Eroher le Maudit

Eroher le Noir, Roi Maudit du Val :

Genre : Masculin
Race : Galadwyn
Taille : Environ 1,80 mètre
Poids : Inconnu
Naissance : Automne 2122 1A (probablement Judereth) – Thiloth
Mort : 29 Sepreth 2345 1A – Thiloth
Fonction : Roi de Thiloth, Grand Cultiste de la Secte du Charognard

Biographie :

S’il existe une figure d’épouvante que les parents Galadwyn utilisent pour assagir leurs enfants, Eroher en incarne la plus terrible. Si sa chute a maintes fois été retranscrite dans des documents historiques comme dans de nombreuses nouvelles et fables, on sait peu de chose de sa vie antérieure à son pacte avec Xa-Krul. Né dans le Château de Withledil (littéralement “d’or et d’ivoire”) de Thiloth durant l’automne de l’année 2122 1A, Eroher vécut une enfance classique d’enfant de la cour, c’est-à-dire celle d’un enfant bercé par les langues, les arts, la politique et bien d’autres études destinées à en faire un dirigeant intègre et qualifié. Parmis les rares informations que les historiens sont parvenus à retrouver de sa vie passée, les langues qu’Eroher était apte à utiliser couramment, et qui lui servirent lors de plusieurs entrevues diplomatiques. En effet, bien qu’il maîtrisait parfaitement sa langue natale, Eroher assimila le langage commun du Pays des Pierres, le Gatabast, et même certains dialogues de Tsarou grâce à un ami originaire du grand Désert de Tsarou. Eroher apprit même les bases des jargons Orques et Géants des glaces. Pourtant, en dépit de sa nature elfique, Eroher semblait victime d’un sentiment qui obscurcissait son coeur. Plus le temps passait, plus il souhaitait augmenter son pouvoir, dans tous les sens du terme. Eroher remonta les traces de la Secte du Charognard et après plus de six mois de recherche, il parvint à contacter son dirigeant de l’époque, dont le nom nous est inconnu. Au cours de l’année 2327 1A, il contacta plusieurs fois la Secte du Charognard, devenant ainsi un membre de confiance. Talentueux dans le domaine de l’alchimie, Eroher étudia longuement cet art, concoctant maints poisons et potions redoutables. De plus en plus corrompu par son nouvel environnement, sa curiosité se transforma en obsession, et lorsqu’il prêta définitivement allégeance à Xa-Krul en 2329 3A, le peu de bonté qu’il lui restait se dilua dans la noirceur naissante de son être. On ignore comment, mais Eroher se débarrassera du chef de la Secte du Charognard et en prit le contrôle. Au début de l’année suivante, Eroher fit assassiné son père, Erehnir, Roi de Thiloth, en l’empoisonnant. Il fit passer cet incident pour un acte odieux de rivaux de sa cour, et les fit exécuter. Montant légitimement sur le trône durant l’hiver 2330 1A, Eroher passa ses années de règne à détourner des fonds pour la secte, à enlever ses rivaux et mêmes des étrangers ou des citoyens innocents pour les sacrifier au nom de Xa-Krul. D’après les écrits sombres que Eroher a laissé derrière lui, il aurait fait agrandir les galeries présentes dans le réseau souterrain de Valanarwen, parmi lesquelles des sections cachées entièrement dédiées au culte de Xa-Krul. Aujourd’hui encore, nombre de ces galeries supposées n’ont jamais été retrouvées, menant certains à douter de leur existance réelle. Toujours est-il que sous son règne, l’influence de la Secte du Charognard ne fut jamais aussi importante. Adepte des arts obscurs, la peau du Roi de Thiloth devint plus sombre et des veinules noires vinrent parasiter sa gorge et le dessous de ses yeux. Néanmoins, grâce à certaines concoctions et rituels magiques, il réussit à dissimuler sa corruption physique. Bien des fois, il se rendit à Valanarwen lors de fêtes et cérémonies officielles, allant même jusqu’à jouer de la lyre à la Cour du Froid durant un bal. Ses activités ne passèrent pas inaperçues, car la Cour du Froid et la Ligue de l’Hiver tentèrent par tout les moyens de remonter la piste de la secte, parvenant même à faire des prisonniers, qui ne révélèrent jamais l’identité de leur leader. Mais il était une Galadwyn qui serait responsable de la chute d’Eroher : la Reine Felavrel de la dynastie régnante d’Alderad. A la tête d’un groupe de renseignement levé en réponse aux exactions de la Secte du Charognard, elle parvint à remonter la piste de détournements de fonds jusqu’à l’administration de Thiloth. En 2345 1A, elle engagea des agents du Cercle de Veille du Pays des Pierres pour infiltrer le palais d’Eroher. Alors qu’elle éloignait Eroher de Thiloth sous prétexte d’une ballade dans le Val, les agents découvrirent des pièces secrètes dans son palais, où des rituels sacrificiels au nom de Xa-Krul avait eu lieu. Le soir même, ils prévinrent Felavrel de leur découvertes, lui présentant comme preuve des écrits imprégnés de magie noire, et divers objets maudits au visuel terrifiant. Alors, Felavrel eut confirmation de la terrible vérité : Eroher était leur plus grand ennemi. Sans tarder, elle voyagea jusqu’à la capitale pour en informer en privé le Monarque du Froid, qui fut horrifié devant les preuves réunies. Felavrel, qui pourtant s’était liée d’amitié avec Eroher, proposa au Monarque du Froid de le piéger lors d’une réception royale qui devait se tenir trois jours plus tard. Eroher, cependant, découvrit que des individus s’étaient introduits dans son antre secrète. En attendant de découvrir les coupables et de leur faire subir les pires sévices, Eroher fit déplacer tout le contenu de ses salles de rituel en dehors de Thiloth via de petites caravanes dirigées par des Galadwyn de confiance au service de la secte.

Nul ne sait où il les envoya, mais le bruit court qu’il serait parvenu à déplacer le contenu de ses caravanes jusque dans les souterrains de Valanarwen. Convié à une réception royale au sein du Palais des Gemmes, Eroher s’y rendit pour s’y informer des dernières nouvelles, mais aussi afin de se rapprocher d’un grand nombre de ses agents. Pour lui, l’heure était venue : il devait se débarrasser du Monarque du Froid et de sa lignée, une bonne fois pour toute. La soirée se déroula sans incident, les Galadwyn du palais accueillant les invités venus des quatre coins du Val. Soudain, le Monarque du Froid demanda l’attention de l’assemblée. Les gens cessèrent de danser, les musiciens de jouer, et Eroher fixa intensément le souverain suprême du Val. Là, le Monarque du Froid annonça à tous la trahison de Eroher. Sans attendre, Eroher déchaîna sa colère, sous la forme d’un éclair noir, qui vint frapper de plein fouet le Monarque du Froid, qui s’effondra, tué sur le coup. Seul, il appela ses agents dissimulés dans les recoins du palais et commença à massacrer les nobles Galadwyn, alors que tout le monde fuyait en hurlant. Mais bien qu’Eroher avait frappé plus tôt que Felavrel, elle aussi avait l’intention de planter ses crocs dans son ennemi. Les membres du Cercle de Veille qu’elle avait engagé, au même titre que la magicienne Saria de Gergowine, s’empressèrent de combattre les agents de Xa-Krul, mais échouèrent à empêcher la fuite d’Eroher. Felavrel parvint à user de sa magivre pour blesser grièvement Eroher au flanc droit, mais ce dernier disparut de la capitale. Suivant ses traces, les armées de Valanarwen et d’Alderad convergèrent en direction de Thiloth. Grâce à ses talents de manipulation et d’orateur, Eroher parvint à convaincre ses officiers de la trahison de Felavrel, et engagea ses forces pour défendre la ville, ou plutôt pour se laisser le temps de fuir le Val des Neiges Eternelles en direction de terres plus obscures. Malgré les suppliques de Felavrel et l’annonce de l’assassinat du Monarque du Froid, les armées de Thiloth combattirent longuement celles de Valanarwen et Alderad avant de se rendre compte des manipulations dont il avaient été victimes. Bien entendu, Felavrel n’attendit pas la fin des combats dénués de sens avant d’arrêter Eroher. Elle et Saria de Gergowine se rendirent dans le palais d’Eroher, invisibles, traversant les lignes ennemies. Là, elles parvinrent à retrouver Eroher, blessé, qui les menaça de mort. Son visage érodé par le mal, Felavrel ne le reconnut pas. Un combat magique dantesque s’ensuivit, réduisant la moitié du palais en miettes. Mais finalement, alors que les combats cessèrent entre les militaires Galadwyn, Eroher s’effondra. Grièvement blessé, Saria de Gergowine fut prise en charge par les meilleurs soigneurs de la ville. Felavrel tint un long discours, où elle dénonça les exactions du Roi de Thiloth. Son nom fut maudit et son corps exposé aux yeux de tous. Les plus hauts conseillés de Thiloth encore en vie élurent leur nouveau souverain : Rhelgil, le frère cadet d’Eroher. En attendant que la fille du Monarque du Froid assassiné ne soit en âge légal de régner, le conseil des intendants de Valanarwen prit la décision de ne pas envoyer le corps d’Eroher dans la Crypte Royale, où reposent encore aujourd’hui les nombreux souverains du Val. Au contraire, le corps du Roi maudit étant encore imprégné d’une magie sombre, ils décidèrent, sur recommandation de Felavrel, de creuser un tombeau profondément enfoui sous terre, où serait enfermé le corps d’Eroher pour l’éternité, loin de toute vie. Ainsi, loin au nord-ouest du Val, dans un des canyons de glace perdus, un tombeau fut construit entre 2345 et 2350 1A. L’entrée, une simple porte de fer noir, mène à un long couloir. Ce couloir, composé de nombreux escaliers s’enfonçant à plusieurs centaines de mètres dans le sol, se sépare en labyrinthe jonché de pièges mortels en tout genre, placé là pour empêcher les pileurs de tombes et les imbéciles inconscients de parvenir jusqu’à la tombe d’Eroher en vie. Loin sous la surface, une antichambre mène directement à la vaste et haute tombe d’Eroher. A la suite de sa mort, le palais de Withledil fut reconstruit et le conflit qui avait opposé les Galadwyn par la faute d’Eroher fut nommé la Bataille Fratricide. Une chose cependant ne fut jamais découverte : les niveaux inférieurs du palais creusés dans la montagne, où sommeillent les abominations monstrueuses créées par Eroher lors de ses rituels. Cependant, Eroher lui-même n’en a pas fini avec les Galadwyn. Son esprit, submergé de haine et tenu par une volonté de vivre et de régner hors du commun, n’a pas été détruit. Son spectre noir hante son caveau gigantesque, et il ne cesse de comploter pour revenir à la vie. Ses adeptes tués la même nuit furent également enterrés ici, et sont aujourd’hui des corps inanimés. Les trous béants et les faux murs empêchent les morts de trouver la sortie, mais les morts restent tranquilles tant que personne ne perturbe leur sommeil. Il est arrivé que des aventuriers parviennent jusqu’à la tombe d’Eroher, mais personne ne les revit jamais, et l’on raconte qu’ils se sont ajoutés à la liste des serviteurs du Roi maudit.

Cette fiche a été lue 22 fois

Les commentaires sont fermés.