Bataille de Hypori

Bataille de Hypori

Conflit : Guerre des Clones
Date :
21 BBY (4 mois après Geonosis)

Lieu : Hypori

Acteurs Principaux :
– République Galactique
contre
Confédération des Systèmes Indépendants

Conséquences :
– Défaite écrasante de la République
– Mort de 3 Jedi, 3 autres grièvement blessés
– Découverte officielle du Général Grievous

I – Introduction : 

En 22 BBY, la République galactique connut une accélération de la crise séparatiste, qui couvait depuis quelques années déjà, dans les franges les plus extérieures de la galaxie. Ourdie en secret depuis près d’une décennie, la guerre éclata sur Geonosis, après une succession d’événements imprévus, mais qui aboutit sur la découverte d’une armée secrète basée sur Kamino, par le chevalier Jedi Obi-Wan Kenobi. Les Jedi tentèrent de tuer le conflit dans l’œuf en capturant les divers chefs séparatistes sur Geonosis, mais ce fut un échec total et la guerre enflamma la galaxie dans les semaines qui suivirent. Une des priorités de la République au début du conflit, fut de localiser les divers sites de production utilisés pour assembler les droïdes de combat des armées séparatistes, dans le but d’éviter un déséquilibre trop fort des rapports de force entre les deux belligérants. Environs 4 mois après la Bataille de Geonosis, alors que le général Kenobi menait le siège de Muunilinst dans le but de couper l’apport financier du Clan Bancaire Intergalactique à la cause de la Confédération des Systèmes Indépendants (CSI), le général Daakman Barrek parvint à localiser d’importantes fonderies et usines séparatistes sur la planète Hypori. Le Chancelier Suprême donna son aval au maître Jedi et une flotte lourdement armée fut détachée pour porter le combat en territoire ennemi. Lorsque la guerre débuta sur Geonosis, l’armée clone ne pouvait compter que sur 200.000 hommes et lorsque de multiples fronts s’ouvrirent, l’infériorité numérique se fit rapidement sentir, obligeant la République à subir les premières offensives, ne pouvant que jouer la carte de la défense, le temps que les renforts soient prêts à quitter Kamino. Or, deux mois seulement après l’ouverture des hostilités, les Séparatistes lancèrent un assaut massif sur le monde des cloneurs dans le but de priver la République de son armée. Bien que la défense de Kamino fût un franc succès, cela mit néanmoins en lumière certains points faibles dans la stratégie républicaine sur le long terme. Bien décidé à ne pas laisser l’initiative à l’ennemi, l’état-major républicain mobilisa de nombreux agents des renseignements ainsi que des forces spéciales dans le but de localiser les diverses sources d’approvisionnement de la CSI afin de miner son effort de guerre. A la tête d’une unité des services de renseignements, le Maître Jedi Daakman Barrek localisa un des sites de production de la confédération sur Hypori, un monde se trouvant à l’est de Geonosis, dans le sud-est de la Bordure Extérieure.

Profil : La bataille de Hypori (image extraite de “Clone Wars – chapitre 20”).

II – Forces en Présence :

Dans le but de mener à bien l’invasion d’Hypori, probablement lourdement défendue, ainsi que la destruction des installations séparatistes, le général Barrek mena une importante flotte ainsi qu’une vaste armée. Seulement, au vu du résultat indiscutable de la bataille, la République a cherché à minimiser un maximum les informations pouvant servir la propagande ennemie, d’où des chiffres et des données plutôt flous, mais dont nous pouvons néanmoins faire certaines estimations. Dans le camp ennemi, un assaut de la République était envisagé et attendu, d’où un nombre très important de troupes afin de garantir la défense des usines de production de droïdes de combat. Et à la tête de la défense d’Hypori, se trouvait le redoutable mais encore méconnu général Grievous. D’un point de vue purement numérique, Hypori aurait due être une victoire facile pour la République, qui aurait ainsi privé les Séparatistes d’une de leurs sources de production des armées droïdes; mais c’était sans compter sur plusieurs facteurs, un effet de surprise nul, un piège refermé avec succès, ainsi qu’une infanterie livrée à elle-même, car sans soutien d’artillerie ni de blindés.

République GalactiqueConfédération des Systèmes Indépendants
  • Général Daakman Barrek (leader) †
  • Général Ki-Adi-Mundi
  • Général K’Kruhk (blessé)
  • Général Shaak Ti (blessée)
  • Général Aayla Secura (blessée)
  • Sha’agi †
  • Tarr Seirr †
  • Capitaine ARC-77 Fordo
  • Soldats clones
  • Soldats ARC
  • Canonnières TIO-BA
  • Croiseurs Acclamator †
  • Général Grievous (leader)
  • Kob Mondray
  • Superdroïdes de combat B2
  • Droïdes araignée OG-9

III – Déroulement de la Bataille :

Lorsque la flotte de Maître Barrek sortit de l’hyperespace, elle tomba en plein milieu d’un vaste champ de mines orbitales, qui décima sur le coup la majorité de la flotte. Et même si les transporteurs Acclamator tinrent relativement bien le coup, dans le sens où ils ne furent pas détruits sur le champ, les mines orbitales les avaient suffisamment endommagés pour empêcher le déploiement des chasseurs stellaires et surtout, ils étaient trop mal en point pour se maintenir en orbite et entamèrent une chute inéluctable en direction de la surface de Hypori, où les attendaient de pied ferme les défenseurs. Malgré que la flotte entière se soit écrasée à la surface de la planète, de nombreuses troupes avaient survécus et étaient aptes à mener le combat. Seulement, les survivants ne pouvaient plus compter sur le soutien des blindés ou d’un quelconque appui aérien, la plupart des véhicules étant détruits ou endommagés. Et ceux restant étaient purement et simplement impossibles à déployer à cause des dommages subits par les transporteurs de troupes lors des crashs. Et pour ne rien arranger, les survivants se sont vite retrouvés isolés les uns des autres et encerclés par les armées droïdes, ne pouvant qu’essayer de se défendre tant bien que mal à l’intérieur des structures éventrées des Acclamator. Complètement désorganisée, déboussolée, privée de soutien et de hiérarchie, l’armée clone se fit rapidement écraser et le nombre de survivants chuta drastiquement pour ne plus se résumer qu’aux sept Jedi présents sur les lieux, le général Barrek et son Padawan, les Maîtres Ki-Adi-Mundi et K’Kruhk ainsi que les chevaliers Aayla Secura, Shaak Ti et Tarr Seirr.

Intervention des Forces Spéciales : N’étant désormais plus qu’un spectateur du désastre d’Hypori, le général Barrek tenta de passer un appel de détresse à quiconque l’entendrait. Son message fut relayé jusqu’à Muunilinst où le général Kenobi venait juste de remporter la victoire sur les Séparatistes et le Clan Bancaire. Or s’il était trop tard pour inverser le cours de la bataille et espérer remporter la victoire, Kenobi ordonna tout de même une mission de sauvetage qu’il confia aux hommes du Muunilinst 10, une division des forces spéciales qui s’était infiltrée derrière les lignes adverses au début de la Bataille de Muunilinst. Par souci de discrétion, les commandos embarquèrent à bord d’une canonnière TIO/BA et sautèrent immédiatement en direction d’Hypori. Pour les survivants, confiants en la Force et gardant l’espoir d’être secourus à temps, ils entamèrent une longue partie de cache-cache avec les forces droïdes, jusqu’à ce que le général Grievous en personne se décide à les traquer à l’intérieur des ruines de la flotte. Les Jedi n’ayant eu vent que de quelques bribes d’informations et de rumeurs concernant le général cyborg, le fait qu’il prenne son temps pour les dénicher joua grandement sur leur moral, d’autant plus qu’il prenait un malin plaisir à jouer avec leurs nerfs, ces derniers ne sachant pas exactement à qui ou quoi ils avaient affaire. Après avoir ôté la vie à Daakman Barrek alors que ce dernier requérait l’aide du général Kenobi, Grievous passa à l’action, bien décidé à ajouter six sabres laser de plus à sa collection. Lorsque les Jedi se retrouvèrent acculés, le Padawan de feu Maître Barrek ne put supporter la pression et se rua à découvert et fut massacré aussi sec par le général cyborg, qui engagea dès lors le combat avec les cinq Jedi restant. Après un rapide mais très intense combat, le général séparatiste parvint à réduire l’avantage numérique des Jedi en tuant Tarr Seirr et en blessant grièvement K’Kruhk, Ti et Secura, ne laissant plus que le Céréen pour lui faire face. Conscient du désavantage, Ki-Adi-Mundi continua quand même le combat, opposant une résistance des plus farouches en dressant des défenses que son adversaire ne parvint pas à percer. Mais incapable de reprendre l’initiative et sentant la fatigue monter, contrairement à Grievous, le Maître Jedi commença à faiblir et alors que Grievous était sur le point de porter le coup de grâce, les hommes du Muunilinst 10 débarquèrent et forcèrent le cyborg à détourner son attention du Céréen pour leur faire face. Les soldats ARC déversèrent un torrent de plasma et d’explosif, sans succès, Grievous esquivant habilement les tirs des clones. Toutefois, le Muunilinst 10 n’était pas là pour remporter la bataille ou chercher à éliminer à tout prix le général Grievous, non, leur priorité était de secourir les Jedi et une fois les blessés en sécurité à bord de la canonnière, ils se replièrent, malgré les ordres de Ki-Adi-Mundi d’abattre le général ennemi. Ils réussirent à quitter Hypori sans plus de pertes, laissant derrière eux un cimetière géant où reposaient une flotte entière, des dizaines de milliers de clones ainsi que quatre Jedi, dont un qui n’était en réalité pas tombé sous les coups de Grievous.

IV – Conséquences :

Bien qu’initialement, l’avantage était dans le camp républicain, l’effet de surprise ne vint non pas de ce camp, mais bien de celui adverse, qui attendait un assaut sur Hypori de pied ferme, bien trop ferme. L’offensive fut planifié un peu trop hâtivement et sur la base de renseignements peu fiables, alors que les Séparatistes eux, s’étaient préparés à un tel assaut et s’étaient lourdement retranchés. Ainsi, le cours de la bataille coupa rapidement court aux espoirs républicains pour porter un coup sévère à l’effort de guerre ennemi, mais en plus, les pertes séparatistes furent relativement minimes tandis que l’armée clone dépêchée sur place fut intégralement anéantie, en plus de voir près de la moitié des Jedi présents périr. Et alors que le but de cette bataille était de priver les Séparatistes d’un important site de production, c’est la République qui se retrouva privée d’une armée entière en l’espace de quelques heures seulement. Toutefois, malgré cet échec total, le sauvetage in extremis des survivants par le Muunilinst 10 permit de mettre en lumière le rôle et l’existence du général Grievous, qui avait réussi à rester dans l’ombre jusque-là, se servant des rumeurs qui couraient à son sujet pour jouer sur le moral républicain. Et bien que sa réputation implacable demeura intacte, les Jedi savaient désormais à quoi s’attendre et surtout à qui, le redoutable général cyborg ayant désormais une apparence sur son identité; une information payée très (trop) chèrement. Bien des années plus tard, les traces de cette bataille étaient encore visible, des cicatrices dans le paysage planétaire. Les gigantesques Acclamator trônaient encore, des ruines presque intactes à la surface, des vestiges intemporels.

Les Jedi sont encerclés par les milliers de droides de combats B2 de la Confédération.
(image extraite de “Clone Wars – chapitre 20”).

Liste des œuvres :

Série animée :
– “Clone Wars” (chapitres 20 et 21)

Jeux vidéos :
– “Empire at War : Forces of Corruption” (ruines de la bataille)

Auteur : Alpha-17
Date de mise en ligne : 18/01/2020

Cette fiche a été validée par nos correcteurs.

Cette fiche a été lue 350 fois

Les commentaires sont fermés.