Ascendance Chiss

Ascendance Chiss

Catégorie : Politique – Gouvernementale
Régime politique : Oligarchie
Origine : Colons humains ayant colonisé Csilla et ses environs
Capitale : Ville de Csaplar, sur Csilla

Localisations notables : Naporar, Copero (chantier naval), Amas de la Redoute
Dirigeants notables : Grandes familles Aristocra
Date d’apparition : Autour de 5.000 BBY
Date de dissolution : –

La civilisation Chiss a longtemps évolué en marge totale du reste de la galaxie, perdue dans les Régions Inconnues. Ayant dû survivre dans ces régions hostiles, les Chiss ont développé une société des plus isolationnistes et surtout, très xénophobe, en cause, les nombreuses menaces tapies dans ces vastes régions inexplorées de l’espace. Ces traits leur furent inlassablement reprochés par nombre d’habitants de la galaxie dite “civilisée”, mais beaucoup sont ceux qui ignorent tout de l’Histoire Chiss et des difficultés que les habitants de Csilla traversèrent ; car évoluer sans soutien dans les Régions Inconnues ne se fait pas sans sacrifice, ni une détermination à toute épreuve. Si la galaxie était plus au courant des réalités concernant l’évolution d’une civilisation dans ces quadrants du cosmos, peut-être serait-elle moins prompt à juger l’Ascendance Chiss sur ses agissements, quand bien même cette société n’est pas parfaite. Cependant, y en a-t-il seulement une qui l’est ?

I – Histoire :

Durant la deuxième moitié du XXVIIIe millénaire avant notre ère, en partie libérés du joug de l’Empire Infini, les Humains du Noyau envoyèrent dans d’innombrables directions des vaisseaux à hypersommeil dans le but d’explorer l’espace et fonder des colonies sur des mondes habitables et exploitables. C’est principalement par ce biais que les Humains se sont répandus à ce point dans la galaxie et surtout, que de nombreuses espèces proches-humaines ont vu le jour. On peut citer les Zeltrons, les Arkaniens ou encore les Miralukas qui, bien qu’ayant évolué différemment de la souche principale de l’espèce humaine, n’en découlent pas moins. Et concernant les Chiss, c’est exactement la même chose. Quant au voyage qui mena ces vaisseaux à hyper-sommeil, nous ne sommes toujours pas en mesure de définir une date exacte de leur arrivée sur Csilla, ni même combien de vaisseaux furent détruits au cours de la traversée de cette partie des Régions Inconnues, sachant à quel point il est difficile d’y naviguer, même pour un pilote aguerri. Colonisation de Csilla : Toujours est-il qu’un nombre suffisant de colons arriva sur Csilla, une planète tropicale qui deviendra la capitale de l’Ascendance et qui est également considérée comme le monde natal des Chiss en tant qu’espèce à part entière. Sur ce point d’ailleurs, les scientifiques estiment que la forte teneur en minéraux des eaux de la planète est responsable des changements physiologiques des colons. 

Ainsi, Csilla devint la première planète colonisée dans ce secteur par des Humains et forma le point central de l’expansion de la future Ascendance. Le peu que l’on sait sur le passé de ce monde ne permet pas de dresser un portrait historique pertinent, le seul moyen d’en apprendre davantage se trouvant dans la Bibliothèque Expéditionnaire de Csaplar, la capitale de Csilla. Cette bibliothèque renferme un savoir inestimable sur l’Histoire chiss et sur leur exploration des Régions Inconnues et des divers peuples et espèces y vivant (ou y ayant vécu) ; et pour ces raisons, les étrangers ayant accès à ces rayonnages ne sont pas légion et les conditions des Chiss sont des plus intransigeantes concernant le partage de ce savoir en dehors du territoire de l’Ascendance. Donc dans ce contexte particulièrement opaque, nous sommes juste en mesure de fixer le début de l’ère glaciaire csillanne aux alentours de 5.000 BBY, et qui est toujours d’actualité au moment où je rédige ces lignes. Ce changement climatique majeur força les Chiss à opérer des changements drastiques s’ils voulaient survivre, tant technologiques que dans la gestion des ressources et de leur mode de vie. Ce qui peut en partie apporter des éléments de réponse concernant l’attitude des Chiss vis-à-vis des étrangers. Des rumeurs évoquent même un certain degré de décadence chez certains Chiss à cause de ce climat trop doux, comportement qui changea lui aussi drastiquement avec la venue de cette ère glaciaire.

Des Chiss parcourent la surface gelée de Csilla.

Premiers Contacts : Toutefois, nous savons que malgré son isolationnisme prononcé, l’Ascendance eut quelques contacts avec le reste de la galaxie, surtout commerciaux, dans les décennies qui suivirent la Grande Guerre des Sith de 3.997 – 3.996 BBY. D’autres contacts eurent lieu notamment durant la Grande Guerre Galactique (3.681 – 3.653 BBY) où un sommet entre des dignitaires impériaux et des diplomates chiss se tint. En résulta un traité garantissant la souveraineté de l’Ascendance chiss en échange d’un tribut et de forces armées chiss pour soutenir l’effort de guerre impérial, principalement au sein des services secrets impériaux et sur Hoth, dont le climat est similaire à Csilla et où l’expérience logistique des Chiss fut précieuse. Plus de deux millénaires plus tard, durant le règne du Seigneur Kaan, à la fin des Nouvelles Guerres Sith, ainsi que durant la Guerre des Clones, l’Ascendance Chiss aurait été approchée, mais cela reste à confirmer, surtout au niveau de son engagement. Lors des dernières décennies de la République galactique, un projet secret d’exploration extra-galactique fut mis en chantier et en 27 BBY, il était prêt à partir, il s’agissait du projet Vol vers l’Infini. Bien que la direction du projet Vol vers l’Infini fut menée conjointement par l’Ordre Jedi et la République, lorsque le vaisseau quitta la planète Yaga Minor pour s’élancer à travers les Régions Inconnues, le Maître Jedi Jorus C’baoth en prit le contrôle et dirigea l’expédition de manière tyrannique. Ses agissements causèrent la perte du bâtiment et de son équipage, car lorsqu’une force de la Flotte d’Expansion Chiss menée par l’officier Mitth’raw’nuruodo les intercepta, même si leurs intentions initiales n’étaient pas foncièrement hostiles, le comportement du Maître Jedi n’incita pas l’officier Chiss à laisser le Vol vers l’Infini traverser le territoire limitrophe de l’Ascendance à la convenance de son capitaine (officieusement, certains affirment que la main des Sith aurait décidé le jeune Chiss à s’attaquer au vaisseau d’exploration, causant sa destruction définitive).

Le Vol vers l’Infini attaqué par des griffes chiss sur ordre de Mitth’raw’nuruodo.

L’Empire de la Main : Durant l’ère impériale, l’Ascendance ne fut que peu inquiétée par l’Empire galactique, grâce au rôle confié au Grand Amiral Thrawn par l’Empereur Palpatine en personne, une mission secrète d’exploration et de cartographie des Régions Inconnues en vue de futures conquêtes impériales. À partir de 2 BBY, à la tête d’une force expéditionnaire comptant plusieurs destroyers stellaires de classe Imperial, Thrawn reçut pratiquement carte blanche pour agir, afin de mener au mieux sa mission. Et bien que le Chiss soit toujours considéré par beaucoup de ses semblables comme un renégat à cause des ses agissements passés (trop militariste et interventionniste aux yeux des autorités chiss lorsqu’il était officier de la Flotte d’Expansion), l’Ascendance Chiss collabora avec le Grand Amiral de l’Empire, consciente qu’il n’œuvrait pas contre les intérêts chiss, bien au contraire. En presque deux décennies, de nombreuses menaces tapies dans les Régions Inconnues furent éliminées et de larges pans du cosmos furent ainsi cartographiés et intégrés dans ce que l’on nomme l’Empire de la Main, empire qui évolua en collaboration directe avec l’Ascendance et bien que l’initiative de ce projet ait été impériale, l’Empire galactique ne fut que peu informé de l’évolution des explorations ; Palpatine lui-même n’aurait pas idée de la taille véritable de l’empire conquis par le Grand Amiral Thrawn. Des rumeurs évoquent plus de deux cents secteurs colonisés, mais rien de vérifiable. Cependant, loin de représenter une menace, Thrawn avait en vérité bâti un rempart destiné à protéger la galaxie contre une importante menace extérieure à la galaxie, menace dont les Chiss étaient au courant depuis quelques décennies déjà, les Yuuzhan Vong. Cela dit, suite à la mort du clone de Thrawn en 19 ABY, l’Ascendance absorba plus ou moins le territoire de l’Empire de la Main, mais le manque de données et surtout les nombreuses rumeurs à ce sujet, ne permettent pas de faire la lumière sur ces événements.

Expansion Territoriale : En revanche, pour en revenir un peu du côté de l’Ascendance et de sa croissance territoriale, nous ne sommes pas non plus en mesure d’estimer la progression des Chiss en la matière. Au risque de me répéter, la navigation dans les Régions Inconnues est extrêmement périlleuse à cause des très nombreuses anomalies gravitationnelles et autres dangers spatiaux, mais surtout, l’instabilité permanente de ces larges franges de la galaxie. En effet, même si une route spatiale ou hyper-spatiale plus ou moins sûre peut être tracée, nul ne sait combien de temps elle le restera, ce qui rend les itinéraires réellement sûrs d’autant plus précieux qu’ils sont rares et c’est un secret que les Chiss gardent jalousement, de peur de perdre leur mainmise sur la région, mainmise pour laquelle ils ont dû batailler âprement, tant les Régions Inconnues regorgent de peuples et civilisations dangereuses, à l’image des esclavagistes Vagaari, qui ont donné tant de fil à retordre aux forces de l’Ascendance. Ou simplement de donner les clés de l’invasion du territoire chiss. Aussi, nous savons qu’avant une annexion possible de l’Empire de la Main, le territoire de l’Ascendance comprenait 28 mondes colonisés et totalement autonomes pour plusieurs centaines, voire quelques milliers de systèmes, partiellement ou peu explorés et habités, exploités principalement pour leurs ressources naturelles, à défaut d’être réellement habitables. Et alors que certains mondes autres que Csilla devinrent également des sphères d’influence majeures dans la politique chiss, puisqu’elles furent le siège de plusieurs grandes maisons chiss, c’est le cas par exemple de Sposia, Csaus, Sarvchi, Naporar, Copero et Cioral, des mondes peu colonisés n’étant pas moins dépourvus d’importance puisque leurs ressources naturelles leur permettaient de fournir les chantiers navals, essentiels à la flotte chiss, et donc à sa survie.

Un Corps Expéditionnaire Chiss sur Csilla.

Plus récemment, moins de deux siècles avant l’avènement de l’Empire galactique, l’Ascendance entreprit de mener de nombreuses opérations de colonisation d’un dense amas stellaire connu sous le nom de La Redoute, opérations qui coûtèrent la vie à de nombreux Chiss, mais qui aboutirent à la création d’une véritable citadelle stellaire, un lieu de repli sûr pour les Chiss dans l’éventualité d’une invasion massive de leur territoire. La prise de conscience concernant la menace extrême que représentaient les Yuuzhan Vong est certainement ce qui motiva les dirigeants de l’Ascendance à transformer l’amas de La Redoute en place forte, mais bien que 10 mondes habitables y aient été décelés, lorsque la Guerre des Clones éclata, aucun d’eux n’avait encore été vraiment colonisé, seules quelques stations spatiales avaient été construites pour garder les différents points d’accès conduisant à l’intérieur de l’amas. Pour ce que nous en savons, les Chiss auraient commencé l’exploration de l’amas aux alentours de 178 BBY, pour achever leurs préparatifs plus ou moins après la Guerre des Clones. Et bien que les Chiss gardèrent le plus grand secret autour de ce refuge, leurs plus coriaces ennemis, les Vagaaris, entreprirent de s’y attaquer. Alors que la chute de l’Empire et l’émergence de la Nouvelle République n’affectèrent que peu l’Ascendance, en 22 ABY, une délégation de l’Empire de la Main et une délégation de la Nouvelle République furent conviées au sein même de La Redoute dans le but de statuer sur l’épave du Vol vers l’Infini. Et c’est à ce moment précis que les Vagaari, grimés en Geroons, une des espèces victimes de l’esclavagisme Vagaari, se manifestèrent et s’attaquèrent aux forces impériales, républicaines et chiss. Mais bien qu’ayant pu compter sur l’effet de surprise, ces derniers furent rapidement éliminés, initiant par là même, la troisième guerre entre l’Ascendance et les Vagaari, en 23 ABY.

Un des mondes de La Redoute où s’est écrasé le Vol vers l’Infini.

La Menace Extra-galactique : Deux ans plus tard, les Yuuzhan Vong déferlèrent sur la galaxie, balayant presque tout sur leur passage. Et bien que les Chiss se soient préparés depuis des décennies à cette éventualité, ils restèrent en retrait, n’apportant qu’un soutien limité à la Nouvelle République, qui subissait pourtant de plein fouet les assauts des Extra-galactiques. Et ce soutien ne représentait qu’un vague appui logistique et informatif, ainsi qu’une poignée d’escadrons de griffes chiss de classe Nssis. Ce n’est que dans les derniers temps du conflit que l’Ascendance prit part de manière plus importante dans les combats, en grande partie grâce au passage d’une force Jedi menée par Luke Skywalker sur Csilla, dans le but de localiser la planète vivante Zonama Sekot, pour qu’elle aide à vaincre les envahisseurs. Et même si les dirigeants de l’Ascendance ne s’investirent toujours pas pleinement dans le conflit, leur apport fut bien plus important que dans les premiers temps de l’invasion et participèrent à peser dans la balance en vue de la victoire décisive sur les Yuuzhan Vong.

Nouvelles Menaces : Après la guerre, à partir de 29 ABY, l’Ascendance s’ouvrit à la galaxie, de manière toutefois assez relative, mais encourageante, au vu de leurs précédentes relations avec cette dernière. Elle est même devenue une province de l’Alliance galactique, province toutefois autonome. Mais cette ouverture fut largement refroidie suite à la Guerre de l’Essaim, un conflit avec divers nids killik, entre les années 35 et 36 ABY, où ces derniers menacèrent indirectement l’intégrité territoriale de l’Ascendance en affiliant involontairement de nombreux Chiss. L’Ascendance réagit violemment à ces “agressions”, réaction que beaucoup condamnèrent pour leur caractère, semble-t-il, exagéré. Mais les Chiss se sont toujours montrés intransigeants avec quiconque menace leur souveraineté et les Killik en payèrent chèrement le prix, en particulier lors de la Bataille de Tenupe, où des millions de Killik périrent sous le feu des forces chiss. Et après avoir remporté la victoire, l’Ascendance retrouva un certain isolationnisme, bien que des relations diplomatiques avec le gouvernement de l’Alliance galactique et le nouvel Ordre Jedi aient été maintenues. Près d’un siècle plus tard, l’Ascendance chiss se retrouva dans une situation similaire à celle de la Grande Guerre Galactique, à savoir, les garanties par Dark Krayt concernant la souveraineté chiss en échange d’un soutien logistique et militaire. Un Chiss siégea même au conseil des Moffs, c’est dire si l’Ascendance était tenue en haute estime, même de la part d’un Sith. Donc, en raison de son rôle et de sa position dominante, on peut donc aisément comparer la situation de l’Ascendance Chiss à celle de l’Ancienne République ou de l’Empire dans le rôle de première puissance galactique, à la différence près que la sphère d’influence des Chiss se cantonna presque exclusivement aux Régions Inconnues, un rempart ignoré de beaucoup, qui empêcha de nombreuses civilisations de menacer le reste de la galaxie.

La Bataille de Tenupe, qui mit un terme à la guerre de l’Essaim.

II – Politique, Modèle Social et Culture :

Le système politique actuel de l’Ascendance date de plus ou moins cinq millénaires et coïncide avec l’arrivée de l’ère glaciaire et des changements sociétaux que les Chiss furent obligés d’appliquer. Nous n’avons donc aucune information sur leur politique antérieure à cette période et même eux ont oublié comment leurs ancêtres procédaient. Donc, depuis plus de 5.000 ans, la société chiss est régie par un gouvernement oligarchique-républicain, gouvernement dirigé par les Familles dirigeantes depuis le Palais parlementaire de Csaplar, capitale de Csilla. À leur tête se trouve un Aristocra ainsi que divers syndics (généralement des membres de la famille de l’Aristocra) et leur nombre a varié au fil du temps, dépendant principalement de l’état de l’Ascendance et des urgences gouvernementales. Ainsi, ce nombre a oscillé entre trois et douze familles mais le nombre de familles en poste qui représentent la majeure partie de l’Histoire chiss de cette ère est neuf. Actuellement, l’Ascendance est dirigée par quatre grandes Familles :

  • La Famille Csapla, la plus influente, dont le siège est sur Cioral, est en charge de la gestion des ressources et des affaires coloniales.
  • La Famille Nuruodo, dont le siège est sur Naporar, est en charge des affaires politiques, militaires et étrangères.

  • La Famille Inrokini, dont le siège est sur Csaus, est en charge de l’industrie, des sciences, des affaires non-militaires et des communications.

  • La Famille Sabosen, la moins influente, dont le siège est sur Sposia, est en charge de l’ordre public, de la santé et de l’éducation.

  • Un cas un peu à part, la Famille Chaf, dont le siège est sur Sarvchi, et bien qu’elle ne soit pas présente au gouvernement, elle possède suffisamment d’influence pour y prétendre et se bat depuis des décennies pour gagner ce droit.

Le pouvoir incarné par les Familles dirigeantes est surtout d’ordre législatif et en plus de leurs obligations gouvernementales, chaque famille a la responsabilité du monde sur lequel elle possède son siège. Un système de collégialité a été mis en place afin d’éviter les luttes de pouvoir entre les diverses Familles dirigeantes (ce qui n’empêche pas les autres grandes familles d’intriguer dans leur dos, cela dit). En parallèle, chacune des 28 colonies possède des représentants au Palais parlementaire, élus démocratiquement. Cette chambre est en charge de la réception des problèmes et des projets de lois soumis au gouvernement et les traite préalablement avant de faire parvenir les dossiers aux Famille dirigeantes pour qu’elles rendent leur décision. L’aspect social de la société chiss est encore largement méconnu. Et même si dans son ensemble la galaxie ignore encore l’existence des Chiss, ceux qui sont au courant de leur présence n’en savent guère plus que le fonctionnement gouvernemental et militaire de l’Ascendance. Mais les sociologues estiment que le modèle social serait assez proche d’un système de caste, bien que n’ayant pas la même rigidité de fonctionnement. En effet, le meilleur moyen d’occuper un poste d’influence est de faire partie d’une des grandes familles. Or si les titres familiaux se transmettent principalement par le sang, ce n’est pas l’unique moyen d’en obtenir un.

Pour les individus n’appartenant pas à une de ces familles, un moyen simple est de faire carrière dans la flotte et de gagner suffisamment de prestige pour attirer l’attention de ces familles et ainsi se faire adopter pour son mérite. Même si ce n’est pas officiellement admis par le gouvernement, ce moyen d’adhérer aux diverses grandes Familles reste un moyen efficace de lutter contre la consanguinité, courante parmi les régimes se basant uniquement sur l’héritage du sang. Au niveau du langage, naturellement au vu de leur isolement du reste de la galaxie, les Chiss utilisent une langue autre que le Basic, le Cheunh. Cette langue très complexe se rapproche bien plus des divers langages des signes, dans sa façon de communiquer, puisqu’elle possède un vocabulaire relativement peu fourni. En effet, les Chiss communiquent entre eux en évoquant des idées, des concepts, au contraire du Basic, par exemple, qui permet de dérouler littéralement le fil de ses pensées. Et c’est cette différence qui rend le Cheunh aussi compliqué à apprendre pour un non-Chiss, en dehors du fait que les organes vocaux des Chiss sont légèrement différents de ceux des Humains, ce qui, pour cette espèce du moins, amène une difficulté d’expression en Cheunh supplémentaire. De même, certains Chiss connaissent le Basic afin de pouvoir communiquer avec la galaxie si besoin, mais la majorité d’entre eux lui préfère des langues plus locales, plus adaptées aux Régions Inconnues, comme le Sy Bisti ou le Minnisiat, mais le Cheunh reste la seule langue officielle de l’Ascendance Chiss.

Un Aristocra Chiss.

III – Forces armées & Technologies :

S’il y a bien une caractéristique qui vient presque systématiquement en tête lorsque l’on évoque les Chiss, c’est leur discipline et leur rigueur militaires. Bien qu’isolés et livrés à eux-mêmes durant presque toute leur histoire, ils ont su se doter d’une force militaire impressionnante, capable de mener à bien presque n’importe quel type d’opération. Leurs effectifs sont divisés en deux branches principales : la Flotte de Défense Expansionnaire Chiss (FDEC, ou CEDF en VO) et les Phalanges, elles-mêmes divisées en deux sous-branches. Ainsi qu’un troisième corps, mais qui évolua en marge de l’Ascendance. La FDEC est la branche la plus importante aux yeux des Chiss, elle est leur premier rempart et aussi le plus solide, chargé d’anéantir l’ennemi avant même qu’il ne menace l’intégrité territoriale de l’Ascendance. Et si par malheur la flotte devait échouer, il en incomberait aux phalanges de se battre coûte que coûte pour défendre les divers mondes qui constituent le territoire chiss. Actuellement, les forces militaires sont dirigées par la Famille Nuruodo.

  • La Flotte d’Expansion : Cette partie de la flotte est chargée de patrouiller le long des frontières de l’Ascendance et de mener à bien des missions d’exploration dans les régions limitrophes, afin d’y localiser d’éventuels mondes colonisables ou exploitables, ou encore d’y repérer une menace potentielle pour la sécurité de l’Ascendance.

  • La Flotte de Défense : Quant à elle, elle est en charge de repousser les incursions et invasions ennemies, ainsi que des planifications stratégiques et tactiques à long terme.

Toutefois, les dirigeants et chefs militaires de l’Ascendance se cantonnent depuis toujours à une politique stricte de non-agression, quoi qu’on puisse en penser. Ces dernier refusent de considérer toute action offensive tant que l’ennemi n’a pas tiré le premier coup. Dans ce cas-là, la réponse se fera sans attendre et sans la moindre once de pitié, mais tant que le point de rupture n’est pas franchi, les Chiss ne prendront pas l’initiative. C’est d’ailleurs à cause de cette politique que l’officier Mitth’raw’nuruodo fut banni du territoire chiss, ce dernier repoussant sans cesse les limites de la provocation pour forcer ses adversaires potentiels à ouvrir le feu les premiers. Or bien que n’étant pas illégales en soit, les actions du Chiss n’étaient clairement pas du goût des Familles dirigeantes, ce qui les amena à terme à exiler cet officier prometteur.

Mitth’raw’nuruodo dans son uniforme de la FDEC.

Toutefois, les dirigeants et chefs militaires de l’Ascendance se cantonnent depuis toujours à une politique stricte de non-agression, quoi qu’on puisse en penser. Ces dernier refusent de considérer toute action offensive tant que l’ennemi n’a pas tiré le premier coup. En ce cas-là, la réponse se fera sans attendre et sans la moindre once de pitié, mais tant que le point de rupture n’est pas franchi, les Chiss ne prendront pas l’initiative. C’est d’ailleurs à cause de cette politique que l’officier Mitth’raw’nuruodo fut banni du territoire chiss, ce dernier repoussant sans cesse les limites de la provocation pour forcer ses adversaires potentiels à ouvrir le feu les premiers. Or bien que n’étant pas illégales en soit, les actions du Chiss n’étaient clairement pas du goût des Familles dirigeantes, ce qui les amena à terme à exiler cet officier prometteur. Au niveau des moyens dont disposaient ces deux corps militaires, étant donné leur importance aux yeux de l’Ascendance, ils pouvaient compter sur une flotte composée de bâtiments aussi puissants que variés, bien que nos informations sur ce sujet soient des plus limitées. Les croiseurs d’assaut chiss représentent l’épine dorsale de la marine chiss, aussi répandus dans la Flotte d’Expansion que dans la Flotte de Défense. On ne sait pas exactement quelle est leur date d’entrée en service, mais l’Ascendance les utilisait déjà près de 20 ans avant la Guerre des Clones et étaient toujours en service lors de la Guerre de l’Essaim. Ces croiseurs étaient appuyés par de nombreux transporteurs chiss, de véritables porte-chasseurs capables d’embarquer plusieurs escadrons de griffes chiss.

Ces griffes formaient la dernière génération de chasseurs avant la collaboration impérialo-chiss, qui a donné naissance aux griffes chiss de classe Nssis. Et avec le remplacement progressif des griffes pré-impériales, ces transporteurs devinrent de moins en moins utilisés, les nouveaux chasseurs étant pourvus d’un hyperdrive ; et cela amena à la conception d’un nouveau bâtiment de soutien, les navires balises. Ces derniers étaient déployés dans des zones stratégiques le long des routes hyperspatiales, devant fournir des coordonnées de saut sûres afin de déployer plus efficacement les chasseurs, surtout en cas d’attaque. Durant l’invasion des Yuuzhan Vong, plusieurs de ces navires balises furent déployés avec les escadrons de griffes Nssis afin de les rendre plus efficaces lors des déploiements offensifs face aux envahisseurs. Au niveau du transport individuel ou des officiers, de nombreuses navettes à long rayon d’action étaient en service, à l’instar des navettes impériales de classe Lambda, par exemple. De même, un important réseau de transport inter-flotte était en vigueur, fortement semblable à celui des impériaux, afin d’acheminer le personnel de la flotte sur ses divers bâtiments. Et pour finir, le dernier-né des chantiers navals chiss, le destroyer stellaire chiss. De tonnage similaire à un classe Victoire de l’Empire galactique, ces vaisseaux capitaux remplacèrent à terme les croiseurs d’assaut, sur lesquels les Chiss se reposaient depuis des décennies, mais dont la guerre contre les Yuuzhan Vong avait mis en évidence les principales failles. Ceci dit, la collaboration entre l’Ascendance et l’Empire galactique donna naissance à de nombreux autres vaisseaux, mais ce point sera traité dans l’article de l’Empire de la Main.

Des Griffes Chiss, fleuron de la marine de l’Ascendance.

Toutefois, la flotte, bien que représentant la plus grosse partie des forces militaires de l’Ascendance, n’est pas l’unique rempart du territoire chiss, il y a aussi les forces terrestres, les Phalanges :

  • Les Phalanges Coloniales : Elles composent l’essentiel de l’armée de terre de l’Ascendance et sont chargées de la défense des colonies civiles, principalement, ainsi que des colonies industrielles, essentielles à la construction des vaisseaux de la flotte et de leur entretien. Beaucoup caricaturent en prétendant que c’est du maintien de l’ordre vulgaire, mais la société chiss n’a pas besoin d’une présence militaire pour garantir l’ordre au sein de ses territoires, les citoyens sont suffisamment disciplinés pour ça. Non, les phalanges sont présentes en cas de destruction de la flotte chiss, l’ultime rempart de l’Ascendance contre les nombreuses menaces des Régions Inconnues. Et pour mener à bien cette tâche, elles sont constituées d’une infanterie solide, les soldats chiss étant d’une rigueur et d’une discipline à toute épreuve, ainsi que d’une puissante force blindée, les chars d’assaut chiss, pour ce que l’on en sait, étant des plus redoutables au combat.

  • Les Phalanges Domestiques : Contrairement aux Phalanges Coloniales qui protègent les mondes sans distinction de classes ou de familles, les Phalanges Domestiques sont souvent considérées comme des unités paramilitaires, mais pour les Chiss, il s’agit plus d’une garde rapprochée pour les individus influents et importants de l’Ascendance

  • Les Contingents chiss de l’Empire de la Main : Ces soldats ne sont pas réellement affiliés à l’Ascendance, tout du moins tant que l’Empire de la Main était présent. Il s’agissait de volontaires envoyés soutenir l’effort de guerre du Grand Amiral Thrawn dans le but de cartographier les Régions Inconnues et neutraliser les menaces présentes. Et même si officiellement, très peu de Chiss osaient soutenir Thrawn dans son combat, officieusement beaucoup comprenaient le but de ses opérations, qui allaient dans le sens des intérêts de l’Ascendance, puisque de nombreux ennemis furent neutralisés grâce au génie militaire du Chiss. Et surtout, avec une menace vong grandissante, l’Empire de la Main se devait de posséder une force de frappe solide, raison pour laquelle de nombreux Chiss s’engagèrent aux côtés des Impériaux, également présents à la demande de Thrawn.

Un soldat et une pilote Chiss.

IV – Technologie :

Ayant évolué pratiquement sans contact avec la galaxie extérieure aux Régions Inconnues, il est étonnant de voir à quel point les technologies développées par l’Ascendance peuvent paraître similaires à celles conçues sous l’Ancienne République ou l’Empire galactique. Et si le voyage hyperspatial développé par les Chiss n’a rien à envier à celui utilisé par le reste de la galaxie, il y a d’autres technologies chiss qui sont bien plus avancées que leurs homologues républicaines ou impériales, la plus célèbre, le maser. Bien qu’en apparence très proche de la technologie laser standard, les armes maser possèdent une différence fondamentale, l’énergie cinétique dégagée par un faisceau maser. En effet, cette énergie dégagée est bien plus importante que celle des faisceaux laser plus conventionnels, ce qui rend les dégâts sur les soldats et les véhicules/vaisseaux rapidement plus importants. Même un utilisateur de la Force maniant un sabre laser aura bien plus de mal à résister à un feu maser qu’à un feu laser, tant la fatigue se fait ressentir plus vite et le risque de se faire arracher son arme des mains, plus grand. De même, les vaisseaux capitaux sont armés de mégamasers, des tourelles équivalentes aux turbolasers, mais causant bien plus de dégâts, y compris aux boucliers énergétiques, qui saturent bien plus vite à cause du surplus de puissance nécessaire pour repousser l’énergie d’une volée de tirs maser. À propos des véhicules terrestres, bien que moins pratiques que les véhicules à répulsion, les Chiss affectionnaient plus les véhicules à chenilles, plus fiables selon eux. Au niveau des armes non-létales, les Chiss préfèrent par exemple des filets incapacitants lâchés par des missiles aux armes ioniques, y compris lors des affrontements spatiaux, avec des filets suffisamment grands pour piéger des escadrons entiers de chasseurs. Concernant les droïdes, les Chiss n’en étaient guère friands, les trouvant trop peu fiables pour être utilisables efficacement. Non pas qu’ils n’avaient pas les moyens d’en concevoir, mais ils préféraient agir eux-mêmes sur le terrain plutôt que de prendre le risque d’en envoyer et faire échouer une opération. Ou plus simplement, effectuer eux-mêmes les tâches courantes. Dans une optique militaire, toujours en accord avec la philosophie et la politique chiss en la matière, plusieurs armes, considérées comme illégales par la majorité des gouvernements du reste de la galaxie, furent développées : des armes biologiques, bactériologies, nucléaires et j’en passe. Pour défendre l’Ascendance, la fin justifie les moyens et les Chiss l’ont prouvé à plusieurs reprises, comme peuvent en témoigner les Vagaaris et les Killik qui en firent les frais lors des conflits les opposant aux forces militaires chiss. Et peu importe l’avis du reste de la galaxie, l’Ascendance chiss passe avant tout le reste.

Liste des œuvres :

Romans :
– “Vol Vers l’Infini”
– La duologie “La Main de Thrawn”
– “Une Question de Survie”
– La série “Le Nouvel Ordre Jedi”
– “Nid obscur 3 : La Guerre de l’Essaim”
– La série “L’Héritage de la Force”
– La série “Le Destin des Jedi”

Jeux vidéos :
– “The Old Republic”

Guides et encyclopédies utilisés en supplément :

– Enter the Unknown
– Legacy Era Campaign Guide
– Starships of the Galaxy, Saga Edition
– The Essential Atlas
– The Essential Reader’s Companion
– The Force Unleashed Campaign Guide
– The New Essential Chronology
– The Unknown Regions

 

Auteur : Alpha-17
Date de mise en ligne : 14/01/2020

Cette fiche a été lue 868 fois

Les commentaires sont fermés.