Ikrit

Ikrit

Espèce : Kushiban
Genre : Masculin
Naissance : Plus de 400 BBY – Kushibah
Mort : 26,2 ABY – Yavin IV

Langages : Kushiban, Basic, Shyriiwook
Taille : Entre 0,5 et 1 mètre
Apparence :
– Fourrure blanche (change avec l’humeur ou pour se camoufler)
– Yeux marrons-bleus-verts (peuvent changer avec l’humeur)

Fonction : Maître Jedi
Maîtres : Yoda
Apprentis : Anakin Solo, Tahiri Veila

Affiliation : Ordre Jedi, République Galactique, Nouvel Ordre Jedi, Nouvelle République
Arme : Sabre laser, puis un autre sabre laser
Aptitudes Particulières : Télépathie, illusions mentales, communication avec les animaux
Vaisseau : Sunrider

I – Apprentissage et maîtrise de la Force :

Ikrit était un Kushiban de la planète Kushibah. On ignore tout de son passé, jusqu’au jour où un célèbre maître Jedi nommé Yoda visita son village. Les Kushiban furent surpris par cette visite, car il était à la recherche de quelqu’un à entraîner. Ikrit fut honoré qu’un maître Jedi vienne dans notre village pour chercher un étudiant. Il se proposa d’assister Yoda de la façon qu’il souhaitait durant son séjour sur Kushibah. Toutefois, Ikrit n’osa pas se proposer pour être testé. A sa grande surprise, Yoda lui dit qu’il était l’étudiant qu’il recherchait. A cette nouvelle, il éclata de rire, tout comme les gens de son village lorsqu’ils l’ont entendu. Les siens lui lancèrent qu’il pourrait toujours construire un sabre laser pour sauver les récoltes d’herbe de soie… En dépit de leurs plaisanteries, il partit avec pour commencer son entraînement de Jedi. Ikrit fut formé pendant environ un an, et il n’était toujours pas sûr de lui lorsqu’il revint rendre visite à sa famille. Les gens de son village étaient heureux de le voir, bien qu’ils se moquaient encore de lui. La nuit avant le début de la récolte d’herbe de soie, l’une des villageoises revint des champs, ensanglantée. Elle leur raconta qu’une horde de bêtes xinkra de trois mètres de haut – qui pouvaient avaler un Kushiban d’une seule bouchée – se dirigeait des pentes de la montagne vers les champs d’herbe à soie et le village. L’un des monstres l’avait vue et s’était avancé, espérant un repas rapide, mais elle avait trompé la bête, l’éblouissant à l’aide de son couteau, de sorte que lorsqu’il fonça sur elle, il rencontra la lame du couteau au lieu de son bras. Elle s’était donc échappée pour prévenir le reste du village. Les Kushibans se précipitèrent vers leurs maisons, à la recherche de n’importe quel objet pouvant servir d’arme. Ils apportèrent des râteaux, des faux, des houes, et mêmes des aiguilles ou des morceaux d’habits, mais Ikrit savait que son peuple était piteusement armés, et ils ne seraient pas capables de se défendre eux-mêmes. Certains d’entre eux avaient apporté des torches, car le feu était la seule chose que les xinkra craignaient. Toutefois, si les villageois combattaient, beaucoup mourraient. Ikrit grimpa sur un toit herbeux au centre du village et s’adressa aux siens. Il leur demanda de lui faire confiance et de le laisser combattre les xinkra seul. Sans attendre une quelconque réponse, il se précipita en direction des champs à la rencontre des créatures. Ikrit supposa que les siens l’avaient écouté, car ils avaient tous attendu de voir ce qu’il allait faire. Il grimpa sur une pile d’herbe à soie récoltée, alors même que les bêtes se rapprochaient, inexorablement. Ikrit savait qu’il n’avait pas la force de combattre les xinkra avec ses mains. Plus d’une centaine d’entre eux se ruaient vers lui, mordant l’air de leurs canines aiguisées et faisant de grands gestes avec leurs griffes acérées. Alors, il utilisa la Force pour altérer l’esprit des xinkra. Il leur envoya une image mentale, une image du village en flammes devant eux, des langues de feu orange et rouge léchant le ciel. Et une seconde image de nourriture, loin derrière eux, au milieu des forêts dans les montagnes. Il projeta énormément de nourriture dans leur esprit : des créatures volantes, des rongeurs, des reptiles et des poissons. En quelques secondes, les xinkra firent demi-tour et retournèrent d’om ils venaient. Quand Ikrit revint à son village, son peuple l’accueillit en héros, car eux aussi avaient une nouvelle image en esprit. C’est à cet instant qu’Ikrit sut qu’il se devait de retourner auprès de Yoda pour devenir chevalier Jedi. Il défendrait la galaxie contre les ténèbres qui s’élèveraient pour la dévorer.

Profil : Le maître Jedi Ikrit (image extraite du “Power of the Jedi Sourcebook“).

Ikrit était capable de parler, d’écrire et de lire le Basic comme le Kushiban, mais aussi de s’exprimer en Shyriiwook, le langage des Wookies, bien que l’on ignore dans quelles circonstances il l’apprit. Il utilisait la télépathie, la télékinésie, la persuasion de Force, et avait même la capacité de projeter des images mentales et de soigner d’autres personnes. Reconnu comme Jedi Consulaire, il était très agile, vif, et était un véritable maître de la furtivité. Par ailleurs, il était un très bon pilote. Ikrit possédait un grand pouvoir et finit par se croire important, au point d’en devenir un peu trop fier. Un jour, il tua presque un de ses amis avec son sabre laser à la suite d’un désaccord. Alors, Yoda risqua sa vie pour l’arrêter, bien que l’on n’en sache pas davantage. Honteux, Ikrit enterra son sabre laser et ne s’en servit plus jamais. Il s’entraîna durement pendant des années avant de finir par mériter le titre de maître Jedi, mais sans utiliser de sabre laser. Aux alentours de 378 BBY, Ikrit se rendit sur Yavin IV pour étudier les ruines des temples Massassi. Il apprit beaucoup de choses et développa un temps ses connaissances sur les Massassi. C’est là qu’il découvrit, dans l’un d’eux (qui serait nommé des siècles plus tard le “Palais des Woolamandres”), un globe en cristal doré, touché par une malédiction qu’il ne pouvait briser, mais dont il était certain que des milliers de vies en dépendaient. Aussi décida t-il de rester au pied de cette sphère remplie de sable doré afin de la garder, et d’attendre ceux qui seraient à même de rompre la malédiction. Selon lui, seuls des enfants puissants dans la Force pourraient la rompre. Le passage menant au globe fut scellé, et Ikrit resta en transe Jedi pendant quatre siècles. Deux mois avant la bataille de Geonosis, afin de soutenir davantage les efforts d’unité de la République, Biscuit Baron, la plus grande chaîne de restaurants à service rapide de la Tagge Company, lança la semaine prochaine sa campagne “Héros de la République”. L’objectif était d’éduquer les jeunes, vraiment tout le monde, sur les héros et l’histoire des mille dernières années. Il s’agissait d’une célébration de tout ce que la République fut et peut pouvait être. À cette fin, Biscuit Baron inclut une série d’holocubes commémoratifs dans tous les lots de biscuits et lots de petit-déjeuner ultra-dimensionnés QuickSnack et QuickSnackLite. Les holocubes identifièrent des personnages historiques notables, notamment les chanceliers suprêmes Anwis Eddicus et Vaila Pecivas, et les maîtres Jedi S’diawae, Ikrit et Jojighar. La campagne fut axée sur la région et dura un mois complet. Le maître Jedi, coupé de tout, échappa à l’Ordre 66 puis à la Purge Jedi orchestrée par le nouvel Empereur Palpatine. De nombreux événements touchèrent Yavin IV sans qu’Ikrit n’interagisse avec quoique ce soit. Luke Skywalker fonda même une académie pour son Nouvel Ordre Jedi en 11 ABY.

Ikrit, un Jedi peu conventionnel.
(image extraite de “Power of the Jedi Sourcebook“)

II – Les enfants élus :

C’est finalement en 22 ABY qu’Ikrit trouva ceux qu’il cherchait. Il envoya des pensées subliminales à Anakin Solo et Tahiri Veila, deux étudiants de onze et neuf ans récemment arrivés dans l’académie Jedi de Luke Skywalker. Il contacta même Anakin plusieurs fois, faisant entendre sa voix, insinuant qu’il avait besoin de leur aide quelque part. Ikrit avait besoin que les deux enfants le rejoignent sur place, aussi les aida t-il à se rendre jusqu’au temple. Anakin et Tahiri firent plusieurs fois le même rêve, dans lequel ils tentaient de traverser un fleuve dangereux avec une barque. Quand les deux jeunes étudiants Jedi décidèrent de comprendre pourquoi ils faisaient ce rêve, Ikrit contacta Anakin mentalement et lui déclara que la barque qu’ils recherchaient se trouveraient bel et bien au bord du fleuve. Le jeune humain sut que la voix qu’il entendait n’était pas maléfique. Un jour, Anakin et Tahiri quittèrent l’académie Jedi sans être vu et entreprirent un voyage dans la jungle, le droide R2-D2 à leurs côtés. Le groupe parvint à traverser la rivière – non sans que Tahiri manque de se noyer – et arrivèrent jusqu’au Palais des Woolamandres complètement trempés par les trombes d’eau qui tombaient depuis le ciel. A l’intérieur, ils ne reculèrent pas devant les voix du Côté Obscur, et parvinrent à déjouer les pièges mortels menant au Sphère Dorée. C’est alors que les enfants remarquèrent Ikrit, endormi à côté de la sphère. Sa fourrure était brune et dorée – la même couleur que les pierres du temple – lorsqu’il était endormi. Ikrit fut extirpé de sa transe lorsqu’Anakin lui toucha la fourrure, qui redevint blanche quelques instants plus tard. Sans révéler sa nature de Jedi, Ikrit se présenta aux enfants, ne divulguant que son nom, plusieurs fois d’affilée, comme le ferait une créature sauvage. Ensuite, il se précipita vers le Globe Doré pour vérifier son état, avant de s’assoir devant Anakin. C’est alors que les deux étudiants Jedi entendirent des chuchotements, et Anakin vit même une main d’enfant toucher la paroi depuis l’intérieur du Globe. Ils s’immergèrent dans la Force, puis comprirent tout deux que des enfants pleuraient depuis l’intérieur de la sphère. Ikrit se mit à sauter frénétiquement, et alors même que les enfants se demandaient se qu’il faisait, il se jeta sur les épaules d’Anakin. Le garçon lutta pour le faire descendre, mais Ikrit lui tourna le poignet pour lui faire remarquer l’heure via son chronomètre. Anakin et Tahiri pensèrent qu’il aimait les objets qui s’illuminaient à la lumière, puisqu’ils pensaient qu’Ikrit était un animal sauvage. Anakin remarqua donc qu’ils avaient quitté l’académie depuis six heures et que tout le monde devait les chercher… Il eut soudain l’impression que s’ils étaient découverts ici, tout ce qu’ils avaient fait n’aurait servi à rien. Ils décidèrent de quitter le Palais des Woolamandres au plus vite, et Ikrit les suivit, prononçant son nom à répétition, plus pour se moquer gentiment des deux enfants, qui ignoraient sa vraie nature. Tandis que les enfants semblaient fatigués, Ikrit ne l’était pas le moins du monde. Quand Anakin et Tahiri rejoignirent R2, resté en amont du temple, Ikrit sauta sur le droide. R2 tenta de se débarrasser de lui en vain, Ikrit restant calmement sur le dôme du droide alors que celui roulait frénétiquement en cercle… Ikrit, toujours sur le dôme de R2, suivit les enfants à travers la jungle, trempés par la pluie. Au cours de leur progression vers l’académie, Anakin et Tahiri décidèrent de garder secrète l’existance du globe doré, et de dire à Luke Skywalker qu’ils s’étaient perdus dans la jungle en se promenant. Alors qu’ils étaient proches de l’académie, Ikrit décida de leur fausser compagnie, sans qu’ils s’en rendent compte. Finalement, les deux jeunes étudiants retrouvèrent leur chemin et s’expliquèrent à leur maître, non sans réprimandes. La nuit, Ikrit s’introduisit dans le temple et retrouva la chambre d’Anakin. Il gratta à la fenêtre pour manifester sa présence, puis se blotti dans les couvertures et les oreilles du lit d’Anakin. Le garçon tenta de protester, mais abandonna l’idée… Lorsqu’il avança que son lit était envahi par une créature de la jungle, Ikrit décida de lui répondre pour la première fois, révélant ainsi son don de parole.

Attention à ce que tu appelles une créature de la jungle.
– Ikrit à Anakin Solo (traduit de l’anglais)

Anakin n’en revint pas, Ikrit pouvait parler. En effet, le maître Jedi avait pensé qu’Anakin souhaitait savoir d’où venait la voix qu’il avait entendu dans sa tête quelques jours plus tôt. Lorsqu’Anakin pensa que Tahiri ne croirait jamais ce qu’il avait découvert, Ikrit le contredit, il était sûr que son amie comprendrait. Anakin fut étonné qu’Ikrit puisse lire dans ses pensées, et cet étonnamment amusa quelque peu le Kushiban. Anakin lui posa toutes sortes de questions, auxquelles le maître Jedi tenta de répondre. Il se présenta comme un maître Jedi, qui, quatre siècles plus tôt, avait découvert le globe doré, et avait attendu que des élus – en les personnes d’Anakin et Tahiri – puissent libérer le globe. Anakin souhaita savoir pourquoi Tahiri et lui avaient été choisi. Ikrit lui expliqua simplement que leur puissance dans la Force était suffisante pour le faire, et c’était pourquoi il les avait amené jusqu’au globe. Et apparemment, il avait eu raison de croire en eux, puisque les deux enfants avaient atteint le globe en déjouant les pièges et les énigmes du temple. Anakin lui demanda ensuite la nature du globe, mais Ikrit n’en était lui-même pas sûr. Toutefois, il était certain que des milliers de vies dépendaient de cette orbe, il le sentait jusqu’au fond de ses os. La malédiction était floue également, Ikrit ne savait pas vraiment de quoi il en retournait. Quand Anakin souhaita prévenir Luke Skywalker, Ikrit lui assura qu’un adulte ne pouvait briser la malédiction, seul un enfant le pouvait. Si Luke Skywalker était mis au courant, le globe exploserait en mille morceaux et tout serait perdu. Anakin demanda ce qui serait perdu, mais Ikrit savait qu’il connaissait déjà la réponse. L’enfant. L’enfant qu’ils avaient vu dans le globe serait perdu. Ikrit savait que Tahiri et Anakin avaient le pouvoir de sauver tout ces enfants piégés. Il n’avait qu’une question en tête : Anakin accepterait-il ? Anakin décida de prévenir Tahiri et de l’informer de tout cela, mais il savait déjà qu’il ferait tout son possible pour aider les enfants prisonniers. Ikrit souhaita que la Force accompagne les deux jeunes Jedi, car la voie qu’ils avaient choisi serait difficile. Pendant un temps, Ikrit resta à l’académie, se faisant passer pour une créature sauvage aux yeux de tous, car seuls Anakin et Tahiri étaient au courant de sa véritable nature de maître Jedi. Un jour, Ikrit remarqua Anakin en train de préparer ses affaires pour effectuer un voyage. Il grimpa jusque sur le rebord de la fenêtre de sa chambre, et lui demanda où il allait. Anakin lui expliqua qu’il s’était décidé à partir sur Yavin VIII avec Tahiri pour y accompagner une autre étudiante, une Melodienne nommée Lyric, qui devait absolument retourner auprès des siens. Cependant, Anakin demanda au maître Jedi s’ils avaient tort de partir alors que l’énigme du globe doré n’avait pas été résolu…

Ikrit se contenta de répondre qu’ils devaient se rendre là où ils avaient besoin d’eux, et où ils se sentaient attirés. Puis le Kushiban se balança depuis le rebord de la fenêtre et rejoignit le bas du mur pierreux du grand temple. Sur Yavin VIII, Anakin et Tahiri aidèrent Lyric a regagner l’océan suite à sa cérémonie du changement, qui l’avait fait muté. C’est sur cette lune qu’ils découvrirent également d’étranges symboles, les mêmes qu’avaient gravé les Massassi sur leurs temples et qui étaient une clé pour résoudre l’énigme de l’orbe dorée. A leur retour, et avec l’aide d’une autre Melodienne du nom de Sannah qu’ils avaient ramené à l’académie pour y être formée, les deux enfants parvinrent à déchiffrer les glyphes Massassi. Ikrit gagna la chambre d’Anakin et regarda l’enfant silencieusement. Alors, Anakin lit le texte déchiffré. Il s’agissait d’un court texte écrit par les Massassi eux-mêmes, qui déclaraient que leurs enfants avaient été enfermé dans une orbe dorée par Exar Kun, un Seigneur Noir des plus maléfiques. La malédiction ne pouvait être rompue uniquement par des enfants puissants dans la Force, et priaient ceux qui le pouvaient de libérer leurs enfants prisonniers. Ikrit les observait silencieusement. Il savaient que Tahiri et Anakin étaient puissants dans la Force, mais il connaissait aussi les dangers auxquels ils s’exposaient. Quelques temps plus tard, Anakin et Tahiri furent fin prêts à résoudre l’énigme du globe doré pour libérer les enfants Massassi. Ikrit, dont la fourrure était de la même teinte que les pierres du temple, se joignit à eux et leur demanda s’ils se sentaient suffisamment forts. Anakin réfléchit un moment et plongea son regard dans ce lui du maître Jedi. Ikrit attendait patiemment sa réponse. Anakin fit par répondre que des batailles se devaient d’être menées, peu importe le degré de chances ou de réussite. Devant la sage certitude d’Anakin, Ikrit leur souhaita bonne chance et les accompagna dans la jungle. Il ne pouvait les accompagner dans ce périple. Anakin et Tahiri retournèrent dans le Temple des Woolamandres et grâce à la Force, parvinrent à briser le champ protecteur du globe. Les enfants Massassi furent libérés, puis disparurent dans la Force, enfin en paix. Les deux jeunes enfants dans lesquels Ikrit avait placé son espoir avaient réussi, l’orbe maléfique d’Exar Kun avait été contrée, après tant d’années… Ikrit décida de révéler sa véritable nature à Luke Skywalker, le maître Jedi qui dirigeait l’académie. Le Kushiban lui raconta tout ce qu’il savait, son statut de maître Jedi, la malédiction du globe doré ainsi que la quête qu’avaient entrepris Anakin et Tahiri pour briser sa malédiction. Luke Skywalker et Ikrit attendirent le retour des deux enfants au pied du grand temple. Lorqu’ils revinrent à l’académie, Skywalker félicita ses élèves pour leurs exploits, et manifesta sa fierté. Anakin et Tahiri, mais surtout Ikrit, pouvaient passer à autre chose et tourner leur regard vers leur avenir.

Ikrit accompagné des jeunes Anakin Solo et Tahiri Veila, aux pieds de l’orbe dorée d’Exar Kun.
(image extraite de “Junior Jedi Knight tome 1 : The Golden Globe“)

III – La quête d’Anakin :

Finalement, Ikrit décida de rester sur Yavin IV comme instructeur permanant, sur demande de Luke. Un jour, l’enseignante Tionne Solusar emmena Tahiri avec elle pour une recherche archéologique sur une planète dont le nom nous est inconnu. A leur retour, Ikrit était là pour les accueillir – bien qu’il n’ait pas révélé son statut de maître Jedi à Tionne. Tionne envoya Tahiri chercher Anakin pour une séance d’entraînement, et Ikrit attendit patiemment auprès de Tionne. Le temps était vraiment brumeux, au point que le maître Jedi manqua de disparaitre à travers le brouillard. Lorsqu’Anakin et Tahiri revinrent, Ikrit grimpa sur les épaules du jeune garçon, ravi de le revoir. Ikrit descendit ensuite de ses épaules lorsque Tionne commença à leur expliquer le but de l’exercice : manipuler la brume avec la Force. Si Anakin et Tahiri n’y parvinrent pas au début, ils réussirent après plusieurs essaies. Ils s’amusèrent à modeler la brume pour en faire des vaisseaux, des armes. Mais tout à coup, la brume prit la forme de Dark Vador, ce qui ne manqua pas de bouleverser Anakin. En effet, depuis son arrivée à l’académie, Anakin avait peur de marcher sur les traces de son grand-père. Il portait le même nom que lui après tout, et faisait régulièrement des cauchemars dans lesquels Vador l’appelait dans l’obscurité. Plus tard, le Bâton de Foudre atterrit près de l’académie. Le vieux Peckhum, ami des Jedi, apportait un nouveau candidat Jedi du nom d’Uldir Lochett. Après un moment, Luke trouva un moment pour s’entretenir avec Uldir. Anakin, Tahiri et Ikrit étaient présents dans la pièce. Le maître Kushiban attendit patiemment sur le rebord de la fenêtre, le temps que Luke sonde l’esprit d’Uldir, et ne lui annonce qu’il ne sentait pas de potentiel Jedi en lui. Alors qu’Uldir continuait d’affirmer qu’il deviendrait un Jedi, Luke fixa un moment Ikrit, cherchant conseil. Malgré l’absence de potentiel Jedi, Luke autorisa Uldir à rester à l’académie pour y étudier, le temps que le jeune homme ne trouve sa voie. Plus tard, Ikrit rejoignit Anakin au sommet du grand temple. Le garçon était perdu dans ses pensées, réfléchissant au sujet de Dark Vador et des sabre laser. Ikrit lut dans ses pensées et Anakin sursauta lorsque le maître Jedi manifesta sa présence, assurant qu’il ne pouvait pas lui enseigner l’art du sabre laser. Pourtant, Ikrit ne s’était pas approché silencieusement, Anakin était tout simplement ailleurs. En effet, le garçon approuva : Anakin aurait dû le remarquer, mais il n’était plus lui-même ses derniers temps. Ikrit lui demanda honnêtement qui il était. Le garçon lui répondit qu’il ne le savait pas vraiment. Il confia au maître Jedi tout ses problèmes, sa place en tant qu’individu, en tant que Jedi, et ses craintes au sujet du Côté Obscur. Il ne savait pas s’il parviendrait à échapper au Côté Obscur. Pour Ikrit, c’était une question que tout Jedi devait affronter, et il demanda à Anakin comment il souhaitait y répondre. Afin d’obtenir des réponses, Anakin avait décidé de se rendre sur Dagobah, plus précisément dans la grotte où son oncle Luke Skywalker avait eu des visions lorsque Yoda lui avait enseigné les voies de la Force. A la mention de Yoda, son ancien maître, Ikrit fut plus intéressé que jamais par le récit d’Anakin et souhaita en savoir le plus possible. Dans la nuit, Ikrit entra dans les quartiers de Luke Skywalker par la fenêtre, et fut accueilli par le maître Jedi. Luke souhaita connaitre la raison de sa visite, et Ikrit avoua simplement qu’il se faisait beaucoup de souci pour Anakin. Le garçon pensait que seul un voyage sur Dagobah pouvait réellement lui montrer ce qu’il avait en lui. Luke s’était déjà demandé si le nommer comme son grand-père n’avait pas été une erreur de Leia… Ikrit rétorqua qu’Anakin Skywalker était finalement revenu du bon côté. L’enfant était puissant dans la Force, plus puissant qu’il ne le croyait lui-même, et l’était encore d’avantage en compagnie de son amie Tahiri.

Un Jedi fort il sera, avec la chance de faire un grand bien, ou – comme le garçon le craint – un grand mal. Le garçon ne se sentira pas libre de terminer sa formation Jedi tant qu’il n’aura pas fait ce voyage et regardé en lui-même.”
– Ikrit à Luke Skywalker (traduit de l’anglais)

Luke semblait tout à fait d’accord. Toutefois, il n’avait pas le temps d’accompagner Anakin sur Dagobah, et sa seconde, Tionne, n’avait jamais eu affaire au Côté Obscur de cette manière – si l’on exceptait Exar Kun. Ikrit, prêt à tout pour protéger Anakin, se porta volontaire pour accompagner le garçon. Luke approuva l’idée, et mentionna Tahiri, qui ne laisserait sans doute pas Anakin partir seul. Ikrit gloussa, il emmènerait Tahiri aussi, à n’en point douter. Luke demanda au Kushiban s’il savait piloter. Bien sûr, Ikrit avait été pilote, mais cela faisait maintenant des centaines d’années. Aujourd’hui, il n’était pas du tout familier avec les nouveaux vaisseaux. Ikrit mentionna le Bâton de Foudre et le vieux Peckhum, qui se trouvaient encore sur place. Luke douta que le vaisseau de Peckhum soit assez solide pour supporter un trajet en hyperespace aussi long jusqu’à Dagobah. Mais Ikrit rétorqua qu’il ne fallait pas juger un vaisseau à l’allure de sa coque, tout comme il ne fallait pas juger un Jedi à son apparence. Se désignant lui-même, il assura que la taille importait peu. Entendre un précepte de Yoda fit manifestement sourire Luke Skywalker. Ikrit proposa à Luke de révéler son identité au vieux Peckhum, afin de le rassurer, et Luke acquiesça. Avant de partir, Ikrit prit soin de consulter tout les rapports au sujet de Dagobah, afin d’être autant renseigner que possible sur leur destination. C’est donc avec l’accord de Skywalker, ainsi que des parents d’Anakin – Han et Leia – que le Bâton de Foudre décolla à destination de Dagobah, avec à son bord Anakin, Tahiri, Peckhum, R2-D2 et Ikrit lui-même. Uldir Lochett avait manifesté son envie de les accompagner, mais cela lui avait été refusé. Durant le voyage, Ikrit était perché sur les épaules d’Anakin, car il n’y avait que deux sièges passagers. Le vieux Peckhum avait eu du mal à croire qu’Ikrit était un maître Jedi, malgré les révélations de Luke Skywalker en personne. Il demanda à Anakin qu’elle était le nom de la créature, mais c’est Ikrit qui donna lui-même son nom. Le vieil homme sembla très surpris que le maître Jedi puisse parler. Il était trop habitué à penser à lui comme un animal et pas comme un Jedi. Lorsque Peckhum l’appela “maître Ikrit”, le Kushiban assura que citer son titre n’était pas utile, “Ikrit” serait très bien. Toutefois, Peckhum ne put s’empêcher de penser qu’Ikrit ne ressemblait pas à un maître Jedi. Sans être offensé, Ikrit demanda calmement à quoi ressemblait un maître Jedi selon lui. Peckhum pensait que les Jedi étaient plus grands, pour commencer. Anakin le coupa, assurant que ni lui ni Tahiri n’étaient grands. Mais Anakin et Tahiri étaient des enfants qui allaient grandir. Ikrit lui, avait déjà plusieurs centaines d’années. Le maître Jedi acquiesça, il ne grandirait plus et son corps ne deviendrait pas plus fort. Comme Peckhum, beaucoup de gens de son peuple ne pensaient pas qu’il pourrait devenir un maître Jedi, à l’époque. Il décida de raconter son passé à ses compagnons de voyage : sa découverte par un maître Jedi (sans mentionner le nom de Yoda), la fois où il avait sauvé son peuple, et décrivit brièvement la nature des Kushiban. Peckhum fut ravi d’avoie entendu son histoire, car même si le maître Jedi était petit, il semblait être d’une grande aide en cas de besoin.

Lorsqu’ils atterrirent au milieu des marais de Dagobah, Peckhum resta aux vaisseau pour contrôler son état. Anakin et Tahiri décidèrent de partir aussitôt à l’aventure. Anakin donna à Tahiri un sac de survie contenant des rations, un médikit et d’autres objets utiles, puis Ikrit donna à Anakin un sac similaire. Parés pour explorer les environs, le petit groupe se mit en marche, le droide R2 à leurs côtés, sur lequel se tint Ikrit durant leur progression dans les marécages. Ikrit sentait qu’il y avait beaucoup d’énergie issue de la Force et de créatures qui vivaient ici. En effet, il y avait beaucoup d’insectes tout autour d’eux, et Tahiri les repoussa frénétiquement. Ikrit lui demanda de se calmer, et de repousser ces insectes avec la Force. En ce concentrant, Anakin et Tahiri parvinrent à créer une sorte de “champ de force”, qui empêchait les insectes volants de s’approcher d’eux. Au bout d’un moment, Ikrit se dit qu’enseigner aux enfants la compréhension de la Force ne serait pas de trop. Il commença à expliquer certains principes à son sujet, lorsqu’un cri de douleur et de peur retentit derrière eux, là où se trouvait le Bâton de Foudre. Convaincus que Peckhum était en danger, tous se ruèrent vers le vaisseau, Ikrit descendant du dôme de R2 pour courir avec les enfants. Ils arrivèrent au Bâton de Foudre, se demandant où était passé Peckhum. C’est Ikrit qui les mena de l’autre côté de l’appareil – ont la moitié pataugeait dans l’eau sombre – où ils découvrirent Uldir, coincé dans la boue du lac. De plus, une grande créature serpentiforme d’une dizaine de mètres de haut menacer de dévorer Uldir. Ikrit agit aussitôt : il utilisa la Force pour regrouper de grands morceaux d’algues et les tendre à la créature, qui commença à les manger. Il déplaça ensuite ces masses d’algues dans la lac afin d’éloigner la créature. Ensuite, Tahiri tendit une vigne à Uldir pour le sortir du lac. Anakin, Tahiri et Ikrit tirèrent de toutes les forces, mais Uldir semblait trop coincé pour sortir. C’est alors que R2 revint avec Peckhum, qui était à l’intérieur du vaisseau. Le vieil homme les aida à tirer, et ensemble, parvinrent à faire sortir Uldir de la boue, puis à le ramener sur la terre ferme, en sécurité. Uldir remercia le groupe pour l’avoir secouru du danger, mais Ikrit lui déclara qu’il n’avait jamais été en réel danger : la créature ne lui voulait aucun mal, le véritable problème était de le faire sortir du marais. Lorsqu’Ikrit eu terminé sa phrase, Uldir sembla halluciner que la créature à fourrure blanche qu’il avait pris pour un animal, savait parler. Plus tard, au sein du Bâton de Foudre, le groupe se détendit en buvant un bouillon préparé par Peckhum. Uldir avait du mal à croire qu’Ikrit puisse être un Jedi, et en vint même à rire jusqu’à avoir les larmes aux yeux. Anakin et Tahiri prirent la défense du maître Jedi, mais Uldir pensa qu’ils lui mentaient pour le punir d’être venu en douce dans un voyage auquel il n’était pas convié. Uldir n’était vraiment pas convaincu. Ikrit fixa le garçon, et répondit lui calmement.

Peut-être pouvons-nous croire la vérité, seulement si la vérité est ce que nous cherchons.
– Ikrit à Uldir Lochett (traduit de l’anglais)

Au matin, Ikrit emmena Anakin, Tahiri, Uldir et R2 dans les marais pour leur enseigner ce qu’il pensait être une importante leçon. Au bout d’un moment, il arrêta le groupe près ‘un tronc d’arbre et invita ses trois élèves à s’asseoir. Il leur demanda de fermer les yeux et d’éveiller leurs sens pour ressentir l’énergie autour d’eux. Selon Ikrit, la Force circulait partout, en toute chose, et chaque être vivant, ses élèves compris, en étaient aussi une partie. Tuer un seul insecte pouvait grandement affecter l’écosystème d’une planète, tout comme une petite altération en eux pouvait affecter l’univers. Tout ce qu’ils faisaient entraînaient une réaction et affectait quelque chose d’autre. Grâce à la Force, ils pouvaient sentir les actions et les réactions, et cela pouvait les aider à faire le bon choix. Une fois qu’Ikrit eut fini sa leçon – qui parut bien courte aux yeux d’Anakin – le maître Jedi invita les enfants à ouvrir les yeux. Ils iraient à la grotte dans l’après-midi, mais ils devaient d’abord retourner au vaisseau pour s’y ravitailler. Ikrit laissa ses élèves, chacun leur tour, guider le groupe jusqu’au Bâton de Foudre, et il n’interviendrait pas. Tahiri fut la première à guider le groupe. Grâce à la Force, elle le mena dans la bonne direction, et sans mener ses compagnons dans les marais. Ikrit fut heureux du succès de Tahiri, puis vint le tour d’Anakin. Anakin y parvint aussi, parvenant même à éloigner le groupe d’une grosse créature qu’il avait senti rôder non loin. Quand ce fut le tour d’Uldir, le garçon décida de les mener bien plus vite dans les marais. Uldir ne semblait pas hésiter, et menait le groupe à grande vitesse jusqu’au vaisseau. Ils avaient presque atteint leur destination lorsqu’Anakin et Tahiri lui demandèrent de stopper son avancée, et de ne plus bouger. Il y avait quelque chose devant eux. Uldir ne les écouta pas, car il pensait qu’ils étaient jaloux de ses progrès. Soudain, Ikrit ordonna à Uldir de s’arrêter, amplifiant son pouvoir avec la Force pour inciter le jeune à obéir. Une fois Uldir immobile, le maître Jedi lui assura que ses amis ne voulaient que lui sauver la vie. Il sauta du dôme de R2, puis prit la tête du groupe. Il ramassa un long roseau et l’agita devant Uldir. Le roseau fut tranché net par quelque chose d’invisible, et Ikrit répéta l’opération une deuxième fois. Uldir fut plus que surpris, il ne comprenait pas comment le roseau avait été tranché dans le vide. Ikrit leur expliqua qu’il s’agissait d’un piège, tendu par un insecte-boucher. Ils tissaient une toile quasiment invisibles et aiguisée, que leurs proies ne voyaient jamais. Lorsque leur proie était découpée en morceau, ils pouvaient la manger. Uldir était blême et semblait avoir du mal à dire quoique ce soit. Sur demande d’Anakin, c’est Ikrit qui mena le groupe jusqu’au vaisseau. Plus tard, ils se préparèrent pour aller à la grotte. Ikrit attendit les yeux fermés sur le dôme de R2 que tout soit en ordre, et ne répondit à personne lorsqu’on lui adressait la parole. Ils se mirent en route, mais finirent par être trempés par la pluie. Ikrit incita ses élèves et R2 à trouver un abris, sous les racines dans grand arbre. Le maître Jedi trouva un morceau de bois sec, et se concentra pour faire affluer son pouvoir. Quelques instants plus tard, des flammes jaillirent de l’une de ses extrémités, le transformant en torche. Une demi-heure plus tard, la pluie baissa en intensité, mais Ikrit ne souhaita pas partir de suite car il percevait un danger au loin. Le Kushiban parvint à identifier un paresseux lumineux, qui était occupé à manger des champignons. Selon Ikrit, les paresseux lumineux aimaient les fleurs, mais pouvaient se nourrir de toutes sortes de plantes et de champignons. Les enfants manifestèrent leur émerveillement, mais Ikrit les fit taire immédiatement, le vrai danger approchait.

Une araignée noueuse blanche s’approcha sans bruit du paresseux, et le piqua de son dard. Ensuite, elle commença à dévorer sa proie. Les enfants semblèrent terrifiés devant ce spectacle, et Uldir finit par vomir. Alors, l’araignée devint folle et déracina tout ce qui se trouvait autour d’elle, avant de d’attaquer à l’arbre sous lequel le groupe se cachait. Ikrit mena le groupe à travers les racines, avant que l’arbre ne soit déraciné à son tour par l’araignée. Dans le feu de l’action, ils furent séparés d’Uldir, mais Ikrit savait qu’il était en sécurité pour le moment. L’araignée pourchassait toujours Ikrit, R2, Anakin et Tahiri. Lorsque l’araignée libéra son dard pour attaquer les enfants et R2, Ikrit usa de la Force pour atteindre l’esprit de la créature et la persuader qu’elle n’était plus affamée. L’araignée noueuse repartit plus loin s’attaquer aux plantes de la zone. Ikrit, qui avait retrouvé Uldir caché sous des racines encore plus épaisses que l’arbre précédent, incita Anakin et Tahiri à rapidement venir ses cacher. L’araignée persuadée qu’elle n’avait plus faim et le groupe mit à l’abris, Ikrit savait qu’elle ne leur ferait plus rien. Ensuite, l’araignée planta son dard et rétracta ses pattes dans la terre. Anakin comprit très vite qu’elle se transformait en arbre. Ikrit acquiesça : tout les arbres de ces marais avaient jadis été des araignées noueuses. Sur ce monde, toues les choses étaient connectées entre elles dans la toile de la Force. Ensuite, le groupe reprit sa progression à destination de la grotte. Une fois sur place, le groupe se retrouva devant la petite grotte, à première vue sans intérêt. Ikrit autorisa ses trois élèves à y aller, un à la fois. Uldir y rentra en premier, et en ressorti quelques instants plus tard, persuadé qu’il s’agissait d’une blague puisqu’il n’y avait rien vu. En dépit de ses affirmations, Tahiri décida d’aller voir par elle-même. Uldir protesta, mais Ikrit approuva ses dires : il n’y avait rien pour lui dans cette grotte. Quand ce fut le tour de Tahiri, puis celui d’Anakin, les deux jeunes gens avaient bien vu quelque chose, une vision censée répondre à leurs questions. Après cela, Ikrit démarra un petit feu et tous se réunirent autour. Tahiri raconta sa vision et Anakin fit de même. Ikrit tint à leur rappeler que ce qu’ils avaient vu dans la grotte n’était pas aussi clair que ce qu’ils pensaient. Le doute quant à l’origine de Tahiri ou la peur du Côté Obscur d’Anakin se rejoignaient. Il leur indiqua que la morale était identique pour tout deux : c’étaient uniquement leurs leçons et leurs apprentissages propres qui les façonneraient. personne n’était totalement mauvais, leurs parents, leurs expériences, leur passé et leur présent s’assemblaient pour faire d’eux ce qu’ils étaient. Il ajouta pour Tahiri que ce n’étaient pas ceux qui l’avaient élevé qui détermineraient sa voie, et pour Anakin que l’Empereur ne pouvait pas le toucher depuis la tombe, auquel cas il deviendrait uniquement ce qu’il choisirait de devenir. Grâce aux visions de la grotte et aux leçons d’Ikrit, Anakin avait trouvé la réponse qu’il cherchait. Il proposa au groupe de rentrer sur Yavin IV, mais Ikrit avait encore quelque chose à faire avant que sa propre quête ne soit achevée. Il demanda à ce que le feu soit éteint et se mit en route sur le dôme de R2, ses élèves sur les talons. Ils arrivèrent devant une petite bâtisse simple, usée par le temps et occupée par divers animaux depuis qu’elle avait été abandonnée. Ikrit se trouvait devant le dernier lieu où son maître avait vécu. Il pleura son maître, et sa fourrure prit une teinte grise. Anakin et Tahiri furent surpris, et Ikrit assura qu’ils ignoraient beaucoup de choses à son sujet. Il leur révéla que Yoda avait été son maître, celui qui l’avait trouvé sur Kushibah et qui lui avait enseigné les voies de la Force. Quelques temps plus tard, le groupe fut de retour au Bâton de Foudre et put repartir à destination de Yavin IV. De retour au grand temple, Ikrit était présent lorsqu’Anakin et Tahiri réconfortèrent Uldir. Ce dernier n’avait jusqu’à présent fait montre d’aucun potentiel Jedi, mais ces amis étaient prêts à l’aider autant qu’ils le pourraient. Plus tard, Anakin et Tahiri terminèrent de nettoyer le Bâton de Foudre. Luke, Tionne et Ikrit furent présents pour les féliciter. Anakin et Tahiri leur assurèrent qu’ils avaient beaucoup appris sur Dagobah. Leurs aventures étaient loin de se terminer.

Nous possédons tous le potentiel pour faire le bien ou le mal. Nous portons tous l’ombre des ténèbres… et la flamme de la lumière. Nos destins ne sont pas figés, et la vie n’offre aucune garantie. C’est ce choix que vous faites… qui déterminera ce que vous deviendrez.
– Ikrit à Tahiri Veila et Anakin Solo (traduit de l’anglais)

Ikrit, Anakin, Tahiri et R2 menacés par une araignée noueuse blanche.
(image extraite de “Junior Jedi Knights tome 4 : Anakin’s Quest“)

IV – Découvertes sur Vjun :

Quelques temps plus tard, Ikrit était présent avec R2 dans le bureau de Luke Skywalker lorsqu’on toqua à la porte. Sur demande de Luke, Ikrit ouvrit la porte et laissa entrer Tionne, Anakin, Tahiri et Uldir. Le groupe semblait avoir d’importantes nouvelles à leur annoncer. En effet, un contact Hutt sur Borgo Prime avait indiqué à Tionne l’emplacement du sabre laser d’Obi-Wan Kenobi, situé sur Vjun dans le Château de Bast. Luke y serait bien allé, mais une affaire d’état réclamait sa présence sur Coruscant. Anakin se proposa pour y aller avec Tahiri et Tionne. Luke se tourna vers Ikrit, qui acquiesça aussitôt : il lui confiait les enfants pour cette mission. Uldir viendrait également avec eux. Bien que Tionne ne comprit pas pourquoi – elle ne connaissait pas encore la véritable identité d’Ikrit – Luke leur demanda de l’emmener avec eux. Plus tard, le groupe monta à bord du Chercheur de Connaissance, le vaisseau personnel de Tionne, et quitta Yavin IV à destination de Vjun. Pendant le voyage, Tionne en profita pour faire un cours sur les sabre laser. Elle parla de leur signification, de la façon de les fabriquer, et mentionna une histoire sur Nomi Sunrider, qui s’était refusé pendant un temps à utiliser un sabre laser. Lorsque Tionne supposa que tout les Jedi suivants en avaient utilisé à sa connaissance, Ikrit prit la parole et la contredit : non, tous n’en avaient utilisé. Tionne resta bouche bée devant l’affirmation d’Ikrit. Elle demanda à Anakin si son animal savait de quoi il parlait, mais l’enfant lui répondit qu’il ne s’agissait pas vraiment de son animal, ni celui de Tahiri. Ikrit déclara être un maître Jedi, ce qui surpris Tionne au plus haut point. Tahiri ajouta même qu’il avait été un élève de Yoda. Uldir éclata de rire, car il se demandait pourquoi Tionne n’avait pas senti la puissance d’Ikrit, si ce dernier était vraiment un Jedi. Tionne souhaita savoir pourquoi Ikrit ne lui avait pas fait part de son statut de Jedi. Sa raison était simple : la mission qu’il s’était imposé était modeste, il n’avait que faire des honneurs dus à un maître Jedi. Ikrit leur expliqua une partie de son lointain passé, lorsqu’il avait failli tuer un de ses camarades sur un désaccord. Yoda avait alors risqué sa vie pour l’arrêter, et honteux de ses actes, il avait enterré son sabre laser. Tahiri mentionna également son hibernation de quatre siècles, alors qu’il attendait ceux qui pourraient briser la malédiction du globe doré. Ikrit avoua que sa mission lui avait sauvé la vie, puisqu’il était isolé de tous lorsque l’Empereur et Dark Vador avaient massacré les Jedi. Tionne revint sur l’autre mission qu’il s’était incombé et souhaita en connaitre la nature. Il s’agissait seulement de surveiller et d’entraîner Anakin – qui possédait un grand pouvoir – et Tahiri – dont la puissance couplée à celle d’Anakin en devenait effrayante. Uldir demanda ironiquement au maître Jedi s’il était assez pour lui. Ikrit réfléchit un moment, puis déclara qu’il était assez important, alors il le surveillerait aussi. La remarque fit sourire le jeune homme. Tionne, qui avait devant elle un ancien maître Jedi, souhaita savoir s’il était prêt à partager quelques histoires avec elle. Ikrit estimait beaucoup Tionne, elle était selon lui une bonne enseignante et une auditrice intéressante, aussi accepta t-il sa proposition. Ensuite, sur conseil de Tionne, ils dormirent quelques heures, le temps que le Chercheur de Connaissance n’atteigne Vjun. Lorsque le Chercheur de Connaissance arriva en orbite de Vjun, Tionne remarqua que la planète était balayée par de grosses tempêtes. Elle fit descendre son appareil vers le sol, mais il se mit à tanguer sous les rafales de vent. Tionne s’efforça malgré tout de maintenir le cap du vaisseau avec R2. Ikrit nota que c’était l’instant parfait pour que ses élèves travaillent leurs exercices de relaxation. Quand le Chercheur de Connaissance ne fut plus qu’à cinquante kilomètres de la surface, Ikrit proposa son aide. Il assura à Tionne que si elle lui montrait le chemin, il pourrait stabiliser le vaisseau jusqu’à son atterrissage. En moins d’une minute, elle lui montra les coordonnées du Château Bast et leur trajectoire de vol. Alors, Ikrit ferma ses yeux et se plongea dans la Force. Immédiatement, les tremblements cessèrent dans le vaisseau. Le maître Jedi parvint à stabiliser le vaisseau avec finesse, tandis que Tionne dirigeait l’appareil vers le train d’atterrissage. Le vaisseau se posa enfin sans encombres, et Ikrit fut acclamé par l’équipage entier. Selon Tionne, le Château de Bast se trouvait sur un pic rocheux. En raison de fortes intempéries, le groupe attendit un moment à l’abris dans le vaisseau. Tionne mena le groupe devant un escalier menant à l’arrière du château. L’ascension fut longue et laborieuse. A peine rendus à la moitié, Tahiri et Uldir ne manquèrent pas de manifester leur fatigue. Ikrit tint à leur répondre que le chemin qu’ils devaient emprunter n’était pas toujours le plus facile.

Parmi mon peuple sur la planète Kushibah, nous avons un proverbe : le chemin vers la réussite est rarement court.
– Ikrit à Uldir et Tahiri.

Sous la pluie, et bientôt sous la neige, le groupe continua son ascension. Tous manquèrent de glisser ou se blessèrent légèrement au cours de la montée, Anakin et Ikrit fermant la marche pour veiller à ce que R2 ne glisse pas. Ikrit avait sauvé deux fois R2, l’empêchant de tomber en le soulevant avec la Force, avant de le redéposer en sûreté. Tard dans la journée, ils arrivèrent finalement au sommet, près du Château de Bast. R2 parvint à ouvrir les portes du bâtiment, mais des tirs lasers fusèrent tout à coup. Aussitôt, Ikrit ordonna aux autres de reculer. Si les enfants crurent en premier lieu à une attaque ennemie, Ikrit rétorqua qu’il ne sentait pas la moindre forme de vie. Anakin assura qu’il s’agissait en effet d’un système automatisé. Sur demande d’Anakin, R2 s’empara d’un petit miroir et s’avança à découvert en parant les tirs lasers. Profitant de cette couverture, Tionne et Ikrit s’élancèrent à l’intérieur du château et se cachèrent derrière une statue de Vador. Lorsque R2 fut touché au flan droit, Ikrit usa de la Force pour le mettre à couvert, tandis que Tionne utilisait son sabre laser pour protéger le droide. Grâce à R2, les tirs cessèrent enfin, les tourelles furent désactivées. Ensuite, Ikrit et Tionne inspectèrent le couloir, puis annoncèrent que la voie était libre. Ils menèrent la marche, inspectant les couloirs et les nouvelles salles qui s’offraient à eux. Le groupe se demanda pourquoi les tourelles étaient encore activées. Ikrit avança que les derniers habitants du Château de Bast les avaient juste laissés actifs, mais Uldir soutint que quelqu’un était peut-être passé là avant eux et les avaient réactivé… Anakin pensa qu’ils devraient être très prudents dans tout les cas, et Ikrit acquiesça. Tahiri se demanda s’ils ne devaient pas se séparer pour couvrir plus de terrain. Si Ikrit approuva l’idée, Tionne souhaita qu’ils restent tous groupés pour l’instant. Après un bref repos et un léger repas, le groupe commença son exploration de la station. Ikrit était assis sur le dôme de R2, qui ne pouvait cependant plus aussi bien se déplacer depuis qu’il avait été touché par un laser. Parfois, Ikrit était contraint de descendre de son dôme et de le pousser pour l’aider à tourner dans la bonne direction. Pendant environ une heure, ils explorèrent les lieux, mais ils ne trouvèrent rien d’intéressant. Tionne accepta enfin que le groupe se sépare pour couvrir plus de terrain. Ikrit et R2 empruntèrent un couloir, Anakin et Tionne un second, et Tahiri emprunta une autre allée avec Uldir. Tionne leur donna rendez-vous cinq minutes plus tard. Durant leur courte exploration, Ikrit et R2 trouvèrent une salle circulaire jonchée de chaînes. Ikrit supposa qu’il s’agissait d’une pièce destinée à garder des prisonniers temporairement, le temps qu’ils ne soient amenés à l’intérieur du Château de Bast. Suite à leur découverte, ils revinrent au lieu de rendez-vous. Les autres ne semblaient pas non plus avoir découvert de choses intéressantes, excepté Tahiri et Uldir, qui avaient trouvé quelques unités de rafraîchissement. Après cela, ils partirent de nouveau par groupe. Lorsqu’ils revinrent cette fois-ci, Tahiri et Uldir manquèrent à l’appel… Bien vite, le groupe décida de ne pas s’attarder, présentant un danger. Anakin se précipita dans le couloir où ses amis étaient partis, et Ikrit le suivit, non sans lui assurer qu’il devait faire très attention. En effet, foncer tête baisser dans le danger n’aiderait en aucun cas Uldir ou Tahiri. Le couloir qu’ils arpentèrent était très étrange, car tout sembla changer autour d’eux en un instant : ils aperçurent Tahiri et Uldir coincés entre plusieurs créatures et un trou profond. Tionne identifia ces créatures comme étant des sangliers drakkas de Randon. Anakin et Ikrit, qui avaient la capacité de communiquer avec les animaux, tentèrent d’atteindre leurs esprits, mais les créatures furent totalement insensibles. Tionne se ravisa, car les sangliers drakkas étaient toujours liés à l’esprit de leur maître, mais elle n’en sentait aucune trace, tout comme Ikrit. C’est alors qu’ils comprirent que ni le couloir, ni les sangliers drakkas n’étaient réels. Il s’agissait d’hologrammes. Tionne dégaina son sabre laser et détruisit le projecteur holographique. Tout à coup, les projections holographiques disparurent. Ikrit savait qu’au vu des pièges disposés dans la forteresse, ils se rapprochaient des trésors cachés par Vador. Anakin se rapprocha d’un mur et passa ses doigts sur les contours d’une porte qui avait été dissimulée par les hologrammes.

Il poussa légèrement, et sans trop savoir pourquoi, il se présenta comme “Anakin” et ordonna qu’on le laisse rentrer. La porte s’ouvrit à son ordre, libérant l’accès à une petite pièce ronde haute de plafond. En son centre se trouvait le sabre laser d’Obi-Wan Kenobi, qu’Anakin ramassa et donna à Tionne. Ikrit trouvait préférable que ce sabre ne devrait pas tomber entre de mauvaises mains… Mais alors, un homme brun vêtu d’une robe pourpre fit son apparition. Il se présenta comme le “puissant mage de la station Exis” et remercia les Jedi pour avoir découvert le sabre. Ensuite, il arracha l’arme des mains de Tionne. Tahiri lui posa de nombreuses questions sur qui il était, ce qu’il faisait là et quel était son but, comme à son habitude elle parlait beaucoup. Le mage, assez perturbé par cette avalanche de questions, se présenta comme était le puissant mage Orloc. Tandis que Tahiri continuait de lui poser des questions sur ses pouvoirs et la Force, Ikrit grimpa sur le dos de Tionne. Discrètement, il joignit son esprit à celui de Tionne pour atteindre l’esprit du mage et lui reprendre le sabre laser. Toutefois, Orloc passa rapidement à l’action : il toucha quelque chose sur le mur, et l’instant suivant, le sol se déroba sous les pieds de Tionne, qui glissa dans un gouffre. Ikrit toujours sur ses épaules, il chuta avec elle. Cependant, ils étaient tout deux des Jedi, et ne manquèrent pas d’utiliser leurs pouvoirs pour amortir leur chute. Sous le choc, Tionne resta un inconsciente un moment, et Ikrit resta avec elle jusqu’à son réveil. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, Ikrit s’empressa de lui demander si elle allait bien. Il faisait totalement noir autour d’eux. Tionne n’avait rien de cassé, mais elle avait souffert de la chute. Ikrit la félicita pour avoir aussi bien amorti le choc avec la Force. L’enseignante Jedi remarqua qu’Ikrit avait mieux amorti sa chute qu’elle puisqu’il ne semblait pas blesser. Toutefois, Ikrit lui assura qu’elle l’avait aidé, et que la douleur qu’elle sentait dans son dos était de son fait… Tionne lui demanda où ils se trouvaient. Ikrit lui répondit qu’il aurait pu utiliser la Force, mais qu’il était plus simple de se servir de la lumière. A ces mots, Tionne alluma son sabre laser, irradiant les environs d’une lueur grise-bleutée. Ils remarquèrent un escalier en métal, qui menait vers les hauteurs. Ikrit demanda à Tionne si elle pouvait marcher, et cette dernière estima pouvoir le faire. Le Kushiban la reprit sur sa façon de s’exprimer en récitant un précepte de maître Yoda : il n’y avait pas d’estimation possible. Elle pouvait, ou ne pouvait pas, le croire ne les aiderait pas à retrouver les enfants. Tionne se corrigea, assurant qu’elle pouvait marcher. Alors qu’ils se mettaient en route, Ikrit affirma qu’ils retrouveraient les enfants et le sabre laser. Peut-être les jeunes Jedi avaient-ils déjà trouvé Orloc… ce qui n’était pas de nature à rassurer Tionne. Plus tard, ils regagnèrent le niveau principal du Château de Bast puis passèrent par une trappe depuis le sous-sol du hangar, et retrouvèrent enfin les enfants, en plein affrontement avec Orloc.

Malgré les injonctions de Tionne, Orloc était décidé à se battre. Muni du sabre laser d’Obi-Wan Kenobi, il s’avança vers l’enseignante Jedi, prêt à en découdre. R2 se mit soudain à hurler et déclencha une alarme bruyante. Orloc détourna le regard de Tionne un cours instant et Ikrit en profita pour lui arracher le sabre de Kenobi avec la Force. L’instant suivant, le mage avait disparu dans un nuage de fumée. Ikrit porta son attention sur un des anciens vaisseaux du Château. Uldir remercia ses amis pour être venus à son secours. Le garçon pensait qu’Orloc n’était pas encore parti et mentionna la présence d’un holocron, que le mage recherchait. Intriguée, Tionne demanda sa localisation, et Uldir avança qu’il se trouvait sûrement dans les quartiers privés de Vador. Anakin et Tahiri, qui étaient tombés par hasards sur ces quartiers privés, y mena le groupe. Là, Anakin actionna un système caché qui révéla un petit coffre fort, où se trouvait l’holocron. Ikrit grimpa sur le dôme de R2 et identifia l’holocron comme étant de facture très ancienne. Anakin remit l’holocron à Tionne, qui était particulièrement excitée de connaitre les secrets de cet holocron. Avant de partir, Tionne activa l’holocron. Sa gardienne se présenta comme étant Asli Krimsan, une ancienne maître Jedi. Krimsan leur décrivit sa fonction au sein de l’Ordre Jedi, mais l’holocron disparu soudainement dans un nuage de fumée. La voix d’Orloc, plus triomphante que jamais, retentie dans la pièce. Ikrit et Tionne usèrent de la Force pour dissiper la fumée en quelques secondes, puis se précipitèrent dans le couloir pour l’inspecter. Mais la porte se referma derrière eux, les piégeant à l’extérieur. Quelques instants plus tard, R2 parvint à rouvrir la porte pour laisser entrer Ikrit et Tionne. Anakin, Tahiri et Uldir avaient récupéré l’holocron en faisant chuter Orloc dans une trappe qui menait aux profondeurs du Château. Tionne et Ikrit étaient d’avis qu’il survivrait à sa chute et qu’il n’était pas blessé. De plus, ils étaient certains de le revoir s’ils ne partaient pas en vitesse. Alors que le groupe se préparait à descendre les longs, pénibles et dangereux escaliers pour rejoindre le Chercheur de Connaissance, Ikrit présenta une autre solution à ses compagnons. En effet, il les amena au hangar et leur montra plusieurs vaisseaux stationnés là. Ikrit avait jadis piloté un vaisseau de ce type, et les contrôles pouvaient s’ajuster à sa taille. Tout le monde valida son plan, et lorsque les contrôles d’avant-vol furent effectués, Ikrit pilota avec talent le vaisseau jusqu’au Chercheur de Connaissance. Lorsqu’ils atterrirent, Ikrit ne put cacher sa tristesse. Anakin lui suggéra alors de garder la vaisseau. Après tout, plus personne n’allait l’utiliser à présent, principalement parce que les contrôles étaient plutôt antiques. Ikrit regarda Tionne et sourit, satisfait, lorsque l’enseignante Jedi approuva la suggestion d’Anakin. Sur conseil de Tahiri, Ikrit trouverait un nouveau nom pour son appareil. Si Anakin, Tahiri et R2 montèrent à bord du Chercheur de Connaissance, Uldir choisit de monter dans le nouveau vaisseau d’Ikrit pour regagner Yavin IV. Lorsqu’Ikrit approcha de l’académie Jedi, le Chercheur de Connaissance était déjà posé près du Grand Temple. A son arrivée, Luke Skywalker lui souhaita un bon retour, et Tahiri lui demanda comment il avait appelé son vaisseau. Le maître Jedi avait décidé de l’appeler le Sunrider, en référence au Grand Maître Jedi qui avait vécu des milliers d’années auparavant. Les Jedi avaient réussi leur mission : ils avaient récupéré le sabre laser d’Obi-Wan Kenobi. En prime, Ikrit avait un nouveau vaisseau qu’il affectionnait tout particulièrement, et le groupe avait même trouvé un précieux holocron Jedi.

Ikrit aux côtés du jeune Anakin Solo.
(image extraite de “The Essential Guide to Chronology”)

V – Enquête sur Exis :

Par une matinée chaude et ensoleillée, Ikrit se reposait à la fenêtre de la chambre d’Anakin, l’observant en train de bricoler quelque chose. Il demanda au garçon s’il résolvait un puzzle, et Anakin acquiesça. En effet, il travaillait sur un générateur holographique qu’il avait conçu lui-même, afin d’afficher les hologrammes des membres de sa famille. Ikrit ne pu s’empêcher d’être impressionné par les talents d’Anakin, lui qui était pourtant si jeune. Anakin s’empressa de répondre qu’il ne l’était plus tant que ça, car il serait un adolescent l’an prochain… A ses mots, Tahiri entra et les salua tout deux. Se tournant vers Anakin, elle lui apprit que Luke Skywalker avait été appelé sur Coruscant. Ainsi, les jeunes élèves de l’académie recevraient leurs leçons de Tionne et d’Ikrit pour les deux prochaines semaines. Tahiri remarqua l’hologramme de la famille d’Anakin et ne put s’empêcher d’être émerveillée. Ikrit trouvait très bien de toujours se rappeler qui était de sa famille. Tahiri mentionna Tionne, indiquant à Ikrit et Anakin qu’ils avaient été invité à partager les leçons du nouvel holocron, celui d’Asli Krimsan, trouvé sur Vjun il y a peu. Après avoir récupéré Uldir à la cuisine où il travaillait, ils se rendirent aux quartiers de Tionne. Tout d’abord, Tionne décrivit le principe même d’holocron aux enfants, puis demanda à Ikrit de baisser les panneaux lumineux lorsqu’elle alluma l’holocron d’Asli Krimsan. Tionne s’adressa à l’holocron, qui souhaitait en apprendre plus sur Asli Krimsan. Tahiri fut étonnée que l’artefact puisse interagir avec son enseignante. Ikrit lui expliqua que lorsqu’un maître Jedi enregistrait un holocron, il programmait également des réponses à certaines questions qu’il estimait les plus fréquentes. C’était alors beaucoup plus facile de retrouver certaines informations. Plus tard, l’holocron leur apprit l’emplacement d’une grande bibliothèque Jedi, que reconnu aussitôt Tionne : la station Exis, là où elle avait fait la rencontre de Luke Skywalker. Uldir savait aussi ce qu’était la station Exis, puisque le mage lui avait dit qu’il en était originaire. Peu après, Uldir souhaitait écouter une autre leçon de l’holocron. Toutefois, Asli Krimsan avait précisé que ses leçons étaient destinées à des maîtres Jedi, aussi Tionne était hésitante. Pourtant, Ikrit en était un, selon Uldir. Mais le Kushiban, bien qu’il fut un maître Jedi, choisit de s’en remettre au jugement de Luke Skywalker lorsqu’il reviendrait, car il était le gérant de cette académie. Ikrit et Tionne déposèrent donc l’holocron de Krimsan dans les quartiers de Skywalker. Ikrit passa la nuit à dormir blotti contre Anakin, et ce jusqu’au petit matin. A son réveil, il emmena Anakin dans la jungle pour une promenade matinale. Malheureusement, Tahiri leur annonça à leur retour qu’Uldir avait disparu, tout comme le Sunrider, le vaisseau d’Ikrit. Le maître Jedi regarda en direction du hangar et constata que la jeune fille avait raison. C’est à ce moment-là que Tionne approcha Ikrit et lui demanda si c’était lui qui avait emprunter l’holocron. Elle avait voulu lui demander quelque chose avant les leçons matinales, mais elle avait n’avait trouvé ni l’holocron, ni le sabre laser d’Obi-Wan Kenobi dans les quartiers de Skywalker. Anakin fut le premier à comprendre qu’Uldir avait volé ces objets et s’était enfui de l’académie à bord du Sunrider. Ikrit souhaita qu’ils partent pas la poursuite du garçon au plus vite, car Uldir était incontestablement en danger avec cet holocron qui avait beaucoup de valeur… Anakin était certain que son ami s’était rendu sur Exis, car il en avait parlé plusieurs fois auparavant. Ikrit, Tionne, Anakin, Tahiri et Uldir partirent le soir-même en direction du système de Teedio à bord du Chercheur de ConnaissanceA bord du vaisseau, Ikrit remarqua que Tahiri et Anakin étaient en proie à des sentiments confus. Ils ne savaient pas s’ils devaient se sentir coupable ou essayer de comprendre les agissements d’Uldir.

D’autre part, ils s’en voulaient de ne pas avoir été à son écoute. Tionne et Ikrit leur affirmèrent qu’ils n’avaient pas à se sentir coupable pour Uldir, le garçon avait fait ses propres choix. Tahiri remarqua que la fourrure d’Ikrit avait pris un teint grisâtre, signe qu’il était bouleversé. Elle lui demanda s’il était en colère contre Uldir pour le vol de son vaisseau, mais Ikrit eut un léger rictus. Le Sunrider était un très bon vaisseau, mais il n’y tenait pas autant qu’à d’autres machines comme R2. Il n’y tenait pas autant qu’aux enfants ou même à Uldir. Cependant, le garçon devait apprendre à assumer ses actes et à comprendre leurs conséquences. Toujours était-il qu’aucune personne présente à bord du Chercheur de Connaissance ne laisserait Uldir tout seul dans l’immensité de l’espace. Au cours du voyage jusqu’à Exis, Tahiri et Anakin posèrent de nombreuses questions à Tionne au sujet des multiples artefacts et objets insolites qu’elle entreposait dans son vaisseau. Plus tard, Tionne leur montra à tous un plan de la station Exis, leur décrivant ainsi les différentes régions de la cité volante et ses particularités. Finalement, ils arrivèrent enfin devant la gigantesque station. Même Ikrit la trouva impressionnante. Lorsque Tionne dirigea son appareil en direction de la baie d’amarrage 17, Ikrit prévint ses compagnons qu’il leur faudrait être très prudents, car ils ne connaissaient pas les dangers éventuels qui les y attendaient. Le Chercheur de Connaissance pénétra la baie d’amarrage, puis se posa dans un vaste hangar. Après avoir vérifié que l’air était respirable, le groupe descendit du vaisseau dans le but d’explorer la station. Ils arrivèrent devant une large porte anti-souffle, mais lorsque Tionne l’ouvrit, des tirs de laser fusèrent dans leur direction. Instinctivement, tout le monde se mit à couvert pour éviter d’être touché. Sans véritable abris, le groupe fut contraint de courir pour échapper à ses agresseurs inconnus. Ikrit prit la décision d’identifier leurs poursuivants. Faisant passer sa fourrure au noir profond, il alla à leur rencontre sans être vu et compta au moins huit droides de combat. Ensuite, il rejoignit le groupe à temps pour voir Tionne trancher net la chevelure de Tahiri, alors coincée dans une grille. Lorsque tout le monde passa une porte blindée, le groupe fut couvert par Tionne et son sabre laser, le temps que R2 n’ait fini de la refermer. Ikrit s’empressa de révéler à ses compagnons la nature robotique de leurs adversaires, puis le groupe continua son exploration de la station. Les droides étaient en train de déverrouiller la porte malgré le brouillage des commandes de R2, aussi leur fallait-il se dépêcher. Tionne ne savait pas vraiment où aller, alors Ikrit lui assura qu’elle devait faire confiance à la Force. Ikrit eut l’idée de s’aventurer là où les droides ne pourraient pas les suivre. Il attrapa une échelle près d’un mur, une échelle d’une longueur hallucinante qui menait aux niveaux supérieurs. Ils laissèrent R2 seul, car ils ne pouvaient les suivre par cette voie, mais lui promirent de venir le rechercher ensuite. Ikrit menait l’ascension du groupe, qui dura plusieurs centaines de mètres. En plein milieu, Ikrit leur demanda de s’arrêter, le temps qu’il parte en reconnaissance. Anakin en profita pour passer de la pommade sur les pieds nus de Tahiri, qui lui faisaient très mal à force de grimper les barreaux froids et durs de l’échelle. A son retour, il annonça à ses compagnons qu’il leur restait une centaine de mètres à parcourir avant d’atteindre une ouverture qui menait sur une petite pièce où ils pourraient se reposer. Lorsqu’ils entrèrent finalement dans la petite pièce, Tahiri tomba inconsciente. Tionne usa de la Force pour rendre son sommeil plus profond et qu’elle guérisse mieux. De son côté, Ikrit fit de même pour Anakin. Le maître Jedi profita de leur répit pour fouiller les alentours, et trouva une vieille unité rafraîchissante. Il continua un temps son exploration pendant que le reste du groupe se reposait. Plus tard, ils retrouva ses compagnons dans une salle de stockage, aux prises avec un groupe de Ranats. Il traversa rapidement la pièce et s’accrocha à un câble qui pendait au plafond. En un instant, il usa de ses pouvoirs pour désarmer plusieurs Ranats. Chacun utilisait la Force pour combattre leurs adversaires, et au bout du compte, les Ranats prirent la fuite. Ikrit avait découvert un moyen plus rapide et plus sûr pour se déplacer à travers la station, en passant par les conduits d’aération. Anakin et Tahiri empruntèrent un conduit, suivis de Tionne, et c’est Ikrit qui ferma la marche, refermant la trappe pour cacher aux Ranats l’endroit par lequel ils étaient partis. Si ses compagnons étaient obligés de ramper, Ikrit pouvait se déplacer normalement en raison de sa petite taille.

Il était parfois difficile de trouver ceux qui n’étaient pas des Jedi. Anakin pouvait sentir Uldir à travers la Force, mais pas dire où il se trouvait précisément. Toutefois, il leur paraissait évident qu’Uldir ne serait pas très éloigné d’Orloc, puisque le garçon était venu pour rencontrer le mage. Grâce à la carte de la station des Ranats, ils furent capables de localiser la zone où se situaient les quartiers personnels d’Orloc. Lorsqu’Anakin indiqua la direction à suivre, Ikrit prit la tête du groupe et conduit ses compagnons vers les quartiers d’Orloc. Ils rampèrent ainsi pendant des heures, ne s’arrêtant que pour boire ou faire de courtes pauses. A chaque embranchement, Ikrit se fiait à Anakin pour prendre le bon conduit. Le groupe arriva finalement dans un conduit situé au plafond des quartiers d’Orloc. Loin au dessous d’eux, ils aperçurent le mage entouré de Ranats et de droides en tout genre. Uldir se tenait à côté de lui, les mains tendus. Orloc triturait les coutures de sa robe, et soudain, les hauts parleurs de la pièce grondèrent. L’instant suivant, les canalisations libérèrent des trombes d’eau dans la pièce et Uldir éclata de rire. Orloc s’adressa à quelqu’un, lui intimant de retourner auprès de ses compagnons pour lui dire ce qu’il avait vu. Anakin se déplaça pour observer d’un autre point de vue et remarqua qu’Orloc avait capturé R2-D2… Soudain, le panneau sur lequel se tenaient Anakin et Tahiri céda. Les enfants chutèrent dans le vide, mais parvinrent heureusement à user de la Force pour atterrir en douceur sur le sol, situé loin en contre-bas. Découverts, Ikrit et Tionne sautèrent à leur tour pour rejoindre les enfants et faire face au mage Orloc. Uldir fut surpris de les voir et leur demanda ce qu’ils pouvaient bien faire là. Tionne lui répondit qu’ils étaient venus récupérer les objets qu’il avait volé, et Tahiri ajouta qu’ils étaient venus le chercher également. Uldir semblait totalement manipulé par Orloc, car il pensait vraiment manipuler la Force et refusait de retourner auprès des Jedi, avec qui ils n’apprenait rien. Mais tous savaient qu’Orloc mentait, et qu’il utilisait des tours de magie ridicules pour faire croire qu’il utilisait la Force, et qu’Uldir en faisait de même. Orloc était prêt à se débarrasser des Jedi. Il dégaina le sabre laser d’Obi-Wan Kenobi qu’il avait reçu d’UIdir, mais Ikrit l’attira à lui avant même que le mage ne puisse l’allumer. Aussitôt, Tionne s’empara de l’holocron que tenait un des droides d’Orloc. Ce dernier hurla à ses sbires de combattre les Jedi. L’un des Ranats plongea vers Ikrit, mais le maître Jedi parvint à sauter par dessus sa tête et à atterrir de l’autre côté. Trois autres Ranats tentèrent leur chance, mais ils ne firent pas le poids face à lui. Dès qu’Anakin eut libéré R2 de ses entraves, Tionne cria à tout le monde de courir et le groupe s’enfuit de la pièce aussi vite que possible. Ils esquivèrent les tirs laser de leurs ennemis, tout en essayant de quitter la zone. Ikrit bondit à l’avant du groupe déverrouilla une porte, qui se referma une fois que tout le groupe fut passé de l’autre côté. Ce n’est qu’après qu’ils comprirent où ils avaient atterri : les laboratoires personnels d’Orloc, où le mage fabriquait sa “magie” technologique qu’il faisait passer pour ses pouvoirs. Mais quelques instants plus tard, Orloc fit son entrée dans ses laboratoires par une ouverture secrète, accompagnée de ses Ranats. Orloc les menaça pour récupérer l’holocron, et plusieurs autres Ranats armés apparurent sur une passerelle en hauteur. Uldir était resté en retrait avec R2 dans la salle précédente, Orloc jugeant que ce combat ne concernait pas le garçon. Lorsque le combat s’engagea, Ikrit tint à s’occuper des Ranats lui-même. Il bondit sur le mur le plus proche et s’accrocha à une échelle métallique menant à la passerelle. Il disparut, hors de vue de ses compagnons, dans la brume générée par Orloc et sa “magie”. Anakin et Tahiri affrontèrent comme ils le purent les droides de combat d’Orloc, Tionne à leurs côtés. Après s’être débarrassé des Ranats, il revint auprès de ses compagnons avec Uldir et R2, sur lequel il était posé comme à son habitude. A la vue d’Uldir, Orloc sembla gêné. Il déclencha un vent puissant dans la pièce pour balayer ses ennemis, faisant ainsi contemplé à Uldir les incroyables pouvoirs dont il se vantait tant. Ikrit profita de l’instant pour s’adresser à Uldir et lui demander de bien regarder le mage : ses soi-disant pouvoirs n’en étaient pas. Uldir ne le crû pas le moins du monde, mais Ikrit lui assura qu’il ne s’agissait que d’astuces. Orloc avait menti à Uldir, qui l’avait cru. Ikrit était formel, c’était seulement parce qu’Uldir croyait à la magie d’Orloc qu’elle lui paraissait réelle.

“- Je ne peux pas fermer les yeux sur ce qui se trouve devant moi.
Non. Garde les yeux ouverts. Mais regarde ce qui se trouve réellement devant toi.
– Ikrit et Uldir à propos des tours d’Orloc.

La pièce fut plongée dans le noir et des flashs l’illuminait à intervalles réguliers. De leur côté, Anakin, Tahiri et Tionne combattaient toujours Orloc et ses droides. Tionne eut l’idée de grimper sur la plateforme afin de contourner Orloc et l’immobiliser par au dessus. Mais lorsqu’elle grimpa à l’échelle, le mage fit électrocuter toutes les échelles menant à la plateforme. Tionne s’effondra au sol en criant de douleur pour finalement s’évanouir devant Anakin et Tahiri. Alors, Anakin se retourna vers Ikrit et lui lança le sabre laser de Tionne. Toujours perché sur le dôme de R2, Ikrit se redressa de toute sa taille, et lorsqu’il s’empara du sabre laser, fit jaillir sa lame argentée. Orloc semblait sous-estimer Ikrit, qu’il prenait pour un simple animal de compagnie. R2 fonça vers le mage, Ikrit sur son dôme, parés au combat. Pour la première fois depuis des centaines d’années, Ikrit maniait de nouveau un sabre laser. Les lumières de la pièce cessèrent de clignoter, et s’assombrirent, faisant briller d’avantage les sabres laser que tenaient respectivement Ikrit et Orloc. Un droide assassin particulièrement dangereux menaçait de tuer Anakin et Tahiri, qui défendaient le corps inerte de Tionne comme ils le pouvaient, avec tout le courage et la volonté que pouvaient avoir deux enfants Jedi de onze et neuf ans. Ikrit échangea plusieurs coups de sabres avec Orloc, et le maître Jedi ne vacilla pas, faisant preuve du talent d’un véritable maître Jedi. Uldir endommagea le droide assassin, mais fut blessé à l’épaule. L’instant suivant, Anakin et Tahiri unirent leurs esprits pour détruire le droide. Lorsqu’Uldir ramassa l’holocron au sol que tenait Tionne avant d’être gravement blessé, Orloc baissa sa garde et fut désarmé. Anakin s’empara du sabre laser d’Obi-Wan Kenobi et se précipita sur Orloc. Le mage tenta de faire reculer Anakin avec quelques illusions, mais finalement, Anakin arriva à portée d’Orloc. R2 et Ikrit étaient proches, prêts à l’aider en cas de besoin. Anakin trancha net les robes pourpres du mage, sans le blesser. C’était sous ses robes qu’étaient dissimulés de complexes mécanismes, qui lui servaient pour ses tours de magie. Dépouillé et sens défense, Orloc prit la fuite. Anakin était d’avis de le laisser partir. Après tout, ils avaient récupéré l’holocron et le sabre laser. De plus, Orloc ne représentait plus une menace. Ikrit approuva la réflexion de son jeune élève, estimant qu’Orloc avait compris la leçon. Uldir, lui, avait compris ses erreurs. Le garçon indiqua à Ikrit un traineau sur répulseur, sur lequel ils posèrent Tionne. Ikrit savait que l’enseignante Jedi s’en tirerait. Il observa la blessure d’Uldir et banda son épaule, puis affirma qu’elle serait guérie après un séjour dans une cuve à bacta. Tahiri se demanda si Ikrit pourrait piloter le Chercheur de Connaissance, car Tionne n’était pas en état de le piloter. Malheureusement, les commandes de l’appareil n’étaient pas faites pour lui. Le Kushiban estima qu’ils devraient prendre le Sunrider, mais Uldir le prévint que les Ranats s’en étaient emparés et qu’ils avaient fait quelques “récupérations” diverses sur le vaisseau. Ainsi, le Sunrider n’était pas en état de voler… Ce fut donc Uldir qui fut choisit pour le piloter, avec R2-D2 comme copilote.

Ensuite, ils repartirent tous jusqu’au Chercheur de Connaissance et quittèrent la station Exis. Au cours du voyage de retour, Uldir pilota plutôt bien le vaisseau de Tionne avec l’aide d’Ikrit de R2. Tionne avait repris connaissance, informant Anakin qu’elle avait utilisé une transe Jedi que Luke Skywalker lui avait appris pour guérir plus vite. Ikrit était heureux qu’elle l’ait faite. Ils arrivèrent bientôt sur Yavin IV et rejoignirent l’académie Jedi. Une semaine plus tard, Skywalker était revenu de Coruscant et Tionne était guérie. Ikrit s’était construit un nouveau sabre laser, qu’il arborait fièrement à sa ceinture. Avec les enfants et R2, Ikrit se trouvait sur le terrain d’atterrissage de l’académie pour faire ses adieux à Uldir. Le garçon avait compris ses erreurs, et s’apprêtait à partir à bord du Bâton de Foudre, le vaisseau du vieux Peckhum. Uldir s’excusa platement auprès d’Ikrit pour ce qui était arrivé au Sunrider. Le maître Jedi retournerait sûrement sur Exis pour récupérer son vaisseau un jour. Mais il était revenu avec quelque chose de plus important. Il tapota sa ceinture pour montrer son sabre laser, affirmant que les récents évènements lui avaient appris que certaines causes valaient la peine qu’on les défende, et qu’il fallait continuer à enseigner la Force à certains. Il remercia Uldir pour cette expérience. Uldir fit ses adieux à ses amis et grimpa à bord du Bâton de Foudre. Ikrit et les autres saluèrent son départ, à destination d’une nouvelle vie. Bien qu’il n’avait pas de potentiel Jedi, la Force serait toujours avec lui. En 24 ABY, une gigantesque cérémonie fut organisée en leur honneur, afin de saluer le dévouement de plusieurs apprentis Jedi pour la Nouvelle République : Jaina et Jacen Solo, Tenel Ka Djo, Lowbacca et Raynar Thul. Ensemble, ils avaient participé à combattre l’Académie de l’Ombre et le Second Imperium, avaient démantelé un groupuscule du Soleil Noir dirigé par Czethros, puis avaient déjoué les plans de Nolaa Tarkona et de son organisation anti-humain, l’Alliance de la Diversité. Ikrit était présent aux côtés d’Anakin, qui avait été inclus dans le groupe de héros Jedi. Il avait aidé à combattre l’Académie de l’Ombre et avait tracé les plans de la nouvelle académie après sa destruction partielle. Dans le Grand Temple de Yavin IV, des milliers de gens se rassemblèrent, des dignitaires de la Nouvelle République, des Chevaliers Jedi, et bien d’autres. Luke Skywalker remit des médailles aux jeunes Jedi émérites, puis Tionne chanta une ballade de sa composition en leur honneur. C’était un grand jour que personne n’oublierai jamais.

Ikrit, maître Jedi.
(image extraite de “Who’s Who in the New Jedi Order – Insider 57)

VI  – Un menace extragalactique :

En 25 ABY, une crise sans précédent frappa la galaxie. Les Yuuzhan Vong, une espèce extragalactique, envahit la galaxie avec pour but une conquête totale. D’une puissance sans précédent, cette force de frappe conquit de nombreux mondes, et en détruisit certains comme Sernpidal ou Ithor. Dotés de technologie organique encore jamais vu et haïssant au plus haut point les machines, les Yuuzhan Vong étaient bien différents de ce que la galaxie avait connu jusqu’à présent. Par ailleurs, les Vong et leurs armées organiques étaient totalement absents de la Force, ce qui les rendait d’autant plus dangereux pour les Jedi. En une année, les Vong capturèrent de nombreux mondes et se rapprochaient de plus en plus des Mondes du Noyau. Le menace apporta son lot de troubles au sein de la Nouvelle République : si une alliance avec les Vestiges de l’Empire fut signée, les relations qu’entretenaient le Conseil d’Etat avec les Jedi se dégradèrent rapidement. Le président Borsk Fey’lya, qui n’avait jamais été un grand ami des Jedi, mena plusieurs campagnes politiques, qui avaient pour but de préserver le peu de cohésion qu’il restait, au détriment du devenir même des Jedi, qui étaient plus que jamais menacés par les Yuuzhan Vong. Bien vite, la peur qu’inspirait les Vong donna naissance à la Brigade de la Paix, une organisation constitués d’habitants de la galaxie en tout genre, et qui souhaitait offrir aux Vong ce qu’ils voulaient afin qu’une paix naisse un jour. Suite à l’invasion de Duro, Jacen Solo humilia le Maître de Guerre Tsavong Lah pour sauver sa mère Leia Organa Solo, sur le point de mourir dans d’atroces souffrances. Si les Jedi avaient été des cibles prioritaires dès le début de l’invasion, et si certains d’entre eux avaient servi de sujets pour les modeleurs Vong, cet incident changea le conflit sur bien des points. Humilié et fou de rage, Tsavong Lah cessa sa conquête galactique et promis de faire la paix si tout les Jedi, et plus particulièrement Jacen Solo, lui étaient livrés. Naturellement, il s’agissait d’un mensonge, mais la Brigade de la Paix sauta sur l’occasion. Bien vite, l’Académie Jedi de Yavin IV devint une cible évidente, et les Jedi furent contraints de réagir au plus vite pour sauver tout ceux qui se trouvaient là-bas. Ikrit, Streen, Tionne et Kam Solusar étaient encore sur Yavin IV pour former et protéger les jeunes élèves lorsque la Brigade de la Paix pénétra le système en 26,2 ABY. Ikrit et ses compagnons Jedi joignirent leurs pouvoirs pour créer des illusions et cacher la lune aux envahisseurs extragalactiques pendant longtemps. Luke Skywalker contacta Talon Karrde, qui dépêcha plusieurs vaisseaux pour secourir les Jedi assiégés. Parmi les étudiants qu’ils protégeaient se trouvaient Sannah, Valin Horn et Tahiri Veila. Anakin Solo parvint à éviter la Brigade de la Paix et à atterrir près de l’Académie, fermement décidé à aider ses compagnons, malgré l’interdiction formelle de Luke. C’est Tahiri qui trouva Ikrit et qui l’amena devant Anakin. Le jeune homme était porteur de nouvelles troublantes, car les Jedi ignoraient que la Brigade de la Paix était si proche et qu’ils s’apprêtaient à être attaqués. Streen avait quitté l’académie pour Corellia et devait revenir sous peu, mais avec le futur assaut de la Brigade, cela était compromis. Sur demande d’Anakin Solo, les Jedi furent conduits au Temple des Woolamandres pour s’y cacher, le temps que Talon Karrde ne détruise la flotte de la Brigade de la Paix. Anakin, lui, resta dans le Grand Temple pour occuper un temps leurs ennemis, afin de leur faire croire que les Jedi étaient encore à l’intérieur. Si certains comme Kam Solusar s’y opposèrent, Anakin leur assura qu’il serait à même de se débrouiller. Ikrit accepta son choix et resta seul avec lui, car il pensait que leur destinée était liée. A présent seuls, Ikrit tint à avoir une discussion avec son ancien élève. Il lui assura que sa colère le brûlerait. Pour l’instant, Anakin contenait sa colère, mais lorsqu’elle fuserait, elle le brûlerait, lui et beaucoup d’autres personnes. Anakin rétorqua que les Vong détruisaient tout ce qu’il aimait, et l’avaient donc mis en colère. Après tout, Chewbacca était mort à cause des Vong sur Sernpidal et Anakin s’en voulait. Ikrit n’était pas de cet avis, il affirma que le garçon s’était mis en colère tout seul, il était furieux parce qu’il n’avait pas pu sauver ceux qui étaient morts.

La mort n’en fait qu’à sa tête. Elle vient quand elle vient. Prétendrais-tu emprisonner un filet d’eau dans le creux de tes mains ? Non, n’est-ce pas ? Elle coule, parfaitement libre, et retournera toujours à son élément – la terre, le ciel… Devenue des ions, elle part dans l’espace, où naissent les étoiles.
– Ikrit à Anakin Solo.

Anakin trouva sa leçon très poétique, mais cela ne lui apportait pas de réponse. Il mentionna Dark Vador, qui avait tué de nombreuses personnes après qu’il soit passé du Côté Obscur. Anakin, lui, se sentait responsable de nombreuses morts avant même d’avoir chuté… Selon Ikrit, le fait qu’Anakin déplore ses pertes étaient tout à son honneur, mais il n’avait tué personne, il n’avait pas voulu nuire à ceux qui étaient morts. Ikrit pria son ancien élève d’abandonner la colère, la voie de la facilité n’était jamais la bonne. Anakin pensait que la Force était un outil. En conséquence, la Force ne rendait personne bon ou mauvais. Ikrit rétorqua que ses sentiments, en revanche, étaient susceptibles de le faire. Le garçon assura que les sentiments étaient aussi des outils et qu’il suffisait de ne pas se laisser déborder. Ikrit lui demanda comment il pouvait être sûr qu’une émotion ne le contrôlait pas, que la colère ne guidait pas sa main ou que la pitié ne la retenait pas. Anakin tenta de stopper le débat, affirmant qu’ils n’avaient pas le temps de philosopher avec la Brigade de la Paix en approche. Ikrit, lui, pensait l’inverse, c’était le moment idéal, peut-être le seul. Le maître Jedi était âgé de plusieurs centaines années. Il était venu sur Yavin IV pour libérer les enfants Massassi du Globe Doré, mais il avait découvert un but plus important encore : voir naître quelque chose de nouveau chez Anakin et Tahiri. Ikrit gagna la fenêtre et remarqua la Brigade de la Paix était en approche. Anakin avait levé un bouclier d’énergie peu puissant certes, mais c’était mieux que rien. Un détecteur assurerait à l’ennemi que les Jedi étaient nombreux dans le temple, ce qui les ferait sans doute hésiter à lancer un assaut général. Anakin et Ikrit se rendirent en face du terrain d’atterrissage pour observer la Brigade de la Paix, qui avait déjà apporté cinq vaisseaux remplis de troupes. Anakin commença à douter du bon fonctionnement de son plan, mais Ikrit lui assura qu’il fonctionnerait. Les hommes de la Brigade de la Paix étaient faibles d’esprits, alors ils seraient dupes. Anakin s’excusa pour avoir douté d’Ikrit. Le maître Jedi se plongea dans la Force pour atteindre les esprits de leurs adversaire et les faire doute, tandis qu’Anakin prenait un haut-parleur pour leur ordonner de quitter les lieux. Anakin conversa un temps avec le lieutenant Kot Murno, mais ne parvint guère à trouver un terrain d’entente : la Brigade de la Paix ne renoncerait pas à son assaut. Lorsque l’engagement eut lieu, Ikrit usa de ses pouvoirs pour créer des illusions. Il fit croire à la Brigade de la Paix que de nombreux Jedi leur tiraient dessus avec des armes ioniques, alors qu’il ne s’agissaient que de fantômes de brume dont les salves de blaster n’étaient pas réelles. Sur conseil d’Ikrit, Anakin tira sur l’ennemi avant de rendre réels quelques tirs et prolonger l’illusion encore un temps. Lorsque le générateur de bouclier menaça d’être détruit, Anakin et Ikrit s’apprêtèrent à se replier vers le hangar, où ils fuiraient avec un X-Wing. Ikrit remarqua la présence de Tahiri, Sannah et Valin, située l’étage du dessus. Lorsqu’ils décochèrent plusieurs tirs, Anakin ne comprit pas de suite ce qu’il se passait. Ikrit fut étonné qu’Anakin n’ait pas remarqué la présence de Tahiri, ni qu’il ne se soit jamais douter qu’elle viendrait l’aider. Il était pourtant évident que Tahiri ne laisserait pas Anakin seul face à la Brigade de la Paix. Anakin fut contraint de changer ses plans, car ils ne passeraient pas à cinq dans son X-Wing. Anakin se précipita vers Tahiri, Valin et Sannah, non sans prévenir Ikrit de le rejoindre dans la grotte ensuite.

Anakin se précipita vers Tahiri, Valin et Sannah, non sans prévenir Ikrit de le rejoindre dans la grotte ensuite. Peu après, Ikrit trouva Valin et Sannah, et les conduisit en lieu sûr. Anakin et les Tahiri affrontèrent la Brigade de la Paix et parvinrent à leur échapper, pour marcher sur les traces d’Ikrit. C’est près d’une source chaude au fond d’une grotte qu’Ikrit, Valin et Sannah s’étaient regroupés, lorsque Tahiri et Anakin les rejoignirent. Ikrit était heureux que tout le monde s’en soit sorti. Anakin avait repéré un vaisseau de la Brigade de la Paix, et souhaitait s’en emparer avec Tahiri, pour revenir chercher le groupe ensuite. Il pensait passer par un grand puis situé juste à côté d’eux. Ikrit, inquiet, leur demanda s’ils avaient déjà grimpé dans ce puit. Lorsqu’Anakin acquiesça, ajoutant qu’ils l’avaient fait un jour où ils s’ennuyaient, Ikrit se dit qu’il se faisait vieux, car il pensait ne jamais les avoir quitté des yeux… En effet, Ikrit avait l’air plus vieux que jamais. Anakin remarqua qu’il n’allait pas très bien et lui demanda s’il était malade. Mais Ikrit était simplement triste. Anakin voulut savoir pourquoi, mais Ikrit préféra garder cela pour lui. Il tint cependant à prévenir Anakin et Tahiri : ensemble, ils étaient plus que la somme de leur personne. Ensemble, les deux jeunes gens étaient plus forts que jamais. Anakin et Tahiri réussirent à capturer un vaisseau de la Brigade de la Paix et à attacher son pilote, un humain du nom de Remis Vehn. Ensuite, Tahiri contacta Ikrit pour le prévenir de leur réussite. Quant Anakin revint auprès de la source chaude, Sannah, Valin et Ikrit montèrent à bord aussi vite que possible. Malheureusement, la Brigade de la Paix empêchait leur vaisseau de repartir en bouchant le trou dans le plafond de la grotte avec leurs propres appareils. Ikrit incita Anakin à continuer sa montée, malgré la réticence de ce dernier. Le maître Jedi s’immergea dans la Force et concentra son pouvoir pour soulever un énorme vaisseau qui leur barrait la route. Le vaisseau de la Brigade de la Paix fit rugir ses moteurs pour se déplacer, mais Ikrit le maintenait immobile. Les autres appareils ennemis leur tirèrent dessus, et Ikrit sauta du vaisseau sans prévenir. Ikrit avait décidé de se sacrifier pour laisser les jeunes Jedi s’échapper. Avançant vers les corvettes et les cargos de la Brigade de la Paix, il usa de la Force pour les déplacer et laisser le champ libre au vaisseau dans lequel se tenaient Anakin et les autres. Il parvint à sauver ses compagnons, mais fut bientôt toucher par un laser. Sans crainte, ni douleur, ni regrets, Ikrit continua d’occuper l’ennemi jusqu’au moment où il fut frappé par deux salves de plus. Tahiri sauta à son tour du vaisseau capturé par les Jedi et ramassa le corps d’Ikrit, puis couru en esquivant les tirs de la Brigade de la Paix. Alors que la vie le quittait, le maître Jedi envoya des pensées réconfortantes à Anakin. Finalement, le maître Jedi rejoignit enfin la Force. Sa mort submergea les esprits des Jedi présents. Tous la ressentirent, Luke Skywalker, Kam et Tionne Solusar, mais surtout Anakin et Tahiri, qui éprouvèrent plus de douleur que quiconque. Anakin et Tahiri s’en voulurent un temps de la mort d’Ikrit, estimant qu’il n’avaient pas pu le sauver, à l’instar de Chewbacca sur Sernpidal. Pour Anakin et Tahiri, il resta dans leurs mémoires comme leur plus grand professeur et ami. Luke Skywalker, qui avait lui aussi éprouvé un grand chagrin à sa mort, se souviendra toujours d’Ikrit comme un Jedi particulièrement sage. Ce Kushiban, qui fut un maître Jedi insolite, marqua la galaxie de sa sagesse, et son sacrifice, destiné à protéger un futur de grande valeur incarné en Anakin et Tahiri, fut reconnu de tous.

Je suis fier de toi, Anakin… Souviens-toi : ensemble, vous êtes plus que la somme de vos personnes. Je t’aime. Adieu. Tu pleureras plus tard ! Pour l’instant, tu dois garder les idées claires.
– Les dernières pensées d’Ikrit à Anakin Solo.

Ikrit, Anakin et Tahiri Veila au cours de l’invasion Yuuzhan Vong.
(image extraite de “Le Nouvel Ordre Jedi tome 7 : L’aurore de la victoire Tome 1 – Conquête”)

En savoir plus – incohérences :

  • La taille exacte d’Ikrit est inconnue. En revanche, Ikrit dit lui-même que sa taille est normale pour celle de son espèce dans le roman “Junior Jedi Knights tome 4 : Anakin’s Quest“. Dans le guide “Ultimate Alien Anthology“, le “Power of the Jedi Sourcebook” et le “The New Jedi Order Sourcebook“, il est dit que les Kushiban mesurent en moyenne un demi-mètre. Donc, la conclusion logique est Ikrit mesurait environ cette taille. Toutefois, le roman “Junior Jedi Knights tome 1 : The Golden Globe” et le guide “The Complete Star Wars Encyclopedia” décrivent Ikrit comme mesurant environ un mètre.
  • Ikrit a voyagé sur Yavin IV pour découvrir les secrets des Massassi et a découvert le globe doré à des dates parfois contredites. Le “Jedi vs Sith : The Essential Guide to the Force” indique qu’Ikrit a entrepris ce voyage en 378 BBY, tandis que la “The Complete Star Wars Encyclopedia” assure qu’il s’est produit 385 ans avant la Guerre Civile Galactique. Le “Jedi vs Sith : The Essential Guide to the Force” étant plus récent et offrant une datation plus précise, c’est cette source qui est prioritaire canoniquement.
  • Selon le roman “Junior Jedi Knights tome 5 : Anakin’s Quest” et “Junior Jedi Knights tome 6 : Kenobi’s Blade“, le gardien de l’holocron que Ikrit trouve dans le château de Vador en 22 ABY se nomme Ash Krimsan. Or, dans le roman “Les Nuits de Coruscant tome III : Modèles de Force“, ainsi que dans le “Jedi vs. Sith : The Essential Guide to the Force“, le gardien se nommait Asli Krimsan. Egalement, dans la fiche databank de Vjun sur StarWars.com, elle est nommée – de façon erronée – Asli Krisman. Les sources les plus récentes (et canoniques pour le Jedi vs Sith) la nommant Asli Krimsan, cette écriture a donc été choisie comme étant la bonne.

Liste des œuvres :

Romans :
– “Junior Jedi Knights tome 1 : The Golden Globe”
– “Junior Jedi Knights tome 2 : Lyric’s World”
– “Junior Jedi Knights tome 3 : Promesses”
– “Junior Jedi Knights tome 4 : Anakin’s Quest”
– “Junior Jedi Knights tome 5 : Vader’s Fortress”
– “Junior Jedi Knights tome 6 : Kenobi’s blade”
– “Les Jeunes Chevaliers Jedi tome 14 : La Crise”
– “Le Nouvel Ordre Jedi tome 7 : L’aurore de la victoire Tome 1 – Conquête”
– “Nouvel Ordre Jedi tome 8 : L’aurore de la victoire 2 – Renaissance” (mentionné)
– “Nouvel Ordre Jedi tome 15 : L’Hérétique de la Force 1 – Les vestiges de l’Empire” (mentionné par Jaina Solo)
– “Nouvel Ordre Jedi tome 16 : L’Hérétique de la Force 2 – Les Refugiés” (mentionné)

Nouvelles :
– “Emissary of the Void” (mentionné par Uldir, indirectement par Luke Skywalker)

Autres :
– “Biscuit Baron to Celebrate Heroes of the Republic” (HoloNet News Vol. 531 #49)

Guides et encyclopédies utilisés en supplément :

– Geonosis and the Outer Rim Worlds
– Jedi vs Sith : The Essential Guide to the Force
– Power of the Jedi Sourcebook
– The Complete Star Wars Encyclopedia (“Ikrit”)
– The Essential Guide to Chronology
– The Essential Reader’s Companion
– The New Essential Guide to Characters (“Anakin Solo”)
– The New Essential Guide to Chronology
– The New Jedi Order Sourcebook
– Ultimate Alien Anthology
– Who’s Who in the New Jedi Order (Insider 57)

Auteur : Ismir Tinùviel
Date de mise en ligne : 03/04/2021

Cette fiche a été lue 292 fois

Les commentaires sont fermés.