Guerres contre les Nains Blancs

La Guerre contre les Nains Blancs (2337 1A – 2349 1A)

Ce conflit qui secoua le Val pendant 12 longues années fut orchestré par le seigneur elfe le plus noir et le plus maléfique qui existe à ce jour : Eroher le Maudit. En automne 2337 1A, alors que les échanges commerciaux allaient bon train entre les Elfes des Neiges et les Nains Blancs situés plus au nord, passant par les villes marchandes du Bras de Rintev, la Secte du Charognard débuta une série d’attaques secrètes de convois nains dans la Terre des Ours. Elle s’empara des cargaisons de gemmes et de peaux à destination ou en provenance du Val, veillant à laisser de faux indices incriminant la Cour du Froid. Face à ces attaques répétés, l’Empereur Nain Kortz fit capturer les convois elfes encore présents sur ses terres, certain que Livien était responsable de ces attaques et souhaitait s’approprier les ressources naines sans payer. Longuement influencée par Eroher, Livien déclara la guerre aux nains, jurant de venger les siens tués dans le nord. La guerre qui s’ensuivit profita grandement à la Secte et marqua le début d’une terrible décennie.

La guerre dure 12 ans :
– Pendant 4 ans, les Galadwyn mènent des campagnes contre les nains dans les terres du Nord. Ils prennent d’assaut nombre de forteresses mais sont finalement repoussés
– Pendant 1 an, un seigneur de Thiloth du nom d’Aldair reste sur place pour gêner la contre-attaque des nains et mène des attaques éclairs jusque dans les Terre des Ours
– Pendant 1 an : les Nains Blancs arrivent jusqu’au Val et capturent au cours de l’année les bourgades naines de Tavilad et Nargod. L’entrée du Val est bien plus dure et les Elfes résistent.
– Pendant 1 an et demi, Livien mène personnellement ses troupes contre celles de Kortz. Finalement, Livien est assassinée au sein-même de la Cour du Froid par des nobles d’Alderad affiliés à Eroher. La trahison découverte, la reine Felavrel traque Eroher à travers le Val et prendre d’assaut Alderad. Eroher est contraint de se battre, mais il est vaincu dans son palais. La jeune Mirilis, fille de Livien, monte sur le trône et reprend la défense du Val, cette fois sans la perturbation de la Secte du Charognard.
– Pendant 2 ans, Mirilis se bat contre les nains et repoussent leurs assauts dans les cols du nord. Finalement, Tavilad est reprise, Barroso ne tarde pas à tomber
– Mirilis, qui se bat sur son grand aigle Eölregh, met en déroute les armées naines. La Garde Opaline poursuit les groupuscules ennemis, qui fuient jusque dans leurs montagnes. À l’abris dans leurs fortifications, les nains demandent un traité de paix. Incertain de pouvoir détruire leurs bastions et fatiguée de cette guerre, Mirilis organise une rencontré avec Kortz, où ils signent un traité de paix. Défaite de Kortz face aux maîtres-bretteurs de Nargod. Repoussé dans le nord, les Nains Blancs retournèrent au sein de leurs bastions perchés dans les montagnes.

Leurs armées réunies, Livien mena ses forces aux côtés des rois de Teliwin et d’Alderad à travers les montagnes nord du Val, empruntant des passages étroits connus seulement des Galadwyn. Ils passèrent par les villages récemment fondés de Tavilad et Nargod, puis remontèrent les nombreux fleuves parsemant la région. Avant d’arriver devant le Bras de Rintev, ils fondèrent trois campements pour ravitailler leurs troupes. Les villes de Tanica et Orlinum, qui faisaient partie de la Coalition Marchande des Humains du nord, se trouvaient au bord du grand fleuve et possédaient chacun un grand pont de pierre qui permettraient aux armées elfes de passer. Sans tarder, Livien lança ses armées contre Tanica le 21 Oreth 2766 2A, qui tomba finalement au bout d’une semaine. Les Humains capturés furent relâchés en dehors de la cité, livrés à eux-mêmes dans les froides et sauvages Terres des Ours. La plupart se réfugièrent à Orlinum et racontèrent la terrible nouvelle. De leur côté, les Galadwyn purent recevoir des ravitaillements depuis Galadwith, en faisant passer leurs navires par le Bras de Gintev jusqu’à Tanica. En apprenant la nouvelle de l’assaut Galadwyn, l’Empereur Nain Kortz décida d’entrer en guerre contre les traîtres Elfes des Neiges. Il envoya tout son soutient à la Coalition Marchande et déploya ses légions de Nains aguerries pour contrer l’avancée des Galadwyn dans les Terres Blanches. Livien continua sa progression dans les étendues sauvages situées toujours plus au nord, et c’est près du fleuve Dazarbag que les deux antagonistes se rencontrèrent le 6 Sepreth. En pleine nuit, l’artillerie des Nains Blancs causa des pertes importantes dans les cohortes de fantassins d’Alderad et de Thiloth. Toutefois, si les Nains avaient un avantage technologique, les Galadwyn possédaient un atout très important : une cavalerie. Montant son cheval Medhrias, Livien mena ses cavaliers à travers le blizzard et percuta de plein fouet les catapultes et canons des Nains, qui tombèrent rapidement. Privés d’artillerie, les Nains durent compter sur leur robustesse et la ténacité de leurs formations pour résister aux Galadwyn. Malheureusement, les mages de batailles Elfes des Neiges vinrent à bout de la résistance des Nains, qui perdirent cette bataille, appelée dans les livres d’histoire la Bataille de la Rancune, car elle resterait gravée dans la mémoire des Nains Blancs très longtemps. Forte de sa première victoire, Livien s’avança plus au nord, jusqu’à atteindre l’entrée de l’empire des Nains Blancs. Kortz, obnubilé par son désir de revanche total, opta pour un positionnement défensif. Se retranchant au sein des Sentinelles de Fer (un réseau de sept forteresses reliées entre elles par des tunnels dans la montagne) dans la Trouée du Géant, l’Empereur défia Livien de lui prendre ses terres, et jura d’annihiler toute trace des Elfes des Neiges en ce monde. Traversant le fleuve Grandirn, Livien releva le défit et sépara ses forces avant de lancer l’assaut sur les positions naines, le 12 Sepreth. Profitant du mauvais temps et de l’obscurité de la nuit, les Galadwyn se ruèrent sur les bastions nains. Cependant, c’était sans compter sur l’artillerie naine, cette fois retranchée derrière de hauts remparts, à l’abris des cavaliers Galadwyn. Au total, six bastions nains furent attaqués, et Livien choisit de s’en prendre personnellement à Gavar Sepharin, où se situait Kortz selon ses renseignements. Les forteresses de Srankin et Drarkin parvinrent à mettre en déroute les Galadwyn, mais celles de Kaukir et Darnakin tombèrent dans la nuit, non sans causer de lourdes pertes aux Elfes des Neiges. Alors que le matin se levait et que les combats faisaient toujours rage à Lergaur, Livien parvint à enfoncer les portes de Gavar Sepharin. Abattant ses opposants, elle se fraya un chemin avec ses gardes jusqu’à la grande place où tiraient les canons. C’est là que se dressa Kortz, prêt à mettre fin à sa vie. Redoutable bretteuse, Livien engagea un féroce combat avec Kortz, qui parvint à mettre en difficulté la Galadwyn. Abattant sans cesse sa lourde hache de guerre sur la Monarque du Froid, Livien fut contrainte de se libérer. Forte du sang de loup de sa lignée, Livien déforma sa chair, ses os, et ses muscles, et devant le regard horrifié des nains, se changea en bête. Livien chargea sans hésiter l’Empereur Nain, qui fut gravement griffé et lacéré. Se défendant comme il le pouvait avec sa hache, il parvint à trancher la main gauche de Livien avant de s’effondrer sous les coups du grand loup blanc. Alors que Livien s’apprêtait à terrasser l’Empereur, un boulet de canon enflammé la frappa sur le flanc, qui l’envoya s’écraser plus loin. Morte sur le coup, la transformation de Livien cessa et elle redevint la Galadwyn qu’elle avait été. Privés de leader, les Elfes des neiges furent contraints de battre en retraite. Les quelques guerriers qui avaient investi les tunnels nains furent massacrés, et le gros des forces restantes s’épanouit à travers la brume et la nuit. Bien qu’une partie du réseau nain avait été ébranlé, les Galadwyn n’étaient pas parvenu à percer leur ligne défensive et avaient perdu leur dirigeante. Amenant avec eux les richesses pillées à Kaukir et Darnakin, les Galadwyn décidèrent de retourner dans le Val, conscient que leurs forces, affaiblies et peu nombreuses, ne pouvaient plus envahir le territoire nain. Sans attendre, Kortz mena personnellement ses légions de nains à travers les étendues du nord, afin de poursuivre et d’annihiler les Elfes des Neiges en pleine retraite. De nombreuses escarmouches affaiblirent davantage les Galadwyn, mais ne suffirent pas à Kortz pour ses débarrasser d’eux. L’Empereur poussa plus loin son expédition, jusqu’à Tanica, encore détenue par les Elfes des Neiges. Kortz envoya des corbeaux à Orlinum, faisant savoir aux Humains qu’il était intéressé par une alliance. Ces derniers ne laissèrent pas passer leur chance et envoyèrent leurs troupes assiéger Tanica par le sud-est, appuyant les Nains du Nord. Loin du confort de leurs forteresses, les Nains se montrèrent moins efficaces et vifs que les elfes, mais leur artillerie leur donna la victoire. Le 23 Ornoeth, des milliers de Galadwyn s’enfuirent en direction du Val, dirigés par des seigneurs de rang inférieur après la mort de tous les rois dans la cité. Ignorant totalement Tanica et souhaitant faire payer aux Elfes leur audace, Kortz continua de les poursuivre dans les Terres des Ours. C’est à ce moment qu’un des seigneurs d’Alderad, Valdair, grava son nom dans l’histoire. Décidé à couvrir la retraite de ses pairs, il établit un campement de fortune afin de permettre à ses hommes de se reposer un tant soit peu. Assuré de sa totale victoire, Kortz commit un erreur en souhaitant poursuivre les Elfes des Neiges sans couvrir ses arrières. Cela permit à Valdair de harceler et d’embusquer de nombreuses fois les forces naines, détruisant leur artillerie avant de se cacher dans les bois éparses de la région, ne réapparaissant que la nuit pour semer le chaos dans les camps nains. Entre le 25 Ornoeth et le 4 Noleth, Valdair commit une dizaine d’embuscades avec succès. Grâce à cette redoutable diversion, le reste des Galadwyn parvint à se réfugier dans le Val. Kortz décida de mettre tous ses efforts dans la traque de Valdair, mais ce dernier se montra insaisissable. Le 7 Noleth, il mit le siège simultanément sur les petites bourgades de Tavilad et Nargod, qui cédèrent toutes deux en un après-midi. C’est une jeune femme malade de 62 ans du nom de Mirilis qui monta sur le trône de manière légitime en ces temps de crise. Atteinte d’un mal inconnu, elle se montra cependant apte à prendre les rennes du Val, alors même que les nains assiégeaient leurs portes. Faisant appel à la Garde Opaline de Valanarwen, elle mena la résistance aux frontières nord du Val, empêchant les nains de franchir les cols exigus menant en son sein. Les escarmouches durèrent près de six mois, mais bien que ni Tavilad, ni Nargod ne purent être reprises, sa défense du Val lui valut d’être acclamée par le peuple, en dépit de son jeune âge elfique. Kortz, comprenant bien que le Val était bien gardé, et sur conseil de ses généraux, fit fortifier les bourgades galadwyn capturées, construisant deux petits fortins en leur centre. Après avoir passé le reste de l’hiver et l’entièreté du printemps en guerre froide, c’est le 18 Aereth 2767 2A que Kortz mena un assaut de grande envergure, tentant d’enfoncer un des étroits passages du col nord. Répondant aussitôt à l’agression naine, Mirilis dépêcha une force rapide à l’ouest, afin de déborder les Nains Blancs et reprendre dans leur dos la bourgade de Nargod. Cependant, les Nains se montrèrent plus résistants que prévu, et repoussèrent les Galadwyn en utilisant des renforts venus de l’autre front. De ce fait, les Galadwyn parvinrent à repousser les Nains Blancs, mais ne prirent pas la peine de les poursuivre hors du Val où leurs canons situés à l’arrière pouvaient les annihiler. Kortz échoua à pénétrer le Val, mais fort de ses victoires précédentes, ordonna aux Galadwyn de lui verser un tribu annuel et de reconnaitre leur défaite au monde entier. Lasse de ces conflits meurtriers débutés par la folie de sa mère, Mirilis accepta de signer un traité de paix. Cet édit, signé des mains directes de Kortz et de Mirilis le 22 Aereth 2767 2A, fut nommé l’Accord du Grand Blanc. Encore visible aujourd’hui dans le Palais des Gemmes de Valanarwen,  ce traité symbolise deux choses : la fin de la soif de conquête Galadwyn, ainsi que la remise en question de leur égo. Kortz repartit loin au nord, dans ses montagnes, mais laissa des troupes dans les deux villages de Nargod et Tavilad, qui étaient siens. Chargés de lui payer un tribut, les Galadwyn s’occupèrent principalement de pleurer leurs morts, de soigner leurs blessures, et de méditer sur leurs erreurs. Toutefois cette défaite ne serait jamais oubliée par les Elfes des Neiges. 

Cette fiche a été lue 68 fois

Les commentaires sont fermés.