Hett, Sharad

Sharad Hett

Espèce : Humain
Genre : Masculin
Naissance : Des années avant 47 BBY – monde inconnu du Noyau 

Mort : 32 BBY – Tatooine
Langages : Basic, Tusken
Apparence : Peau tannée, cheveux bruns, yeux marrons

Fonction : Chevalier Jedi, chef de treize clans Tuskens
Maître : Eeth Koth 
Apprenti : A’Sharad Hett
Affiliation : Ordre Jedi, République Galactique, Pillards Tusken
Armes : Sabre laser (lame rouge), gaderffii

I –  De glorieux chevalier Jedi à pillard Tusken :

Sharad Hett était un Humain qui naquit au sein d’une famille modeste sur un monde inconnu. Ses parents avaient déjà eu deux enfants avant lui. Peu après sa naissance, un Jedi du nom d’Eeth Koth découvrit Sharad. Sa planète natale étant connue pour avoir généré de nombreux Jedi, c’est avec un grand honneur que ses parents offrirent leur enfant au Zabrak. Il fut amené au Temple Jedi de Coruscant, où il étudia la Force et les arts Jedi. Sharad Hett passa les épreuves et finit par devenir l’apprenti de Eeth Koth. Au cours de sa formation, il fabriqua son propre laser à lame rouge sous les yeux d’Eeth Koth et s’entraîna longuement avec son mentor. Après des années, il devint un grand Jedi expert dans la maîtrise du sabre laser. Bien que de nombreux Jedi retournaient servir les planètes où ils étaient nées, les circonstances de son apprentissage furent bien différentes. En effet, le Conseil Jedi envoya Sharad et Eeth Koth sur de nombreux mondes très éloignés du sien. Et bien que son mentor ait fait son possible pour que Sharad voit sa famille de temps en temps, les violences qui secouèrent la galaxie bouleversèrent sa vie. Au fur et à mesure, les visites chez ses parents s’espacèrent. Lorsqu’il devint chevalier Jedi, il avait perdu tout contact avec sa famille. Sur les traces de son maître, Sharad Hett continua de servir l’Ordre Jedi et la République en effectuant des missions dans les coins les plus dangereux de la galaxie. Avec le temps, Sharad émit des doutes quant à la vie qu’il menait, estimant dans son coeur qu’il avait perdu quelque chose. Toutefois, il chassa tous ses doutes en se jetant à corps perdu au service des Jedi. Cette dévotion à l’Ordre estompant ses autres pensées, ses actes de bravoure construisirent sa légende. Au fil de ses aventures, il gagna de nombreux surnoms : le “Champion de Krmar”, le “Défenseur de Kamparus”, le “Chien de Garde des Mondes”, la “Némésis du Kimm”, le “Dompteur de Tyrans”, et le “Traqueur de Pirates”. Au cours de ses missions, Sharad combattit avec tous les membres du Conseil de l’époque, et appris à les connaitre personnellement. Le stratège militaire Jedi Oppo Rancisis lui apprit des formations de combat, notamment celle du Howlrunner, qui consistait à diviser ses forces en deux groupes : un pour faire feu, et l’autre sur le flanc. C’est probablement de là que lui vint son autre surnom, le “Howlrunner”. Il se lia d’amitié avec un Jedi un peu récalcitrant, Qui-Gon Jinn. Selon Ki-Adi-Mundi, Sharad Hett était le chevalier Jedi le plus dévoué et le plus intrépide de son temps, et nombreux étaient les Jedi qui reconnaissaient son légendaire sabre laser au premier coup d’œil. Or, malgré tous les efforts de Sharad pour faire taire ses doutes, ils l’assaillaient sans cesse. Il considérait les triomphes faits à ses frères Jedi comme gênants, car une telle glorification était contraire aux principes d’altruisme et d’humilité de la philosophie Jedi.

Profil : Shard Hett, chevalier Jedi et chef de guerre Tusken (image extraite de “L’Ordre Jedi tome 3 : Outlander“).

Avec le temps, de sombres pensées se sont infiltrées dans mon esprit. Le sentiment taraudant que quelque chose en moi s’était éteint. Cette perte avait laissé dans mon coeur un vide que je ne pourrai jamais comblé.
– Sharad Hett dévoilant son passé à Ki-Adi-Mundi.

En parallèle, Sharad se laissa séduire par son influence nouvelle et son pouvoir grandissant, un accès direct aux voies du Côté Obscur. Finalement, ses doutes devinrent insupportables. Il prit la décision de confier ses doutes à son ancien maître afin de lui demander conseil. Eeth Koth s’efforça de le comprendre, mais rechignait à le conseiller car leur passé était trop différents. Koth lui promit de demander au Conseil un congé afin qu’il puisse revoir sa famille. S’excusant pour la souffrance qu’il avait pu causer indirectement à son ancien élève, il lui rappela que le destin de tous était dicté par la Force. Après de tristes séparations, et réconforté par la sagesse de Koth, il fit son possible pour rejoindre sa famille. Malheureusement, il découvrit bien vite qu’une alliance de mondes rivaux avaient attaqué sa planète natale. Toute ses grandes villes ayant été rasées, Sharad réalisa que toute sa famille avait péri. Dès lors, le Jedi vit son existence comme une imposture car malgré ses pouvoirs de Jedi et ses actes de bravoure, il avait été incapable de sauver les siens. En 47 BBY, Sharad Hett décida de quitter Coruscant définitivement et se rendit dans la Bordure Extérieure, en dehors du cercle d’influence de la République et de l’Ordre Jedi. Son vaisseau s’écrasa sur Tatooine, où il décida de s’exiler. S’il était resté près de sa navette accidentée, des Jawas l’auraient sauvé et déposé au spatioport le plus proche, mais Sharad ne désirait pas être sauvé. Il erra seul dans les contrées sauvages et désertiques de la Mer des Dunes, qu’il apprit à dompter pour survivre. Là, il chercha des réponses à ses questions, et l’absolution. Au bout de plusieurs mois d’errance, Sharad fit la rencontre d’un tribu de Tuskens. Les hommes des sables l’avaient observé pendant un long moment, étonnés par ses capacités de survie, et avaient finalement décidé de l’emmener avec eux. Le taux de mortalité des Tuskens étant assez élevé, ils étaient peu nombreux. C’est pourquoi il leur arrivait d’adopter des humanoïdes, dans l’espoir que leur sang soit compatible avec le leur. Maltraité tel un esclave, Sharad dut lutter pour parvenir à une position respectée. Grâce à ses talents de Jedi, il parvint à survivre au sein de la tribu et gagna rapidement la considération des hommes des sables. Avec le temps, Sharad devint un véritable guerrier Tusken. Si les Tuskens lui apprirent à vivre dans le désert, lui leur enseigna de nouvelles techniques de combat. Plus tard, des rumeurs au sujet de sa mort atteignirent le Temple Jedi, et ses anciens camarades présumèrent qu’il avait rejoint la Force. Il épousa une humaine du nom de K’Sheek, capturée par la tribu quand elle était jeune, et qui avait elle aussi adoptée le mode de vie Tusken. Sharad ne vit son visage que deux fois, mais il se rappellerai toute sa vie de ses traits.

Plus tard, ils eurent un enfant, A’Sharad Hett, dont Sharad ne vit jamais le visage, étant donné que les sages-femmes lui bandèrent la tête juste après l’accouchement. Malheureusement, peu après la naissance d’A’Sharad, K’Sheek disparut dans une tempête de sable et son corps ne fut jamais retrouvé. Ainsi, A’Sharad fut contraint de grandir sans sa mère. Sharad n’ayant pas totalement abandonné la voie des Jedi, il forma son fils aux arts Jedi dans le but de le rendre plus fort. A’Sharad parvint même à construire son propre sabre laser. A une date indéterminée, il prit le commandement de treize tribus Tuskens, qu’il unifia sous une seule et unique bannière. Après la bataille de Naboo en 32 BBY, Jabba le Hutt, seigneur du crime très influent de Tatooine, attisa le conflit entre les Tuskens et les colons afin de vendre son stock d’armes. Il en résulta l’attaque des camps Tuskens, l’empoisonnement de leurs puits, l’infection de leur nourriture, et la contamination des jouets de leurs enfants, dans le but d’attiser la haine des hommes des sables. Des centaines de Tuskens périrent de ces pièges. La survie des Tuskens étant menacée, Sharad décida d’agir. Désireux de se venger, les Tuskens se révoltèrent contre les colons, qu’ils accusèrent de tous les maux. Sharad Hett n’éprouva pas le besoin de les arrêter, bien au contraire, il les dirigea pour canaliser leur rage et limiter le carnage. Fort de leur union, les Tuskens terrorisèrent les colons de Tatooine en effectuant de nombreux raids. En réaction à ces attaques, de nombreux colons furent contraints de s’armer pour se défendre. Pour Sharad Hett, il ne s’agissait pas de simples raids, mais d’un véritable acte de guerre destiné à rendre justice. Ils pillèrent la ville d’Anchorhead afin d’affaiblir le point de départ des attaques contre les Tuskens. Seuls six brutes et miliciens menaçants furent abattus, et Sharad parvint à ne pas faire tuer d’innocents. Trois jours après le raid d’Anchorhead, Sharad Hett mena les siens jusqu’à un antique site commercial connu sous le nom de Mochot Steep, en plein milieu du désert. L’arrivée de ses innombrables guerriers suscita la panique chez les colons présents sur le marché pour s’acheter des armes. Ces derniers se défendirent tant bien que mal, mais Sharad et les siens étaient bien trop nombreux. Au milieu du carnage, alors qu’un de ses guerriers enlevait un bébé des mains d’une jeune humaine, Sharad s’interposa c’était contre ses principes. Il interpella le pillard dans le langage Tusken pour lui donner des ordres, mais celui-ci retourna sa lame contre son chef. Sans pitié, Sharad Hett dégainer son sabre laser et d’un seul mouvement, trancha la main armée du guerrier, qui s’agenouilla dans le sable. Sharad récupéra le bébé dans ses bras, et la femme implora pitié. Sharad lui rendit simplement l’enfant et, reprenant les mots du maître Jedi Sidrona Diath, lui apporta sa bénédiction. Après cela, Sharad Hett se retira de nouveau dans le désert avec ses guerriers. En dépit ce ses victoires, Sharad attira l’attention du Haut-Conseil Jedi. Certains holo-enregistrements le montrèrent avec son sabre laser à la ceinture, ce qui trahit son identité auprès du Conseil.

Koroght gaghgt Takt. Béni soit notre départ de nous, femme de Corellia.
– Sharad Hett à la jeune Camella, reprenant les mots de Sidrona Diath, ancien maître Jedi originaire de Tatooine.

Sharad Hett, du temps où il était au service de l’Ordre Jedi.
(image extraite de “L’Ordre Jedi tome 3 : Outlander“)

III – Rencontre d’un semblable :

Quelques temps plus tard, Sharad décida d’amener son fils A’Sharad à la chasse au dragon Krayt, dans le but qu’il devienne officiellement un adulte au sein de la tribu. Avec un groupe de guerriers, ils traquèrent un spécimen jusque dans sa tanière, à proximité des Aiguilles, deux formations rocheuses situées au centre du Désert de Jundland appartenant aux Tuskens. La créature qui vivait là était connue pour semer la terreur dans la région, et avoir dévoré nombre de Tuskens et de banthas. Lorsqu’ils arrivèrent près de sa tanière en pleine nuit, Sharad Hett fut surpris d’y trouver Ki-Adi-Mundi, un chevalier Jedi, déjà aux prises avec le dragon krayt femelle qui protégeait ses œufs. Il salua le chevalier, qu’il savait avoir été envoyé par le Conseil. Mais pour lui, cela ne changeait rien puisque tout comme lui, il serait bientôt un Jedi mort. Sharad se contenta de regarder Ki-Adi-Mundi, prisonnier dans une grande fosse, affronter le dragon krayt dans un duel à mort. Sharad se permit de lui donner un petit conseil, assurant que la bête s’apprêtait à attaquer son flanc gauche. Quelques instants plus tard, le dragon krayt lui donna raison. Sharad expliqua au chevalier que la bête cherchait à savoir si son ombre n’était pas un deuxième ennemi, car les dragons krayt avaient du mal à distinguer les images en deux dimensions. Une fois qu’elle serait sûre que Mundi était seule, elle le tuerai. Dans l’affrontement, Ki-Adi-Mundi se rapprocha des œufs du dragon krayt, et Sharad l’avertit que ça risquait de ne pas plaire à la créature. Le Jedi utilisa la télékinésie pour jeter les œufs un peu plus loin afin de gagner du temps, mais Sharad savait que ce n’était qu’un cours répit. Ki-Adi-Mundi avait menacé la couvée du dragon krayt, alors celui-ci était bien déterminé à le tuer. Sharad Hett trouva ironique que le chasseur devienne la proie en cet instant précis. Il demanda au Jedi la raison qui avait poussé à envoyer un Jedi le traquer après tout ce temps, mais Ki-Adi-Mundi lui assura qu’il n’était pas venu pour lui nuire. En réalité, il avait envoyé par Yoda et Eeth Koth pour le retrouver, ou donner une preuve de sa mort. Le Haut-Conseil Jedi avait grand besoin de guerriers de sa trempe. A le mention de son ancien maître, Sharad Hett réalisa que le chevalier Jedi n’était pas un ennemi. Il décida donc de faire d’une pierre deux coups : aider Ki-Adi-Mundi et faire passer l’épreuve tant attendue à son fils. Sharad et A’Sharad s’élancèrent au combat afin d’apporter leur aide au Jedi Céréen. Sharad atterrit directement sur le dos du dragon krayt, et d’un seul coup de sabre laser, la blessa profondément au museau. Selon la tradition, le premier coup pouvait être porté par n’importe lequel des guerriers. Mais le dernier devait être porté par un gaderffii, et encouragea son fils à frapper sans crainte la créature, comme un véritable guerrier Tusken. Dans l’affrontement, un autre guerrier du nom de Rkk’Tl’Kt perdit sa main, dévorée par le dragon krayt. A’Sharad se précipita au secours de son ami et se retrouva seul face à la créature. Ki-Adi-Mundi souhaita intervenir, mais Sharad Hett affirma que son fils devait réussir seul. S’emparant d’une torche en plus de son bâton gaderffii, A’Sharad esquiva une morsure du dragon et plongea ses deux armes dans les yeux de son adversaire, qui mourut sur le coup.

Les autres guerriers hurlèrent de joie devant son triomphe et Sharad s’empressa de venir féliciter son fils. Après qu’on ait récité une vieille invocation, A’Sharad s’empara de son propre sabre laser et ouvrit le ventre du dragon krayt. Un guerrier y récupéra une perle de dragon krayt, qu’il remit à A’Sharad. Une fois ressortis de la grotte, Ki-Adi-Mundi se présenta officiellement et remercia Sharad pour son intervention. Ce dernier lui répondit que cette chasse avait été un rituel d’initiation pour son fils. A présent, A’Sharad Hett était un véritable guerrier, membre à part entière de la tribu. Ki-Adi-Mundi fut surpris que A’Sharad possède un sabre laser, mais Sharad l’informa qu’il était, en plus d’un guerrier Tusken, son Padawan. Sharad demanda à Mundi d’enfiler un masque filtrant pour cacher son visage, car ses frères trouvaient très grossier de montrer sa peau à nu. Mundi obtempéra, et en plus de son masque, il revêtit sa capuche pour couvrir son crâne. Toutefois, le Jedi se demanda pourquoi il désignait les guerriers Tuskens comme étant ses frères. Sharad répondit qu’en dépit du fait qu’il était toujours un Jedi, sans pour autant être membre à part entière de l’Ordre, il était aussi un Tusken. Sharad souhaita savoir comment Ki-Adi-Mundi avait pu se retrouver dans cette grotte. Le Jedi lui annonça qu’il avait eut la stupidité de se fier à Jabba le Hutt pour le conduire dans le désert. Pendant une tempête, les hommes de Jabba avaient tenté de l’assassiner, pensant qu’ils pourraient cacher son corps dans le sable. Mundi les avait vaincu, mais l’esquif avait été enfoui sous le sable avec les sbires de Jabba, et il n’avait pas pu l’utiliser de nouveau. Ce récit n’étonna nullement Sharad Hett, car il savait précisément pourquoi Jabba avait tenté d’assassiner Mundi. Il sortit un pistolaser bas de gamme d’une sacoche, et expliqua à son compagnon Jedi qu’au tout début des conflits, les colonies avaient été inondées d’étales qui proposaient ce genre d’armes aux fermiers apeurés. Sharad était convaincu que Jabba était derrière tout cela, car il ne voyait personne d’autre qui aurait pu griller les points de contrôle de la Bordure Médiane et organiser l’accès aux points de saut. Ki-Adi-Mundi lui lança que Jabba n’était pas le seul ennemi que Shard devait redouter. En effet, Mundi avait lu des rapports qui apportaient la preuve que Sharad était au centre du conflit qui avait mené à la mort de colons à la destruction de villes. Devant cette accusation, plusieurs Tuskens menacèrent le Jedi de leurs armes. Sharad Hett lui assura qu’il connaitrait bientôt les raisons de ses actions, si ses hommes le laissaient vivre jusque-là… Sharad prévint le Céréen qu’un danger rôdait non loin, il le sentait dans la Force. Peut-être était-ce Mundi lui-même, ou peut-être pas. Si tel était le cas, Sharad décida de faire de son mieux pou l’aider, mais il ne lui fit aucune promesse. A’Sharad fut chargé d’accompagner Ki-Adi-Mundi jusqu’au canyon de Gafsa, où sa tribu déciderait quoi faire du Jedi. Sharad lui intima de ne pas s’enfuir, car il ne ferait que se condamner, et n’avait nulle part où aller de toute façon. Alors que le convoi s’apprêtait à repartir à dos de banthas, Sharad se dirigea vers Rkk’Tl’Kt, laissé en arrière. Le guerrier avait décidé de mourir ici car, privé d’une de ses mains, il était un poids mort pour les siens. Sharad lui donna une dague pour qu’il puisse se tuer lui-même, fit ses adieux à son compagnon, et rejoignit le convoi. Mundi n’en revint pas qu’on laisse un blessé en arrière, mais Sharad rétorqua qu’il s’agissait de son choix. Après cela, le convoi se mit en route jusqu’au campement, où tous passèrent la nuit.

Je suis un chef de guerre… pas un roi.
– Sharad Hett à Ki-Adi-Mundi.

Sharad Hett et les siens voyagent dans le désert de Tatooine avec Ki-Adi-Mundi.
(image extraite de “Star Wars 11 : Outlander part 5“)

IV – Débat philosophique :

Le lendemain matin, plusieurs guerriers Tuskens décidèrent de mettre Ki-Adi-Mundi à l’épreuve. Ils l’encerclèrent alors qu’il était endormi, et le Jedi ne tarda guère à se réveiller. Mundi se demanda ce qu’il passa et, tout en prononçant ces mots, ôta son masque. Il se demanda s’il avait déranger les hommes des sables en ronflant puis tenta de prendre sa gourde. Un guerrier frappa sa main de son gaderffii afin de la lui retirer. Alors, Ki-Adi-Mundi se leva et projeta violemment le guerrier dans un tas de purin de bantha. Dégainant son sabre laser, il affronta les autres guerriers Tuskens sous l’œil avisé de Sharad Hett et de son fils. Toutefois, le Jedi prit soin de ne blesser personne avec sa lame et se contenta de repousser ses adversaires avec la télékinésie. Il menaça de les frapper de sa puissante magie, mais les guerriers revinrent à l’assaut, loin d’être perturbés. Sharad l’informa que de telles menaces étaient inutiles face aux hommes des sables, qui avaient vu des choses bien plus dangereuses et terrifiantes que la magie Jedi dans ces montagnes. Lorsqu’il avait pris la parole, les guerriers avaient cessé de combattre Ki-Adi-Mundi. Sharad invita son fils à faire d’une démonstration plus convaincante. Aussitôt, A’Sharad propulsa les guerriers avec la Force, de manière plus violente que Mundi. Sharad l’informa que les Tuskens se délectaient de mettre leurs ennemis à l’épreuve. Le Jedi rétorqua qu’il n’était pas un ennemi, mais Sharad lui assura que tout sur Tatooine était à voir comme un ennemi, y compris l’air et la lumière du soleil. Si Mundi souhaitait tenter de convaincre les siens qu’il n’était pas hostile, cela ne le dérangeait pas. Mais il pria une fois de plus le Jedi de remettre son masque en présence des hommes des sables. Ki-Adi-Mundi s’exécuta, non sans mentionner les grands pouvoirs de A’Sharad. Sharad Hett affirma que son fils était un Padawan de grande valeur. Selon lui, A’Sharad serait plus puissant que son père, il y veillait depuis sa naissance. Peu de Jedi avaient eu l’opportunité de former leur fils. Ki-Adi-Mundi vint à remettre en cause la qualité de son enseignement, principalement parce que d’après ses observations, A’Sharad employait la Force avec violence et sans bonne raison. Sharad rétorqua simplement que son fils avait amélioré ses chances de survie contre ses guerriers… Ki-Adi-Mundi admit se fait et remercia A’Sharad pour son aide. Ensuite, il souhaita aider un des hommes des sables envoyés dans la bouse de bantha à se relever, mais A’Sharad éloigna la main du Jedi avec son gaderffii. Sharad tint à clarifier les choses avec le Jedi : dans les étendues sauvages du Jundland, on ne proposait son aide qu’aux malades et aux blessés. Le guerrier n’étant ni malade ni blessé, il n’avait pas besoin d’aide. Ceux qui la demandait trop souvent mourraient rapidement dans le désert. Sharad emmena donc Mundi prendre le petit déjeuner au coin du feu. Là, Mundi dégusta du pain hubba. Ce n’était pas aussi frai que Sharad aurait aimé le servir à un invité, mais c’était nourrissant. Le pain hubba était l’aliment de base et sans ça, la mort était assurée. Quand il avait tenté d’aider le Tusken après l’affrontement, A’Sharad avait appelé Ki-Adi-Mundi “Outman”. Sharad Hett lui révéla que ce terme signifiait “étranger” en Huttese, et désignait tous ceux qui n’étaient pas originaires du Jundland. Quand Mundi l’informa que ce terme avait été donné au monstre qui dirigeait les Tuskens, Sharad se demanda si les gens le voyaient réellement comme un monstre.

Le Jedi lui répéta que des villes avaient brûlé et que des gens étaient morts à cause des Tuskens, dirigés par un Jedi. Mundi lui demanda s’il était devenu un monstre ou s’il avait seulement perdu la tête, mais Sharad le prévint qu’il allait trop loin dans ses propos. Le Jedi souhaita savoir connaitre la vérité sur ce qui avait bien pu le pousser à se retrouver dans ce désert. Selon Sharad, la plupart des Jedi commençaient leur entraînement très jeune, et rares étaient ceux qui étaient acceptés à un certain âge. Ce fut le cas de Eeth Koth ou de Ki-Adi-Mundi lui-même. Ce dernier l’informa qu’un autre jeune garçon originaire de Tatooine, plus âgé que la moyenne, avait intégré l’Ordre récemment, faisant référence à Anakin Skywalker. Alors, Sharad prit la décision de lui révéler une grosse partie de son passé en détail : ses origines, sa formation de Jedi, sa gloire, ses doutes, son exil, et sa guerre sur Tatooine. Ki-Adi-Mundi déplora que Sharad Hett se soit lancé dans un conflit ouvert, car cela entrait en contradiction avec la voie des Jedi. Sharad rétorqua que la lumière d’un sabre laser était souvent le meilleur moyen de ranimer la flamme de la paix, mais Mundi ne voyait pas les choses ainsi. Pour lui, Sharad Hett avait trahit la promesse des Jedi d’utiliser la Force uniquement pour défendre et protéger. Il se demandait donc comment il pouvait se considérer Jedi en devenant un chef de guerre. Pour répondre à sa question, Sharad l’invita à le suivre jusqu’à un vaste cimetière Tusken. Là, il lui révéla qu’une centaine de tombes avait été ajoutée à cet endroit un cycle auparavant, quand les Tuskens étaient morts des attaques de colons ou empoisonnés. Il ajouta qu’en devenant le chef des tribus, il avait pu contenir la colère des Tuskens et empêcher le conflit de dégénérer, ne s’attaquant jamais aux innocents. Il y avait eu des morts à Mochot Steep, et il en était désolé. Sharad savait pertinemment que Jabba était derrière tout cela. Il avait attisé le conflit entre les colons et les Tuskens pour créer une forte demande sur des armes dépassées. Jabba s’était attiré les faveurs de nombreux seigneurs du crime et était en passe de prendre le contrôle de Tatooine. Ki-Adi-Mundi lui annonça que Jabba avait des rivaux Hutt sur Tatooine, et qu’il devait également avoir beaucoup d’ennemis. Mais Sharad Hett savait qu’eux aussi avaient beaucoup d’ennemis. Toutefois, Mundi ne décela finalement rien de mauvais dans le coeur de Shard et celui de son fils. Alors, il les implora de revenir avec lui sur Coruscant. Pour argumenter sa demande, il lui révéla que les Sith étaient revenus. Sharad n’en revint pas et demanda si cela était bel et bien sûr. Ki-Adi-Mundi, ainsi que tous les autres Jedi, en avaient la preuve formelle, écrite dans le sang de Qui-Gon Jinn, assassiné sur Naboo. Le Sith, en revanche, avait été vaincu peu après par l’élève de Jinn, le jeune Obi-Wan Kenobi. Sharad fut affecté par la mort de son ami, qu’il qualifia de “vieux voyou”, et comprit pourquoi le conseil avait envoyé Mundi au lieu de Jinn. Bien que le Sith qui l’avait tué avait été abattu, il y en avait toujours un second, puisque les Sith allaient toujours par deux. Mundi réitéra donc sa demande, car avec le retour des Sith, les talents de Sharad Hett s’avéreraient particulièrement indispensables. Mais Sharad savait que son peuple avait besoin de lui au moins autant que la République. Allumant vigoureusement son sabre laser, il annonça que sa famille et sa planète natale n’étaient plus. Ainsi, Tatooine était le seul monde qu’il lui restait. Il était certes un Jedi, mais il était également un guerrier Tusken, auquel cas il ne partirait pas. Soudain, A’Sharad lui demanda de regarder l’horizon, paniqué. Et ce qu’ils virent ne les réconforta pas le moins du monde : une nuée de esquifs appartenant à Gardulla la Hutt se dirigeaient vers la vallée où se trouvaient leurs nombreux guerriers. Gardulla, qui ne souhaitait pas que Jabba profite de son trafique d’armes et devienne le Hutt le plus important de Tatooine, avait décidé qu’elle devait faire cesser le conflit orchestré par son rival… en annihilant les Tuskens.

V – Massacre dans le désert :

Sharad se devait d’intervenir au plus vite. Avec son fils et Ki-Adi-Mundi, ils tentèrent de rejoindre au plus vite les Tuskens afin de les empêcher de combattre les forces de Gardulla, qu’ils savaient technologiquement supérieurs. Malheureusement, ils arrivèrent trop tard, et ne purent empêcher les hommes des sables de foncer tête baissée contre les mercenaires de la Hutt. Comme prévu, leurs ennemis montrèrent la supériorité de leur technologie en balançant d’entrée de jeu des charges explosives, qui firent de gros dégâts dans les rangs Tuskens. Ses guerriers n’ayant jamais affronté de telles armes, il était certain de se diriger vers un carnage. Alors, il monta sur un bantha et partit à vive allure rejoindre ses guerriers, laissant en retrait A’Sharad et Ki-Adi-Mundi. Lorsqu’il eut rejoint ses guerriers, il leur ordonna de le suivre. Usant de la Force, il fit se heurter plusieurs transports monoplaces de Gardulla entre eux, qui explosèrent à l’impact. Fort de cette démonstration de puissance, il invita ses guerriers à charger l’ennemi, cette fois en suivant ses ordres. Les Tuskens, unis derrière leur chef et plus motivés que jamais, le suivirent sans hésiter. Utilisant la formation du Howlrunner, il envoya un groupe sur le flanc de l’ennemi, tandis qu’un autre restait en position pour faire feu. Les deux armées entrèrent en contact peu après, et Sharad lutta avec courage et dévotion pour vaincre Gardulla et ses forces. Sur le dos de son bantha, le chef Tusken terrassa de nombreux mercenaires de son bâton gaderffii, et l’issue de la bataille sembla se renverser, à tel point que Gardulla décida de se replier à Mos Espa. Cependant, Sharad Hett était bien décidé à ne pas la laisser partir. Il sauta jusque sur l’esquif de Gardulla et, usant à la fois de son gaderffii et de son sabre laser, Sharad taillada les hommes de la Hutt. Soudain, un autre protagoniste vint renverser une nouvelle fois le cours de la bataille. En effet, Jabba le Hutt vint apporter son aide à Gardulla, amenant avec lui d’innombrables mercenaires. La situation commença à dégénérer, et alors que Sharad Hett tentait d’apporter du courage à ses frères, il fut touché à l’épaule par un tireur embusqué, et chuta de l’esquif de Gardulla. Alors que la bataille touchait à sa fin et que les Hutt se retiraient, le tireur embusqué se révéla à Sharad Hett : Aurra Sing, la tueuse de Jedi. Elle s’arrêta devant le corps inerte de Sharad, et dégaina un sabre laser à lame rouge, sûrement pris à un autre Jedi mort. Elle savait qu’il pouvait l’entendre et lui demanda donc de se relever pour l’affronter et mourir. Sharad s’empressa donc de se remettre debout et un duel au sabre laser s’engagea. Il tenta de connaitre son identité, mais Aurra Sing lui répondit qu’elle n’était qu’une voix dans le noir. Malgré tous ses talents, Sharad ne parvint pas à briser la défense de la femme qu’il affrontait, et fut forcé de reconnaitre qu’elle avait eu un bon maître. Aurra Sing lui avoua que ce n’était pas son seul talent. A ces mots, elle usa de la Force pour faire pleuvoir une plus de roche sur Sharad Hett. Frappé par une pierre à la tête, il baissa garde un court instant, ce qui suffit à la tueuse du Jedi pour plonger son sabre laser dans le buste du Tusken. Vaincu, Sharad s’effondra. Aurra Sing était heureuse de bientôt posséder un nouveau sabre laser à ajouter à sa collection, et annonça à Sharad qu’il allait bientôt rejoindre la Force. C’est alors que Ki-Adi-Mundi et A’Sharad arrivèrent enfin sur les lieux pour l’aider. Mundi et Sing se connaissaient déjà, puisqu’An’ya Kuro, la “Femme Sombre”, était l’amie de l’un et le maître de l’autre. Mundi tenta de ramener Aurra Sing à la raison, mais la femme n’en fit rien et leva son arme pour abattre Sharad. A’Sharad se jeta sur elle et la désarma, avant de la plaquer avec force contre un rocher, prêt à la frapper de son propre sabre. Mundi le supplia de ne pas céder à la colère, et cet instant d’hésitation suffit à la tueuse de Jedi pour repousser A’Sharad et s’enfuir. Aussitôt, A’Sharad et Ki-Adi-Mundi rejoignirent Sharad, mortellement blessé. Toujours conscient, Sharad Hett savait que son heure était venue. Mundi lui apprit que rares étaient les Tusken à avoir survécu, ce qui confortait Sharad dans son idée que les siens étaient brisés, tout comme lui. Il demanda à son fils ce qu’il comptait faire à présent que les siens étaient morts. A’Sharad lui affirma que le seul clan qu’il rejoindrait serait celui des Jedi, car il partirait avec Ki-Adi-Mundi à Coruscant. Alors, il demanda à Mundi de former A’Sharad à sa place, ce que le Céréen accepta avec honneur. Il porta de nouveau son attention vers son fils, et lui transmit son sabre laser. A’Sharad lui promit de l’utiliser sans colère et soif de vengeance. Après avoir fait ses adieux, Sharad Hett rejoignit la Force.

Je n’ai pas connu mes parents, A’Sharad. Mais je suis honoré d’avoir connu mon fils. Je vais vous quitter. Que la Force soit avec vous.
– Les derniers mots de Sharad Hett.

Héritage :

A son retour de Coruscant, Ki-Adi-Mundi annonça le décès de Sharad Hett à ses confrères, et fit même enregistrer son expérience sur Tatooine. La mémoire de Sharad Hett survécu grâce aux autres Jedi, qui avaient pour beaucoup été témoin sa légende. Même Anakin Skywalker, Jedi d’une autre génération, avait entendu parlé de Sharad Hett et de ses exploits. A’Sharad Hett, lui, continua d’honorer la mémoire de son père en portant l’uniforme Tusken pendant des années, jusqu’au milieu de la Guerre des Clones. Il mania donc son propre sabre laser et celui de son père. Cependant, nous ne sommes pas certain qu’il ait gardé le sabre laser de son père à partir de la Guerre des Clones. Sa vie sur Tatooine le suivit toute sa vie, car après la Purge Jedi orchestrée par le nouvellement élu Empereur Palpatine, A’Sharad revint sur Tatooine pour diriger une tribu de Tusken. Alors qu’il menaçait la ferme des Lars sans savoir que Luke Skywalker y été abrité, Obi-Wan Kenobi lui trancha un bras au cours d’un féroce duel, et le chasse de Tatooine à tout jamais. Cette expérience le mena lentement dans les méandres du Côté Obscur, et il finit par suivre la voie des Sith. Ainsi, il prit le nom de Darth Krayt, en référence aux terribles dragons de Tatooine. En 40 ABY, l’Historienne Jedi Tionne Solusar retrouva les enregistrements de Ki-Adi-Mundi, notamment au sujet de ses aventures sur Tatooine. Grâce au Grand Holocron, Tionne s’informa en détail de la légende de Sharad Hett, et de la place inestimable qu’il occupait pour ses semblables à son époque.

En savoir plus – Incohérences :

  • Dans “L’Ordre Jedi tome 3 : Outlander“, Sharad Hett est montré avec un sabre laser à lame rouge. De même, tous les comics où son fils A’Sharad Hett est montré, de source sûre, avec le sabre laser de son père, ce dernier brille d’une lame écarlate. Cependant, une mention dans le roman “Kenobi” suggère que la lame de son sabre était verte. N’ayant aucune information quant à une possible erreur ou un retcon éventuel, nous avons choisi de ne pas en tenir compte.

Sharad Hett affronte Aurra Sing sur Tatooine.
(image extraite de “L’Ordre Jedi tome 3 : Outlander“)

Liste des œuvres :

Romans :
– “Kenobi” (mentionné par A’Yark et Obi-Wan Kenobi)
– “La Biographie d’Obi-Wan Kenobi” (mentionné par Obi-Wan Kenobi et A’Sharad Hett)

BD/Comics :
– “Ordre Jedi tome 3 : Outlander”
– “Ordre Jedi tome 4 : Émissaires à Malastare” (mentionné par Sharad Hett et An’ya Kuro)
– “Côté Obscur tome 8 : Aurra Sing” (mentionné par Sharad Hett, Ki-Adi Mundi, Adi Gallia et indirectement par Aurra Sing)
– “Clone Wars tome 3 : Dernier Combat sur Jabiim” (mentionné par Anakin Skywalker et A’Sharad Hett)
“Clone Wars tome 9 : Le Siège de Saleucami” (mentionné par A’Sharad Hett et Ausar Auset)
– “Legacy tome 3: Les Griffes du Dragon ” (mentionné par A’Sharad Hett/Darth Krayt, Obi-Wan Kenobi et Vergere)
– “Legacy tome 10 : Guerre Totale” (mentionné par Darth Krayt)

Figurines :
– “The Legacy Collection” (pack “Ki-Adi-Mundi & Sharad Hett”)

Guides et encyclopédies utilisés en supplément :

– “Dark Horse Unmasks” (Galaxy Collector 6)
– Jedi vs Sith : The Essential Guide to the Force (parties “Arrival at the Jedi Temple” et “Illustrious lightsabers”)
– “Mon Mothma’s 5 Facts” (Insider 135)
– The Complete Star Wars Encyclopedia (entrées “Hett, A’Sharad” ; “Hett, Sharad” ; “Koth, Eeth” ; “notable lightsabers” ; “Sing, Aurra” et “Rkk’Tl’kT”)
– “The New Essential Chronology” (parties “Failing Republic, Thriving Sith” et “Duties of the Jedi Council”)
– The New Essential Guide to Characters (entrées “Ki-Adi-Mundi”, Eeth Koth”, “Aurra Sing” + appendix “A’Sharad Hett”)
– The Official Starships & Vehicles Collection (partie “Tuskens Raiders – Mysterious and violent desert nomads”)
– The Official Star Wars Fact File 131 (HET1-4, A’Sharad Hett)
– The Official Star Wars Fact File 140 (KOT3-4, Eeth Koth et MUN5, Ki-Adi-Mundi)
– The Ultimate Visual Guide  (partie “The Decaying Republic”)
– The Ultimate Visual Guide : Updated and Expanded (partie “The Decaying Republic”)

Auteur : Ismir de Rómenna
Date de mise en ligne : 26/09/2021

Cette fiche a été lue 235 fois

Les commentaires sont fermés.