Vif-Argent

Vif-Argent :

Position : Nord d’Helmir, nord du Val des Neiges Eternelles
Climat : Polaire
Terrain : Terres enneigées, montagnes, forêts, rivières
Dirigeant : Roi Eragoth, Princesse-Matriarche Iglith
Capitale : Dagol Anorad
Autres villes : Port Dolfalad, Port Nyssa, Polziech, Baragsil, Baranor, Silria, Athenor
Lieux d’intérêt : Temple du Chanteur, Château du Flocon d’Argent, Phare Krakazar
Habitants : Galadwyn (62%), Humains du Pays des Pierres (37%), autres (1%)

Carte de l’île Vif-Argent.

I – Description :

L’île Vif-Argent est un vaste territoire située loin dans les contrées nord de l’océan Lwelir. Propriété exclusive du royaume des Elfes des Neiges, l’île est actuellement gouvernée par le Roi Eragoth, qui sert fidèlement la Monarque du Froid Faewil, maîtresse incontestée du Val des Neiges Eternelles. Vif-Argent, recouverte de neige et de glace, offre un havre de paix aux Galadwyn. Jonchée de forêts et de montagnes, l’île reste sauvage malgré sa colonisation, et le transport de marchandise n’est jamais sans danger. Si l’île est sous l’autorité d’Eragoth, la moitié est a été colonisée dans le passé par des peuplades Humaines originaires du Pays des Pierres. Ces Humains, repartis en maisons alliées mais rivales sur certains plans, paient un tribu à Eragoth pour subsister sur l’île et en exploiter les ressources. Toute la moitié ouest de l’île n’est peuplée que de Galadwyn, et seul le village d’Athenor a vu sa population se diversifier après le massacre de Silria en 1324 4A. Une grande organisation de coupe-jarrets, les Mains Rouges, sèment la terreur dans la région, et la garde a bien du mal à en venir à bout. Ce sont eux qui sont responsables de la destruction de Silria. Mais l’île recèle bien des dangers, car les animaux sauvages et la Secte du Charognard participe à parasiter la vie en communauté. La Demeure du Chanteur est le nom donné à la gigantesque montagne qui trône au centre de l’île. Visible depuis n’importe quel endroit de l’île, la montagne est tellement grande qu’on ne distingue jamais son sommet, perpétuellement dissimulé dans un épais brouillard. Au pied de cette montagne a été construit le Temple du Chanteur, un monument religieux dédié au dragon qui habiterait au sommet de la montagne. Une autre montagne, située plus au sud, a ironiquement été appelée Petit Rocher, en raison de sa taille dérisoire comparée à la Demeure du Chanteur. Les forêts entourant Petit Rocher sont bien utiles aux maisons humaines pour récolter du bois, ressource vitale à leur survie. Plus au nord, les Bois des Murmures restent peu explorées. Ces vastes forêts tortueuses sont très sauvages et dangereuses, peuplées uniquement de bandits et de spectres. Les Plaines des Tempêtes, région la plus ouverte de l’île, est également la moins praticable, en particulier pour les non-Galadwyn. En effet, ces vastes terres blanches sont jonchées de neiges épaisses et constamment balayées de tempêtes de neiges meurtrières. Des routes ont donc été construites pour se rendre à l’est et au nord de l’île depuis la capitale : Dagol Anorad. C’est là que siège Eragoth, roi de Sang-Mêlé, avec sa mère, la Princesse-Matriarche Iglith. La vaste capitale galadwyn est une grande citée portuaire construite en pierre banche et décorée de toits d’or à partir de matériaux importés du Val. Port Nyssa et Port Dolfalad ont été construits sous la juridiction de la Princesse-Matriarche Iglith, alors qu’elle régnait encore sur Vif-Argent avant de laisser sa place à son fils. Situés sur les petits îlots de la Baie Nyssane, ces deux escales portuaires sont utilisées pour la pêche comme pour le transport des minerais extraits de la Demeure du Chanteur. Le Château du Flocon d’Argent, situé à l’extrémité ouest de l’île, est le fief du mage de la cour d’Eragoth. Actuellement, c’est une puissance magicienne du nom de Luiviel qui y loge avec sa garde. Construit sur un pic rocheux surgissant de la mer, le Château du Flocon d’Argent est relié à la falaise de l’île par un pont en pierre. Le château, haute bâtisse de pierre blanche et dorée, est lourdement gardé. Il possède de nombreux vitraux, statuettes, reliefs et gravures, imprégnées partout dans la roche. Par ailleurs, le Château du Flocon d’Argent est protégé par un puissant bouclier magique.

La Baie d’Orfalas elle est le lieu de développement des peuplades humaines habitant la région est de l’île. Le Phare Krakazar appartient à la maison Orfalas. Situé sur une des îles de la baie les plus éloignées de l’île, elle sert de guide aux bateaux en provenance du continent ou d’autres îles civilisées. Gardée en permanence par un groupe de chevaliers appartenant à l’Ordre de Tigris, sa lumière intense maintient les Krakazar environnants plaquées dans les fonds marins, les empêchant d’attaquer les bateaux. Phare Krakazar est parfois la cible de pirates, mais jamais encore les paladins de Tigris n’ont failli à le défendre. 

II – Histoire passée :

Le 17 Aereth de l’année 2821 3A, la famille de Lugduril, capitaine de la Garde de Galadwith, fut capturée par une tribu d’Orques Rouges alors qu’elle voyageait en direction d’Alderad. Kragor l’Ecarlate, le chef des Orques Rouges, menaça de tuer sa famille si Lugduril n’ouvrait pas les portes de Galadwith à ses hordes. Désireux de sauver sa seule famille, il en oublia celles des autres et fit s’ouvrir les portes de la cité. Bien entendu, la famille de Lugduril fut la première à mourir dans d’atroces souffrances. Complètement dépassés, inférieurs en nombre et pris au dépourvu, la garnison de Galadwith ne put empêcher les innombrables orques de se déverser dans la cité. Ainsi débuta le massacre de Galadwith, qui mena à l’annihilation pure et simple de la ville. Si Iglith parvint à s’échapper et à rejoindre l’océan avec quelques survivants, ce ne fut pas le cas de son père, le Roi Anorad, qui affronta le chef des orques rouges dans un duel sans pitié. Après un combat intense, Anorad parvint à pourfendre Kragor l’Ecarlate. Malheureusement, un autre orque lui trancha la gorge dans la mêlée. La Chute de Galadwith est également appelée “La Trahison du Paladin” et le nom de Lugduril est proscrit de tous les Galadwyn. Coupés de tous renforts, les survivants n’eurent d’autre choix que de fuir en bateau vers l’océan de Lwelir, pour tenter d’atteindre la récente ville de Dagol Liuwyn, située à l’est. Au nombre de 1500, ils furent menés par la fille d’Anorad, la jeune Princesse Iglith. Malheureusement, les navires furent pris dans un violent blizzard et certains furent coulés par des krakazars affamés. Ainsi détournés et dispersés, Iglith et les siens ne parvinrent pas à retrouver leur route. Avec l’accord d’Asariel, Tsaar guida ses protégés jusqu’à une île appelée Morte-Terre. Après seulement quatre jours de bateau, les Galadwyn débarquèrent sur les plages gelées de Morte-Terre, qu’ils nommèrent le Foyer du Renouveau. Peu de temps après, ils fondèrent une petite cité au sud de l’Ile gouvernée par la princesse Iglith, qu’elle nomma Dagol Anorad (littéralement “Héritage d’Anorad”), en l’honneur de son père. Les Elfes des Neiges ne tardèrent pas à trouver de bons filons de Vif-Argent, une riche ressource qu’ils s’empressèrent d’amasser. La région ne manquait pas non plus d’arbres ou d’animaux et de poissons pour vivre. Deux ans plus tard, la cité était considérablement plus grande. Alors que les Galadwyn réfugiés sur l’île ne communiquaient qu’avec des moyens limités, il fut décidé d’augmenter le trafique de minerai de façon significative. Ainsi, Iglith ordonna la construction d’un grand port en s’aidant d’une vaste baie de glace naturelle. Les bateaux marchands ne desservirent aucun port étranger dans le but de garder leur île secrète. En 2829 3A, les Humains du Pays des Pierres côtoyant les cités Galadwyn du continent entendirent parler de l’île de Vif-Argent. Après quelques enquêtes personnelles, de riches familles Humaines s’intéressèrent de prêts à ces terres sauvages inconnues. Les Maisons Fierek, Gaardog et Orfalas furent contraints de s’exiler à cause d’inquiétantes rivalités. Non sans difficultés, les colons Humains débarquèrent sur les rives sud est de l’île. Iglith fut tenté de prendre les armes, mais les Maisons Nobles du Pays des Pierres envoyèrent des négociateurs. Pragmatique, Iglith accepta leur venue, en échange d’un lourd tribu et d’un serment d’alliance éternel : Si Dagol Anorad était menacée, les trois Maisons seraient obligées d’intervenir. L’accord fut donc conclu, et en à peine un an, trois villages se formèrent le long de la côte sud-est : Baranor, Polziech et Baragsil. Baranor était le fief de la Maison Orfalas, Polziech celui de la Maison Gaardog et Baragsil celui de la Maison Fierek. En quelques décennies, quatre autres villages Humains furent fondés un peu partout sur l’île. C’est à cette période que d’étranges créatures firent leur apparition. Alors que les Humains s’enfonçaient dans le centre de l’île, ils furent attaqués par ce qu’ils appelleraient les “Mangeurs de chair”. Les humains furent donc pendant longtemps la cible d’attaques mineures, largement repoussables. En 2832 3A, la cité de Dagol Anorad fut également attaquée par huit fois. Le dernier assaut fut cependant d’une importante ampleur : plus d’une centaine de créatures furent recensées et les pertes elfiques furent innombrables. Alors, Iglith invoqua l’alliance conclue avec les hommes. L’année suivante, 400 Elfes des Neiges joignirent leurs forces à 47 Humains pour éradiquer tous les mangeurs de chair au sud de l’île. La campagne dura 1 an et demi, mais fut couronnée de succès. Les mangeurs de chair furent repoussés jusque dans la montagne, où ils disparurent dans le blizzard, mais 300 Elfes et 27 Humains y laissèrent la vie. Les survivants furent nommés les 120 Immaculés. Cet événement historique fut appelé “l’Epuration des Terres Blanches”. Dans leur périple, le groupe découvrit une formation rocheuse quasi-isolée le long des côtes, reliée au reste de l’île par un unique bras de pierre. En 2841 3A, après moultes travaux, le Château du Flocon d’Argent fut fondé. Située à trois jours de marche de Dagol Anorad, il fit office de fortification personnelle pour le mage de la cour. En 523 4A, la peste bleue frappe l’île. Cette maladie était visible lorsque la peau de l’individu devenait bleue par endroits, et que du sang était visible dans les yeux. Si les Humains furent peu touchés, Dagol Anorad semblait en être l’épicentre. La population, d’environ 4000 habitants, fut diminuée de moitié. Iglith, dépassée, ne put qu’assister à la perte des siens. Au milieu d’année, une chose incroyable se produisit : un dragon majestueux (Ten’pa’zil) survola la ville, non sans effrayer tous les habitants. Mais au lieu de tout brûler, la bête se mit à chanter. Sa voie merveilleuse fut telle que certains le pensèrent Elu des Dieux. Les habitants retrouvèrent leur calme et l’entièreté de la ville fut baignée d’une Lumière enivrante, emplissant de joie le coeur des Elfes. Après un temps, il repartit en direction de la plus haute montagne de l’île. Les Elfes mirent un peu de temps avant de réaliser ce que le dragon avait fait : tous les habitants, Elfes et Humains compris, atteints de la peste bleue, avaient guéri. La Montagne fut nommée “Demeure du Chanteur”, en honneur à leur sauveur à la voie salvatrice. Les Humains non-présents dans la ville imaginèrent que les Elfes proliféraient des mensonges et que le dragon n’avait jamais existé. Trois jours après l’apparition du dragon, un culte elfique fut officiellement fondé : le Culte du Chanteur. En 526 4A : Un temple fut construit au pied de La Demeure du Chanteur. Leurs prêtres vouaient un culte absolu et dévoué au Grand Dragon Guérisseur. La Prophétie racontait que ce dragon reviendrait 1000 ans plus tard. Si sa prochaine apparition était source de joie, elle témoignait également de l’apparition d’un terrible fléau. En 1177 4A, Iglith donna naissance à Eragoth, enfant demi-Elfe qu’elle eut avec l’Humain Meregon, le chef de la Maison Orfalas de l’époque. Malheureusement, il fut tué par un ours polaire lors d’une chasse au cerf, en 1180 4A. Iglith éleva donc son fils à Dagol Anorad seul. Ce n’est qu’en 1229 4A qu’Iglith autorisa son fils à monter sur le trône. Comme elle le craignait, Eragoth s’engagea dans une politique totalement contraire à la sienne : Il engagea une réforme commerciale et accentua le trafique avec les peuplades étrangères. Ainsi, il ouvrit les frontières et cessa de clamer l’isolationnisme de sa mère. Cela eut pour effet d’attirer un certain nombre d’aventuriers sur cette terre inconnue, avides de gloire et de fortune.

La trahison est l’apanage d’un seul homme, la tragédie celle de tout un peuple. La cité brûlait, et la lueur de ses flammes étaient visibles sur des lieux à la ronde. Malgré le froid intense de ces terres, un humain aurait pu sentir la chaleur du feu qui rongeait les murs. On entendit des hurlements atroces quand les immondices de Korunn pénétrèrent dans Galadwith. On raconte que cette nuit-là, les enfants de la région n’arrivaient pas à dormir, les animaux cessaient de se nourrir, et Tsaar, impuissant, composait ses chansons les plus bouleversantes.
– Extrait du chapitre IX de « La Chute de Galadwith » par Aras-I-Menir, Historien Haut-Elfe, 2941 3A.

Cette fiche a été lue 79 fois

Les commentaires sont fermés.