponible

Darth Gravid

Espèce : Humain
Genre : Masculin
Mort : 552 BBY – Jaguada

Fonction : Seigneur Noir des Sith
Apprenti Sith : Darth Gean
Affiliation : Ordre Sith (Règle des Deux)

Gravid, digne héritier du fardeau des Sith et dignitaire de la Règle des Deux, vécut durant le 5ème siècle précédent la bataille de Yavin. Si l’on ignore comment et quand il succéda à son maître, certaines informations sur ce qui se passa ensuite nous sont parvenues grâce à Darth Plagueis, qui le mentionnera des siècles plus tard. Tuant son mentor et prenant sa place à la tête de l’héritage Bane, Gravid ne perdit pas de temps pour se trouver un disciple. Il s’intéressa de prêt à une Twi’lek, qui répondit dès lors au nom de Gean. Ensemble, ils firent bâtir un bastion fortifié sur la planète Jaguada, au cœur même de l’ancien Espace Sith. Avides de connaissances, et surtout désireux de sauvegarder la mémoire des leurs, ils y entreposèrent tout ce qui avait une quelconque importance aux yeux du Côté Obscur, que ce soient des parchemins, des artefacts ou même des holocrons. Ces reliques représentaient tout ce qu’il restait des Sith, que leurs prédécesseurs avaient passé tant de temps à acquérir et déléguer à leurs apprentis. Le Sith étudia certains pouvoirs du Côté Obscur pendant des années, et réussit à parfaitement maîtriser le transfert d’essence. Toutefois, il était persuadé qu’un engagement total envers le Côté Obscur finirait par condamner l’Ordre Sith à la défaite. Il chercha donc à introduire l’altruisme et la compassion des Jedi dans son enseignement et sa pratique, oubliant que le Côté Obscur ne rendrait jamais un individu dans lequel il avait investi suite à un accord mutuel. Poussé de plus en plus vers la folie par ses tentatives pour concilier les deux univers, Gravid finit par être persuadé que la seule façon de garantir l’avenir des Sith était de cacher ou de détruire les traditions qui avaient été amassées au cours des générations – les textes, les holocrons et les traités – afin que les Sith puissent repartir de zéro et garantir ainsi leur succès. Barricadé entre les murs d’un bastion construit avec son apprentie sur Jaguada, il avait détruit plus de la moitié des archives avant que Gean, faisant preuve d’une volonté et d’un courage sans limites, ne réussisse à pénétrer les champs de Force que Gravid avait élevés autour de la forteresse et n’intervienne, tuant son maître à mains nues. Cela avait coûté à la Twi’lek un bras, une épaule et tout le côté gauche de son visage et de sa poitrine.

Gravement diminuée – physiquement – suite à cet affrontement, Gean dû se faire installer des prothèses et des implants cybernétiques sur la moitié du corps afin de rester en vie. La folie et les actes de Gravid eurent des répercussions énormes sur l’état futur de l’Ordre Sith : la perte de tant de connaissance mirent à mal les prochaines générations. Quelques années avant le Blocus de Naboo, Plagueis mentionna les actes de Gravid à son apprenti, Darth Sidious. Certains pouvoirs comme le transfert d’essence furent perdus – jusqu’à ce que Sidious ne trouve une autre source de savoir. Plagueis, qui souhaitait la vie éternelle, fut handicapé par le informations essentielles perdues sur Jaguada, et le peu de savoir que Tenebrous avait pu lui offrir sur ce sujet. De l’avis de Plagueis, les Jedi auraient sans doute été décimé sans la folie de Gravid. Dans le même temps, Sidious compara Dooku a Gravid.

Il gérait ses affaires de Jedi tout en flirtant avec le Côté Obscur en privé, avide d’exploiter tous les pouvoirs de la Force dans le monde réel. Sa lente réorientation était une curieuse inversion de celle effectuée par Darth Gravid. Ce dernier avait également cherché une prééminence dans la Force, comme Dooku, mais il n’avait jamais réussi à l’atteindre.
– Palpatine à propos de Dooku.

Liste des œuvres :

Romans :
– “Dark Plagueis” (mentionné par Darth Sidious)

Auteur : Ismir de Rómenna
Date de mise en ligne : 21/01/2020

Cette fiche a été validée par nos correcteurs.

Cette fiche a été lue 318 fois

Les commentaires sont fermés.