Jerec

Jerec

Espèce : Miraluka
Genre : Masculin
Naissance : Avant 49 BBY
Mort : 5 ABY – Ruusan
Langages : Basic, Miralukese, Sith, Bocce, Huttese, Zabrak, Haut Galactique

Taille : 1,86 mètre
Apparence : Peau claire, cheveux bruns
Fonction : Maître Jedi Gardien / archéologue, Haut Inquisiteur, Gouverneur de Sulon
Maîtres : Jocasta Nu (comme Jedi), Cronal (comme Jedi Noir)
Apprentis : Ameesa Darys (comme Jedi), Maw, Boc Aseca, Sariss (comme Jedi Noir)

Affiliation : Ordre Jedi, République Galactique, Empire Galactique, Inquisitorius, Alignement de Pentastar, Sept Jedi Noirs
Armes : Sabre laser (lame rouge), double vibrolame Jengardin
Vaisseaux : Vengeance, Vengeance II, Vengeance (super destroyer)

I – Un Jedi érudit :

Considéré à tort comme un humain aveugle qui avait perdu ses yeux en bataille, l’homme connu sous le nom de Jerec (à prononcer Jēr’-ēk) était en réalité un Miraluka, né sans moyens physiques de vision. Mais les Miralukas pouvaient voir à travers la Force pour sentir leur environnement comme s’ils pouvaient voir normalement. Et fatalement, il n’était pas né aveugle à la Force. Des années avant 49 BBY, Jerec attira l’attention de la hautaine Jedi Jocasta Nu, durant son séjour en tant qu’archéologue pour le Corps d’Exploration Jedi. Finalement, il devint l’apprenti officiel de Jocasta et fut formé au Temple Jedi de Coruscant. Jerec apprit énormément sous la tutelle de son maître, héritant non seulement d’une grande partie de l’attitude souriante et des manières délicates de son maître, mais aussi de son amour du savoir. Jocasta Nu encourageait son apprenti à ne jamais cesser de chercher des réponses, car beaucoup n’étaient trouvées que par les chercheurs les plus entêtés. Jerec était capable de parler, écrire et lire le Basic comme le Miralukese. On ignore quand, mais il apprit de nombreuses autres langues, comme le Haut Galactique, le Bocce, le Zabrak ou le Huttese. En voyant ses pouvoirs de Force grandir avec l’apprentissage qu’il avait accumulé, Jerec comprit lentement que la connaissance était vraiment le pouvoir. Et sachant qu’il y avait toujours plus à apprendre, l’appétit de Jerec pour la connaissance devint vite insatiable. Au cours de sa formation, Jerec se tourna vers la voie des Jedi Gardiens et fabriqua son propre sabre laser. Le Miraluka était un maître dans l’art du Makashi, mais ne manquait pas de talent pour manier une double vibrolame Jengardin ou un simple fusil blaster. Des années plus tard, Jerec souhaita transmettre son savoir et forma son premier Padawan, Ameesa Darys, peu avant la Guerre des Clones. Lorsque son élève devint chevalier à son tour, Jerec obtint le rang de maître Jedi. Egalement archéologue Jedi, il parcouru la galaxie à la recherche de nouveaux artefacts perdus avec d’autres Jedi. Parmi les sites légendaires dont il avait entendu parlé se trouvait la Vallée des Jedi, un endroit fortement immergé dans la Force. Jerec ne cessa jamais de pourchasser ce lieu mythique, bien que ses motivations devinrent purement personnelles, et non pour contribuer aux recherches de son ordre. Il devint un maître Jedi plus que respecté, ancien élève de la bibliothécaire et membre du Haut-Conseil Jocasta Nu, et fut considéré comme un des plus grands érudits Jedi. Malgré cela, Jerec se plaisait de moins en moins parmi les Jedi. En effet, c‘est à cette période que Jerec sentit qu’il avait épuisé tout ce que le Côté Lumineux de la Force avait à lui offrir. Pendant la Guerre des Clones, il voyagea avec un groupe de chercheurs d’artefacts Jedi dans les Régions Inconnues sur demande du Haut-Conseil. Durant ce voyage, Jerec espérait bien trouver d’autres sources de sagesse que celles des Jedi. Lorsque la chute de la République et l’avènement de l’Empire furent proclamés en 19 BBY, Jerec parvint à survivre à l’Ordre 66 puisqu’il se trouvait encore dans les Régions Inconnues à ce moment-là. A son retour sur Coruscant, il fut stupéfait de voir à quel point la galaxie avait changé… La République n’était plu, remplacée par un nouveau régime totalitaire, et les Jedi étaient traqués puis tués comme des animaux sauvages. Alors, Jerec n’eut d’autre choix que de fuir à nouveau en direction des Régions Inconnues, en compagnie d’autres camarades Jedi. Bien qu’il parvint à échapper un temps aux impériaux, il fut plus tard capturé par le Haut Inquisiteur Antinnis Tremayne, lui et ses compagnons.

Profil : Le Haut Inquisiteur Jerec (image extraite de “Star Wars The Card Game – Heroes and Legends“).

II – La voie de l’Inquisitorius :

Ramené de force à Coruscant, son égoïsme et son arrogance innés permirent à Tremayne et aux agents de Palpatine de transformer Jerec facilement. Tremayne lui laissa une chance de survivre au sein de l’Ordre Nouveau. Jerec n’étant pas vraiment déterminé à mourir pour ses convictions, accepta sa proposition. Après son lavage de cerveau, il déclara son allégeance à l’Empire en rejoignant lui-même l’Inquisitorius et en trahissant ses anciens camarades. Jerec fut entraîné par les propres Prophètes du Côté Obscur de Palpatine. L’adhésion de Jerec au nouveau régime fut enregistré dans le rapport 01377B. Le Grand Vizir Sate Pestage enregistra un autre rapport dédié à Jocasta nu, dans lequel il inscrivit son exécution lors de l’Opération Knightfall. Un mois après la mort de son maître, Jerec n’était plus un Jedi. Il offrit immédiatement ses services à l’Empereur, lui expliquant qu’il connaissait une poignée d’autres Jedi qui étaient en mission de longue durée et qui ne savaient rien de la chute de l’Ordre Jedi. Jerec les rechercha, puis les fit basculer du Côté Obscur. Avec leur aide, il rassembla d’autres utilisateurs de la Force, jusqu’à posséder un petit groupe de Jedi Noirs sous ses ordres. Jerec rassembla un certain nombre de Jedi noirs quasi-fidèles au fil des ans, dont certains qu’il forma lui-même, comme Boc’aseca, ou Maw, un ancien Jedi. Cronal l’aida également en créant Pic et Gorc, deux créatures mutantes. Considérant les rituels militaires futiles, il ne passa même pas une journée dans un centre d’entraînement militaire. L’Empereur Palpatine le chargea d’une tâche similaire à celle que le Conseil Jedi lui avait assigné : localiser les artefacts Jedi et Sith, puis les amener au Centre Impérial. Jerec et ses subordonnés accomplirent leur travail avec une entière dévotion. En effet, bien que Jerec gardait toujours une part d’indépendance, il était aussi loyal que certaines Mains de l’Empereur. Pour sa part, Palpatine ne se priva pas de lui confier plusieurs missions très dangereuses. Jerec était fidèle à l’Empereur, mais dans beaucoup de ses tâches, il cherchait avant tout à satisfaire son égo. Par ailleurs, il eut l’occasion d’étudier la Force Obscure, la religion des Prophètes du Côté Obscur de Palpatine. C’est grâce à Cronal, le père de la prophétesse Sariss et connu sous le sombre nom de Blackhole, que Jerec entendit de nouveau parler de la Vallée des Jedi.

Cela lui semblait être un lieu légendaire qui promettait de lui accorder une compréhension illimitée de la Force, un lieu imprégné du pouvoir de milliers d’esprits Sith et Jedi. De nature gourmande et égoïste, Jerec devint un Haut-Inquisiteur redouté et ambitieux qui cherchait constamment à accroître son pouvoir personnel. Caractérisé par ses traits durs, ses tatouages Sith tracés près de sa bouche et l’étroite bande de cuir qui recouvrait ses paupières vides, beaucoup pensaient à tort qu’il était humain et qu’il pouvait encore voir, alors qu’il utilisait simplement la Force pour percevoir son environnement. Grâce au Côté Obscur, il était même capable de voir tout le monde autour de lui. Nombreux étaient ses talents, comme la télékinésie à un niveau élevé, la vitesse de Force, la dissipation d’énergie, l’écrasement de Force, ou encore les éclairs de Force. Jerec était aussi capable de contrer les tirs de blasters grâce à la Force (avec un pouvoir semblable au Tutaminis), et même d’invoquer sa haine à travers la Force, dans des vagues de ténèbres et de rage si intenses qu’elles désorientaient et neutralisaient ses ennemis. A son érudition Jedi vint rapidement s’ajouter de nombreuses connaissances Sith, du fait de ses études importantes sur le sujet, à tel point qu’il pouvait écrire, lire et parler le langage des Sith. Ses talents dans le Côté Obscur, ainsi que son savoir Sith, lui offrirent une place de choix dans la hiérarchie impériale. Néanmoins, malgré sa dévotion et son implication dans le Côté Obscur, Palpatine ne lui accorda jamais le rang de Seigneur Sith, car Darth Vader détenait déjà ce titre. Au lieu de cela, Jerec partageait le palais impérial avec de nombreux autres utilisateurs du Côté Obscur, certains étant d’anciens Jedi, d’autres étant simplement de jeunes sensibles à la Force. Certains servaient Palpatine, d’autres Vader, mais aucun d’entre eux cessa jamais de chercher un avantage sur les autres. Jerec devança certains adeptes du Côté Obscur tels que Hethrir, Sedriss et Kadann, mais ils le considéraient comme un renégat attendant la bonne occasion de poignarder ses maîtres dans le dos. Détestant Darth Vader, il chercha des moyens de discréditer son rival et de le supplanter, mais l’empereur n’en voulait rien. Palpatine faisait si peu confiance à Jerec qu’il chargeait fréquemment le capitaine Thrawn de commander le Vengeance. Jerec savait que l’intimidation seule ne lui donnerait pas ce dont il avait besoin. Il avait besoin de pouvoir, mais il avait aussi besoin de fonds. Jerec devint également milliardaire en attirant de riches soutiens silencieux. L’un d’eux était le Grand Moff Ardus Kaine, qui utilisa son droit d’accorder des exemptions aux audits de l’Inquisitorius.

Jerec, un Jedi Noir dévoué au Côté Obscur et à l’ambition démesurée.
(image extraite de “The New Essential Guide to Characters”)

III – Insurrection sur Sulon :

Jerec resta très occupé pendant la période précédant la bataille d’Endor. Jerec était souvent habillé de noir, et ne portait aucune insigne – à l’exception des symboles apparents sur son sol rouge. Pourtant, tous connaissaient la portée de son autorité, et le pouvoir qu’il possédait. Agissant directement sur ordre de l’Empereur, il assurait le commandement de son destroyer personnel, le Vengeance, avec une poigne de fer. Bien qu’il ne possédait pas le vaisseau le plus grand ou le plus puissant, il savait que cela lui suffisait pour le moment. Il est à noter qu’il préférait cacher ses talents dans la Force en public, notamment à ses supérieurs, bien que certains subordonnés triés sur le volet avaient parfois droit à quelques démonstrations.. Bien vite, il eut vent de la naissance d’un mouvement rebel au sein de certaines communautés de Sulon, qui n’acceptaient pas certains décrets impériaux. Parmis eux, des familles de cultivateurs, apparemment dirigés par un certain Morgan Katarn. L’homme possédait des informations que Jerec souhaitait obtenir, et il l’intriguait beaucoup puisqu’il semblait sensible à la Force – et savait même s’en servir à l’occasion. Le capitaine Thrawn, un officier plus que compétent, fut placé sous les ordres de Jerec une nouvelle fois afin de mater l’insurrection. A bord du Vengeance, Jerec fit envoyé un droide sonde pour épier la ferme de Morgan Katarn. Il observait Sulon depuis le pont principal lorsque Thrawn se présenta à lui. Sans se retourner, Jerec lui demanda d’une voix douce si le droide sonde était revenu. Naturellement, Thrawn lui répondit par l’affirmative. Le Chiss lui assura que la surprise de l’attaque qu’ils s’apprêtaient à lancer serait totale. De plus, le vaisseau de débarquement était prêt. Satisfait, Jerec ordonna l’attaque. Toutefois, alors que Thrawn était sur le point de partir, Jerec ajouta qu’il désirait absolument Morgan Katarn vivant. Le bataillon fantôme décolla à bord d’un transport corellien, afin de se faire passer pour des rebelles et prendre d’assaut la ferme des Katarn. Peu après, alors que Jerec se trouvait dans sa suite personnelle, Thrawn vint lui faire son rapport. Puisque Jerec était aveugle, Jerec étais assis dans une obscurité presque totale. En vérité, le manque de lumière était conçu pour intimider ses interlocuteurs. Thrawn en revanche, ne semblait pas aussi gêné puisque son espèce était pourvue d’une vision nocturne perçante. Jerec savait pertinemment que son subordonnée était porteur de mauvaises nouvelles. Thrawn lui détailla l’opération menée par le lieutenant Brazack, et expliqua à Jerec qu’en dépit du succès total du raid, les commandos n’étaient pas parvenus à localiser Morgan Katarn. Jerec patienta un peu une fois que Thrawn eut terminé, puis lui demanda si, d’une quelconque manière, Katarn avait pu être prévenu de l’arrivée des impériaux. Thrawn assura que rien ne pouvait laisser penser une telle chose, et ajouta que Katarn avait dû quitter sa ferme pour une vie d’errance. Jerec n’était pas de cet avis, il était certain que Katarn avait senti qu’il devait quitter sa ferme au bon moment. Après tout, il était capable de se servir – modérément – de la Force. Sa proie avait peur d’embrasser complètement son don, elle était effrayée de commettre une erreur ou d’abuser de son pouvoir. Jerec sentait la présence de Katarn depuis l’orbite de Sulon… Jerec avait conscience que la Force n’était d’aucun intérêt pour Thrawn, car c’était un homme d’action. Ses plans pour détruire les rebelles et capturer Morgan Katarn ne s’arrêteraient pas là.

Et bien, cher homme d’action, je vais vous offrir, à vous et au lieutenant Brazack, une chance de vous racheter et d’obtenir une autre de ces citations que vous désirez tant.
– Jerec au capitaine Thrawn (traduit de l’anglais).

En effet, les hommes de Jerec étaient parvenus à localiser la base des rebelles, située au sein d’un réseau minier datant de l’Ancienne République. Le major Noda reçu le commandement des troupes terrestres censées attaquer la base rebelle, mais Jerec contrôlait tout ses faits et gestes par comlink, mais aussi grâce à ses pouvoirs. Thrawn participa également au commandement de l’assaut, et Brazack mena ses hommes à bord d’un transporteur censé appuyer par les airs la progression des troupes au sol. Plusieurs TB-TT et TR-TT peints au couleurs rebelles s’infiltrèrent dans un canyon à proximité et lancèrent l’assaut. Les rebelles se battirent mieux que Jerec ne l’aurait pensé. Durant l’assaut, ils parvinrent à détruire un TR-TT et infligèrent de nombreuses pertes aux impériaux. Toutefois, les rebelles furent contraints de se replier et les commandos de Noda pénétrèrent le complexe ennemi, tuant ou capturant les derniers rebelles. Les leaders impériaux furent emmenés pour interrogatoire, tandis que les autres furent abattus. Morgan Katarn, qui était retranché avec le reste des rebelles, fut amené aux pieds de Jerec à bord de la salle d’interrogatoire du Vengeance. Les hommes de Jerec soulevèrent Katarn au dessus du sol afin que ce dernier puisse faire face à l’Inquisiteur. Jerec, qui tenait enfin sa précieuse cible dans le creux de sa main, proposa deux options à Katarn : une longue et douloureuse “conversation”, ou quelque chose de bref et clair. Katarn se contenta de cracher sur les bottes de Jerec, qui fut déçu de son attitude. En effet, il s’était plutôt attendu à ce que Katarn ne lui lance un slogan rebelle, ou même qu’il garde un silence héroïque, mais pas cela… Toutefois, Jerec considérait qu’il valait mieux surestimer un ennemi, que de le sous-estimer. Le Jedi Noir lui demanda alors de qui il recevait ses ordres, et où se cachaient ses supérieurs. Lorsque Katarn lui répondit qu’il recevait ses ordres d’une princesse Gamorréenne qui vivait dans une grange, Jerec fut submergé par une colère noire. Il avait voulu jouer avec lui pendant un moment, mais s’était vite lassé de la résistance obstinée du vieil homme. Jerec brandit sa double vibrolame Jengardin et décapita net Morgan Katarn, avant d’entendre la tête de l’homme rouler par terre. Il raccrocha sa vibrolame à sa ceinture avant de d’avouer à ses hommes que des années auparavant, il avait pris un plaisir étrange à traverser le spatioport de Sulon, dont il se souvenait comme d’un endroit simple et spartiate. Il demanda si cet endroit avait changé depuis, et un sous-officier, terrifié, lui répondit que non. Jerec, qui souhaitait ajouter de la “couleur” à l’endroit, ordonna qu’on place la tête de Katarn sur une pique, à la vue de tous, en guise d’inspiration… Il ordonna aussi que l’Empereur Palpatine soit prévenu que son dévoué serviteur avait réussi à pacifier Sulon. Quelques semaines plus tard, Jerec se rendit sur Carida pour participer à la cérémonie de remise de diplômes d’un contingent de cadets impériaux, censés devenir à part entière des officiers au service de l’Empire. On ignore les desseins exacts de Jerec, mais on peut se douter que la présence de Kyle Katarn, le fils de Morgan, avait motivé sa venue. Après avoir défilé lors d’une parade grandiose, les cadets attendirent en rang que leurs noms soient prononcés par le commandant du dispositif. Jerec, dont la tête était recouverte d’une capuche noire, accompagna le général Mohc à travers les rangs, une fois que le commandant eût fini son discours. Lorsque Mohc se présenta devant Katarn, il lui fut remis la Médaille du Courage, en récompense de son héroïsme et de sa bravoure face à l’ennemi. Jerec s’approcha de Katarn, et parla d’une voix douce mais ô combien puissante. Il se présenta poliment à lui, et fit comprendre que cette récompense était un cadeau donné par ceux qui avaient le pouvoir à ceux qui ne l’avaient pas. Jerec ajouta que Katarn devrait grimper les échelons et s’allier avec ceux qui avaient le pouvoir, et qu’il l’attendrait tout en haut. Le Jedi Noir remit à Katarn sa médaille, puis fit un pas en arrière. Suite à sa rencontre avec le fils Katarn, le reste de la cérémonie se déroula sans incident.

Jerec décapite Morgan Katarn à l’aide de sa vibrolame.
(image extraite de “Dark Forces : Soldier for the Empire“)

IV – Rencontre dangereuse sur Ithor :

L’ambition de Jerec le poussa également à rechercher un monstre contrôleur d’esprits du nom de Spore afin de créer une armée d’esclaves. En effet, cinq-cents ans avant la bataille de Yavin, des botanistes Ithoriens avaient créé cette créature malveillante qui se nourrissait des esprits d’êtres intelligents. Entre-temps, Spore avait été attrapé et enfermé dans un astéroïde par des Jedi. L’Empereur sentit la présence de Spore et envoya aussitôt Jerec pour le capturer, environ dix mois après la bataille de Yavin. Une fois arrivé en orbite d’Ithor avec le Vengeance, l’Inquisiteur se dirigea vers la Station Minière Alpha avec trois chasseurs Starfly. Là, ses commandos prirent les mineurs en otage. C’est à cet instant qu’une jeune adolescente du nom de Tash Arranda regagna elle aussi la station, en combinaison spatiale. Jerec fixa la jeune fille un moment, avant de lui demander où se trouvaient les autres mineurs. Elle lui révéla qu’elle et ses compagnons avaient découvert une entrée scellée dans un astéroïde, et Jerec en déduisit qu’il s’agissait de l’endroit où Spore avait été enfermé. Il grinça des dents, mais fort heureusement, la porte n’avait pas encore été ouverte. Jerec envoya ses commandos récupérer les compagnons de Tash Arranda, alors piégés dans l’astéroïde et menaçant de mourir asphyxiés. Une fois que le groupe fut revenu à bord de la station minière, Jerec put observer l’entièreté du groupe : Zak Arranda, le petit frère de Tash, Mammon Hoole, leur oncle, ainsi qu’une Ithorienne nommée Fandomar et Hodge, un mineur humain. Alors, Jerec se présenta comme un serviteur de l’Empereur, et affirma que l’astéroïde et le tunnel présent à l’intérieur était la propriété de l’Empire. Hodge tenta de protester, arguant que la mine était à lui, mais Jerec lui assura qu’il pourrait arranger une “entrevue” avec l’Empereur pour en discuter. Cette menace à peine voilée fit taire le mineur aussitôt. Mammon Hoole fit remarquer à Jerec que ce que les Ithoriens y avaient enfermé devait probablement le rester, mais Jerec se moquait bien de ce que les Ithoriens pensaient. Et lui savait parfaitement ce qui était enfermé. A son tour, l’Ithorienne Fandomar protesta, insinuant que l’expédition du tunnel pourrait être dangereux. Jerec se tourna vers elle et la menaça de révéler à son peuple le lourd secret de son mari, Momaw Nadon. Ensuite, il ordonna au groupe de le mener jusqu’au tunnel. Mais Hodge hésita, car il pensait que le moment était mal choisi. Jerec, qui commençait à perdre patience, claqua des doigts, et aussitôt, un commando menaça le mineur de son arme. Réitérant son ordre, Hodge lui expliqua qu’ils ne pouvaient partir, puisque les Exogorth présents dans le champ d’astéroïdes chassaient à cette heure-ci. Alors, Jerec projeta son pouvoir vers Hodge, et tenta de savoir si ce dernier lui mentait. N’ayant senti aucune trace de perfidie dans l’esprit du mineur, Jerec se résigna à patienter un peu. Il ordonna à ses commandos de monter la garde près des vaisseaux et de débrancher l’antenne de communication. Ensuite, Mammon Hoole expliqua à Jerec que lui et les deux enfants Arranda étaient en route pour Bespin, et qu’ils avaient simplement fait une escale sur Ithor pour se procurer du minerai. Jerec avait à peine prêté attention aux trois fugitifs, parce qu’il était davantage concentré sur des choses bien plus importantes, comme l’envoi d’un message au Vengeance, resté en dehors du champ d’astéroïdes. Plus tard, Jerec envoya ses deux commandos chercher les fugitifs et les mineurs, afin qu’ils ne le rejoignent au hangar et n’enfilent une combinaison spatiale. Déjà équipé, Jerec attendait en tapant du pied. Le second commando n’était parvenu qu’à trouver un seul des trois mineurs. Hodge arriva au hangar peu après, affirmant que le troisième était parti en avance pour vérifier que tout irait bien.

Jerec se méfiait fortement de Hodge. Il ordonna à un de ses commandos de surveiller les vaisseaux, et prit la tête de l’expédition, le deuxième commando fermant la marche pour entourer le groupe. Ils volèrent dans le vide de l’espace pendant un moment, avant d’arriver au niveau de l’astéroïde que Jerec recherchait. Ils remarquèrent que l’autre mineur, lui aussi en combinaison, les attendait à l’entrée du tunnel, immobile. Lorsque le groupe fut près de lui, tous remarquèrent que l’homme était mort. Tash Arranda se demanda comment un homme mort pouvait encore tenir debout dans le vide de l’espace. Jerec lui répondit que ses bottes antigravité fonctionnaient encore. Jerec s’approcha davantage du mineur mort, et s’adressant à Hodge, rit de la situation. Il semblait que les Exogorth n’avaient pas posé de problème, elles… Jerec remarqua que le tuyau qui reliait la combinaison à la réserve d’oxygène était coupé en deux. Alors, l’Inquisiteur en conclut que le mineur était mort d’asphyxie. Fandomar mentionna un accident malheureux, mais Jerec n’était pas dupe : le tuyau avait été sectionné par une vibro-lame, c’était un meurtre, et non un accident. Mammon Hoole lui assura que personne d’autre qu’eux ne se trouvait sur l’astéroïde. Jerec hésita, et regretta de ne pas avoir emmené plus de commandos. Lorsqu’il avait attendu à la Station Minière Alpha, ils avaient tous été hors de sa vue. A moins que quelqu’un d’autre n’ait débarqué sur l’astéroïde, l’un des membres du groupe était le coupable. Jerec progressa dans le tunnel suffisamment vite pour que les autres ne le perdent de vue. Il se retrouva devant une porte ouverte, et pénétra dans une salle totalement vide. Lorsque Mammon Hoole le rejoignit, Jerec ne cacha pas sa frustration. Il saisit le col de Hoole et souleva ce dernier d’une seule main. Malgré les bottes antigravité de Hoole, Jerec était suffisamment fort pour le faire décoller du sol. Jerec souhaita savoir où se trouvait le contenu de cette salle, mais Hoole ne sembla pas comprendre ce qu’il recherchait. Alors, il le redéposa sur le sol. Lorsqu’il lui demanda ce qui pouvait bien se trouver là, Jerec ne souhaita rien révéler au sujet de Spore et lui lança que ça ne le regardait pas. Mammon Hoole remarqua que le sens dans lequel la porte s’ouvrait était plus qu’étrange. En effet, la porte s’ouvrait vers l’extérieur, comme pour empêcher quelqu’un de sortir, comme si un prisonnier avait été enfermé là. Jerec s’approcha de Tash Arranda, qui discutait avec Hoole, et leur fit comprendre que leur numéro de détective l’ennuyait. Il ne tarderait pas perdre patience, et à ce moment-là, ils le regretteraient. Sur le chemin du retour, Hodge et l’autre mineur souhaitèrent emporter le corps de leur camarade, mais Jerec refusa. Au moment où tous furent de nouveau dans le hangar, Hodge abaissa un levier pour pressuriser de nouveau la baie. Alors, une explosion fit trembler la station et créa une brèche dans le hangar. Tous reverrouillèrent leurs combinaison, et résistèrent au courant d’air grâce à leurs bottes antigravité. A l’exception de Zak Arranda, qui commença à voler à travers le hangar. Tash Arranda implora l’aide de Jerec, mais celui-ci n’en avait que faire. Il avait cependant remarqué la soudaine disparition de l’Ithorienne Fandomar. Certain qu’il s’agissait de son oeuvre, il somma à ses commandos de la trouver et l’amener à lui, afin qu’il la tue de ses propres mains. La majorité de l’air s’étant échappé du hangar, le groupe s’enfonça dans le complexe pour se mettre à l’abris. Jerec laissa Mammon Hoole et Tash Arranda sauver Zak, car peu lui importait.

Pour l’heure, il avait des choses bien plus pressantes en tête. N’étant pas parvenu à retrouver l’Ithorienne, Jerec et ses deux commandos regagnèrent leur Starfly dans les plus brefs délais : la station avait été fragilisée par l’explosion, et menaçait de s’effondrer. Plus tard, Jerec réquisitionna une navette impériale et se dirigea seul à la surface d’Ithor. Spore, qui avait pris le contrôle de Hodge, s’était écrasé à la surface avec un transport, dans lequel se trouvaient également Fandomar, Mammon Hoole et les deux enfants Arranda. Lorsqu’il atterrit, Spore avait déjà pris le contrôle de Hoole, Zak Arranda, mais aussi de plusieurs médecins Ithoriens intervenus peu après le crash. Leurs voies parlant à l’unisson, comme un seul et même esprit, Spore salua le courage de Jerec d’être venu seul à sa rencontre. Jerec lui rétorqua qu’il n’allait pas lui apporter d’autres personnes dont il pourrait se nourrir… Au travers des corps qu’il contrôlait, Spore éclata de rire et lança ses tentacules noires contre Jerec, dans le but de prendre son contrôle. L’Inquisiteur leva simplement une main et fit appel au Côté Obscur de la Force pour créer une puissante barrière au bout de ses doigts. Lorsque les tentacules rencontrèrent l’énergie produite par Jerec, elles se desséchèrent et moururent aussitôt. Satisfait de sa démonstration de force, Jerec lança à Spore que son pouvoir était bien dérisoire en comparaison du Côté Obscur. Toutefois, il pourrait lui servir. Spore demanda ce que pouvait bien vouloir un homme aussi puissant que Jerec. L’Inquisiteur n’avait pas l’intention de rester un serviteur de l’Empereur indéfiniment. Il avait des plans, et pour les mener à bien, il avait besoin d’une armée. Grâce à la capacité de Spore, qui consistait à s’emparer de l’esprit des gens, des légions d’impériaux lui obéiraient à travers lui. Et il deviendrait le nouvel Empereur. Lorsque Spore lui demanda pour quelle raison il l’aiderait, Jerec lui proposa de lui fournir une navette, et enfin, il serait libre, après tant d’années enfermé. Spore assura au Jedi Noir qu’il aurait bientôt un vaisseau par ses propres moyens, mais Jerec attira son attention en lui promettant un destroyer impérial. En effet, le Vengeance, toujours en orbite, n’attendait que d’être capturé par Spore. La créature accepta finalement, et monta immédiatement dans la navette de Jerec, emportant avec lui quelques unes de ses victimes, dont Zak Arranda et Mammon Hoole. Jerec pilota la navette jusqu’au Vengeance, non sans utiliser la Force pour se protéger de Spore en cas de danger. Jerec aurait dû le savoir, mais sa soif de pouvoir l’avait aveuglé sur le danger que représentait la créature. Spore prit rapidement le contrôle du Vengeance, et se retrouva face à Tash Arranda et Fandomar. Tout deux s’étaient introduits dans la navette de Jerec avant son départ, et une fois sur le Vengeance, avaient capturé Hoole et Zak Arranda en leur envoyant des tirs paralysants. Le groupe de fugitifs parvinrent à s’échapper du Vengeance avec un transport, mais Spore n’était pas décidé à les laisser s’échapper. Ayant pris le contrôle de l’équipage entier du Vengeance, il envoya le destroyer dans le champ d’astéroïdes afin de les poursuivre. Sur le pont du vaisseau, à côté de Hodge – le corps “principal” de Spore – se tenait Jerec. L’Inquisiteur trouvait plus que stupide de poursuivre Hoole et les autres à travers le champ d’astéroïdes, mais ne put rien faire de plus pour arrêter Spore. Si le destroyer était assez puissant pour résister aux collisions des astéroïdes, il ne le fut pas assez pour résister bien longtemps les assauts effrénés de deux exogorths affamés. Les boucliers lâchèrent, et sans eux, le Vengeance fut rapidement détruit dans une gigantesque explosion.

Jerec était cependant parvenu à s’échapper à bord d’un Starfly avant que l’explosion n’ait eu lieu. Peu après, les autres impériaux survivants, sur ordre de Jerec, scannèrent le champ d’astéroïdes à la recherche de Spore, mais les fouilles furent infructueuses. Cette aventure ne nuit nullement à sa soif de pouvoir. Jerec récupéra le cœur de l’ordinateur du navire de l’épave et le transféra à un nouveau Star destroyer qu’il nomma le Vengeance II, bien qu’avec son prédécesseur détruit, l’amendement numérique était rarement appliqué. Mais finalement, Jerec ordonna au capitaine du navire de rejoindre l’Escadron de la Mort de l’amiral Ozzel peu avant la bataille de Hoth, car le Jedi Noir avait déjà un Super Star Destroyer en construction – qu’il nomma le Vengeance en référence à son premier destroyer – pour accueillir son ego qui ne cessait de gonfler. Jerec eut accès au Compendium du Côté Obscur de l’Empereur Palpatine et  crut qu’il pouvait établir l’élite du Côté Obscur par lui-même. Palpatine sentit l’ambition de Jerec et lui coupa l’accès au livre, mais ce dernier n’oublia jamais le pouvoir de l’élite du Côté Obscur. Devenu gouverneur de Sulon, Jerec supervisa lui-même la construction d’une grande tour, connue sous le nom de la Chambre du Gouvernement. L’imposant édifice trônait au sommet d’une colline appelée la Bute du Baron, autour de laquelle la capitale, Baron’s Hed, avait été bâtie auparavant. Il dirigea Sulon comme Gouverneur durant un bref mandat, avant d’être remplacé par plusieurs successeurs. Après la destruction de la Seconde Etoile de la Mort en 4 ABY, Jerec et plusieurs autres inquisiteurs rejoignirent l’Alignement de Pentastar (la faction impériale d’Ardus Kaine), sous le titre de “Great InQuestors of Judgment” (littéralement les Grands EnQuêteurs du Jugement). Jerec obtint même le titre honorifique de Zenithal InQuestor of Judgment. Son nouveau rôle fut de se “renseigner”, principalement via des interrogatoires, sur l’adhésion de la population aux décrets de l’Alignement. C’est à cette période-ci que Sariss rejoignit sa cause. Sariss et lui se connaissaient depuis longtemps, puisqu’elle l’avait déjà rencontré sur Dromund Kaas, mais aussi plusieurs fois à bord du Super Star Destroyer Vengeance lors d’entretiens avec des Prophètes du Côté Obscur. Sariss semblait fortement attirée par l’énigmatique Inquisiteur et ses visions de diriger la galaxie. Grâce à des sessions de sabre laser violentes et masochistes, Jerec transforma Sariss de l’un des animaux de compagnie magiques de Palpatine en son commandant en second quasi-fidèle. Lorsque la population de Tatooine se rebella contre ses oppresseurs impériaux après la bataille d’Endor, Sariss vit l’occasion parfaite de disparaître et de rejoindre Jerec. La jeune femme devint la plus puissante de ses servants obscurs, puis recruta elle-même son propre disciple, un Epicanthix du nom de Yun, qu’elle présenta ensuite à Jerec. Puisque l’Empereur était mort, Jerec décida de focaliser ses recherches sur la Vallée des Jedi, afin d’accroître son propre pouvoir. Alors que d’autres comme Ysanne Isard ou Sate Pestage se battaient pour le trône, il avait ses propres plans. Jerec pensait qu’en prenant le contrôle des esprits de la Vallée, il pourrait renverser Isard et créer un empire qui ferait honte à Palpatine.

Mon nom est Jerec. Je suis un serviteur de l’Empire Palpatine.
– Jerec à Tash et Zak Arranda, Mammon Hoole, Fandomar et Hodge.

Le Haut Inquisiteur Jerec.
(image extraite de “Star Wars Galaxies Trading Card Game : The Nightsister’s Revenge”).

V – La capture de Qu Rahn :

Cependant, environ un an après la bataille d’Endor, Jerec fut contacté par l’ancien prophète Cronal, qui lui révéla que l’Empereur Palpatine était en réalité vivant, et observait les événements galactiques depuis le Noyau Profond au centre de la galaxie. Blackhole chargea Jerec de trouver la légendaire Vallée des Jedi pour la gloire de l’Empereur, et Jerec promit sa soumission au dictateur réincarné, donnant à Cronal le Vengeance II pour le ramener sur la planète Byss, en signe de son engagement. Ce que Blackhole ne pouvait pas savoir, c’est que Jerec était déjà à la recherche de la vallée, non seulement au nom de l’Alignement de Pentastar, mais aussi au nom de ses anciens mentors, les vrais Prophètes du Côté Obscur. Stratège, Jerec tira des ressources des trois partis dans l’intention d’être le seul vrai vainqueur à la fin. Jerec envoya plusieurs de ses agents sur la planète Dorlo, afin de capturer un maître Jedi du nom de Qu Rahn, qui pouvait en savoir beaucoup sur l’objectif absolu de Jerec : la Vallée des Jedi. Le super destroyer Vengeance se plaça en orbite de Dorlo, puis Sariss, Yun et Maw furent dépêchés sur place avec quelques hommes. Jerec attendit un moment, mais ne put s’empêcher de contacter ses subordonnés. Par holo-communication, Jerec tomba sur un officier impérial, qui lui passa immédiatement Sariss. Lorsque Sariss le salua, Jerec se contenta de lui demander si elle avait capturé leurs cibles, bien qu’il connaissait la réponse. Jerec n’avait pas répondu à la salutation de la jeune femme intentionnellement, afin de la déstabiliser comme il aimait tant le faire avec les autres. Toutefois, Jerec connaissait déjà la réponse de Sariss… Comme il s’y était attendu, Sariss lui répondit qu’elle n’y était pas parvenue, mais lui assura toutefois que ce serait bientôt fait. En lui répondant, la Jedi Noire l’avait appelé “mon seigneur”. Personne hormis elle ne l’appelait de cette manière. Jerec savait pertinemment que c’était une des tentatives de Sariss de le manipuler, et il aimait cela. Jerec était plus ou moins satisfait du rapport de Sariss, mais commençait à perdre patience. Finalement, les rebelles furent repérés et pris en chasse. Les esquifs sur lesquels se trouvaient Sariss, Yun et Boc furent détruits par le vaisseau des rebelles, mais aucun des trois Jedi Noirs ne fut tué. Finalement, grâce aux chasseurs TIE et à un autre Jedi Noir du nom de Boc Aseca, le vaisseau ennemi fut abordé. Les commandos impériaux utilisèrent un gaz soporifique pour endormir les rebelles et les emmener rapidement à bord du Vengeance. A leur réveil, les survivants rebelles et Qu Rahn furent amenés sur le pont, devant Jerec qui attendait dans l’ombre. Le maître Jedi tenta de repousser la malveillance qui émanait de Jerec avec le Côté Lumineux de la Force, et une bataille d’esprit venait de commencer. Tout les Jedi Noirs au service de Jerec étaient également sur le pont : Sariss, Yun, Boc, Pic, Gorc et Maw, sans compter plusieurs commandos et les membres d’équipage. Jerec, qui tournait le dos à tout le monde, attendit que tous soient en place, et se retourna pour faire face au capitaine Sysco, qui l’informa que les prisonniers étaient prêts à être interrogés. Jerec se contenta de hocher la tête. Il sentait la présence de Rahn à travers la Force comme on sentait une flamme brûler la chair de sa main. Jerec avait conscience que même ici, entouré des ténèbres, il restait un homme dangereux. Le Jedi Noir ressentit même de la terreur, ce qui le rendit furieux.

Il ne pouvait supporter de ressentir ce genre de choses, seuls les autres étaient terrifiés à son approche. Se tenant à cinq mètres de ses sujets, Jerec s’adressa à Rahn et lui demanda qui étaient les trois autres rebelles capturés, des servants sans doute. L’un d’eux, un Klatooinien du nom de Rolanda Gron, assura qu’il parlait en son propre nom et qu’il n’apprendrait rien à Jerec. Le Haut-Inquisiteur mesura les paroles du rebelle et accepta son refus d’obtempérer. Alors, Jerec ordonna son exécution. Pic se jeta sur le rebelle et lui planta une dague dans la gorge, avant de récupérer son arme une fois sa cible abattue. A présent que Jerec avait obtenu l’attention de Rahn, il lui ordonna de lui indiquer l’emplacement de la Vallée des Jedi, ou au moins l’endroit où trouver ses coordonnées. Jerec promit qu’en échange, il offrirait à Rahn et ses compagnons une mort douce. Dans le cas contraire, leurs souffrances ne connaitraient pas de limite. Malgré cela, Qu Rahn refusa catégoriquement de révéler quoique ce soit à Jerec. Alors, Jerec se tourna vers Yun et lui somma de leur faire une démonstration. Un autre rebelle du nom Nij Por Ral se mit à genoux et implora pitié, affirmant que Rahn détenait les informations qu’il cherchait. Yun laissa une chance au Jedi, mais celui-ci refusa de nouveau. L’instant suivant, Yun assassinait Por Ral. Jerec prit de nouveau la parole et lui fit la morale. Mais encore une fois, Qu Rahn et le dernier rebelle, Duno Dree, refusèrent. Boc tua le rebelle, et lorsque Rahn se libéra, Maw lui asséna de puissants coups pour le calmer et le maintenir en place. Rahn accepta la mort, mais Jerec posa une main sur son épaule et lui assura que cela se ferait en temps voulu. Pour l’heure, il n’en avait pas fini. Jerec étrangla Qu Rahn avec la Force et s’infiltra dans son esprit, mais relâcha finalement son étreinte lorsqu’il eut obtenu les informations désirées. Il annonça à Rahn que son ami Morgan Katarn était lui aussi mort dans la souffrance, mais qu’il avait gardé son secret dans la mort. Néanmoins, grâce au conseil de Rahn, Katarn avait laissé un indice derrière lui : la carte de la Vallée des Jedi pouvait être récupérée dans la vieille ferme des Katarn. Jerec savait à présent quoi et où chercher. Alors que Jerec s’éloignait, Qu Rahn usa de la Force pour s’emparer de son sabre laser, accroché à la ceinture de Yun. Les Jedi Noirs se mirent en alerte et tentèrent d’arrêter Rahn, mais le maître Jedi comptait bien se défendre. L’un après l’autre, les sbires de Jerec et tentèrent de neutraliser le Jedi. Lorsque Boc tomba à terre, les tendons de ses jambes tranchées, le capitaine Sysco dégaina son arme. Toutefois, Jerec l’empêcha d’intervenir, estimant qu’un entraînement ferait du bien à ses suivants. Sysco fut contraint d’obéir et rengaina son arme. Durant le combat, Sariss s’opposa à Qu Rahn, mais échoua à percer ses défenses. Ensuite, Maw fut tranché en deux par le Jedi, et des médecins évacuèrent le haut de son corps. Gorc fut désarmé peu après, et lorsque Pic s’apprêta à bondir, Jerec décida qu’il était temps d’en finir. Il lança sur Qu Rahn une puissante décharge d’énergie, qui le projeta en arrière et le fit chuter. Alors qu’il tentait de se relever, Jerec alluma son sabre laser et trancha la tête du Jedi. Jerec regarda autour de lui – comme s’il pouvait voir – et désactiva son sabre laser. Il ordonna qu’on nettoie la pagaille, qu’on mette le cap sur Sulon et qu’on prépare quelque chose de spécial pour l’occasion. Après tout, la Vallée des Jedi serait bientôt à lui. Jerec quitta le pont, suivit par les Jedi Noirs qui pouvaient encore marcher.

Cela manque d’élégance. Mais la mort est rarement élégante. Et qu’en est-il de la pitié dont vous autres aimez tant parler ? Je ne vois pas en quoi vos méthodes diffèrent des miennes. Donnez-moi les coordonnées.
– Jerec à Qu Rahn, juste avant de faire tuer Duno Dree (traduit de l’anglais).

Jerec use de la Force pour soutirer des informations à Qu Rahn, avant de le tuer.
(image extraite de “Dark Forces : Soldier for the Empire“)

VI – Localisation de la Vallée des Jedi :

Quelques temps plus tard, 8t88 informa Jerec que Kyle Katarn, devenu un traître à l’Empire, lui avait donné rendez-vous sur Nar Shaddaa, dans le bar du nom de “Rimmer’s Rest” (littéralement le “Repos de la Bordure”). Estimant qu’il mourrait, Jerec ne s’immisça pas dans cette rencontre. Malheureusement, lors de cette rencontre, Kyle Katarn parvint à s’emparer d’un disque holographique verrouillé que 8t88 avait récupéré dans la maison de Morgan Katarn. Ce disque contenait des informations très précieuses sur la localisation de la Vallée des Jedi. Quelques temps plus tard, 8t88 contacta Jerec, alors qu’il se trouvait à bord du Vengeance. Le droide était parvenu à digitaliser une carte tridimensionnelle holographique des coordonnées de la Vallée des Jedi, obtenue dans la maison de Kyle Katarn, et l’avait transmise au Vengeance. A présent, Jerec savait comment trouver la Vallée… Enfin, après toutes ces années, il aurait le pouvoir de contrôler l’univers entier, une position qui était faite pour lui. Bien entendu, Jerec ne pouvait pas voir 8t88, malgré la taille gigantesque de sa représentation holographique (onze mètres de large sur huit mètres de haut). Toutefois, il pouvait aisément imaginer l’apparence du droide, ainsi que la représentation de la carte. Il aimait prétendre qu’il pouvait voir, afin de nourrir les mythes à son sujet, mythes qui multiplieraient davantage son pouvoir. Jerec félicita 8t88 pour son travail, et lui indiqua qu’il obtiendrai son paiement à bord de l’Etoile de Sulon, un cargo situé dans une station de ravitaillement, à l’extérieur de Baron’s Hed. Ensuite, il tourna le dos à la projection holographique du droide après que ce dernier l’ai salué. Jerec sentait la présence de Sariss, et lui ordonna donc de préparer le Vengeance pour une entrée en hyperespace. Sariss obéit aussitôt, et le super destroyer fila à travers les étoiles, accompagné par au moins trois autres destroyers stellaires, en direction de la planète Ruusan. Gorc et Pic, deux des Jedi Noirs affiliés à Jerec, étaient restés à bord de l’Etoile de Sulon pour éliminer 8t88. Toutefois, Jerec ne les reverrait jamais, puisqu’ils seraient tués par Kyle Katarn peu de temps après s’être occupé du droide. Une fois en orbite autour de Ruusan, Jerec s’isola dans ses quartiers privés. La pièce, immense, était pourtant vide, à l’exception d’une chaise, d’une couchette, et d’un bol en cristal rempli d’une multitude de petites pierres noires. Parmi les privilégiés autorisés à accéder à cette pièce, certains pensaient que le manque d’objets était dû au fait que Jerec était aveugle. D’autres pensaient que c’était dû à la discipline sévère que les Jedi lui avaient imposé. Mais tous se trompaient. En vérité, Jerec n’accordait aucune importance aux choses matérielles, pas tant qu’elles ne servaient pas son pouvoir. Pour Jerec, posséder le pouvoir, c’était choisir où et quand les choses devaient se trouver. Jerec s’installa dans son siège confortable et laissa la seconde symphonie de Borna le submerger. La musique qu’il entendait était une protestation contre l’Empire, qui avait été composé par Borna, un rebelle mort à ce jour. Jerec, qui appréciait tant cette mélodie, regretta presque que le rebelle soit mort si jeune. Ensuite, le Jedi Noir glissa ses doigts dans son bol en cristal et senti au toucher qu’elles avaient toute une forme et une texture différentes, certaines étaient douces et fraîches, d’autres chaudes et rugueuses. Jerec en choisit une qui lui inspirait une étoile et la porta jusqu’à son nez. Là, il éclata la coque, et une odeur de fleur sauvage emplit ses narines, accompagnant la douce musique. Jerec se plu à imaginer son futur, le trône sur lequel il s’assiérait, et le pouvoir qu’il détiendrait. Bientôt, grâce à Ruusan et la Vallée des Jedi, il serait le maître de l’univers. C’est alors qu’un coup très léger retenti contre la porte, si léger que Jerec aurait pu l’ignorer si telle avait été son envie.

Toutefois, il savait que Sariss se tenait derrière la porte et souhaitait entendre son rapport. Il l’autorisa à entrer, puis glissa de nouveau ses doigts dans son bol de cristal. Il en ressorti une pierre triangulaire qu’il tendit vers Sariss. La jeune femme sembla aussitôt se méfier, car pour Jerec, il s’agissait d’un jeu d’autorité visant à tester sa réaction et son audace. Auparavant, Jerec avait déjà eu recours à ce petit jeu avec Sariss. Lorsque la jeune femme avait brisé la coque de la pierre, une odeur de pourri avait empli l’air environnant. Boc, présent à ce moment-là, avait éclaté de rire. En voyant son hésitation, Jerec lui demanda si elle comptait refuser une offrande de sa part. Sariss répondait que non et remercia même Jerec, avant de prendre la pierre et de la fourrer dans sa bouche. Au grand soulagement de Sariss, il ne s’agissait que d’une pierre au sirop de vanille. Impressionné, Jerec souhaita à présenter entendre le rapport de Sariss. Selon elle, la phase de reconnaissance était terminée, et la phase deux était en cours. Aussitôt, elle tendit un holo-projecteur, qui afficha un hologramme de la planète Ruusan. Bien entendu, Jerec ne pouvait pas la voir, mais il aimait le faire croire à ses subordonnées. Sariss lui décrivit les caractéristiques de Ruusan, telles que l’atmosphère, la gravité, la composition des sous-sols, et mentionna la présence de vieilles mines abandonnées qui dataient de milliers d’années. Jerec lui demanda si ces mines étaient proches, voire à l’intérieur de leur objectif, mais Sariss répondit négativement. D’après elle, les sondes n’avaient rien trouvé, et ces mines n’étaient pas reliées à des dépôts de minerai suffisamment riches. Sur demande de Jerec, Sariss poursuivit son rapport, décrivant deux cultures : la première, une espèce regroupant environ vingt-mille individus peu évolués, qui semblaient être l’espèce dominante, bien que d’anciens artefacts pourraient prouver l’existance d’un autre peuple ancien. La seconde, un regroupement de rebus humains vivant au sein d’un campement fortifié de classe II, selon les sondes. Jerec fut surpris qu’ils aient bâti une installation militaire. Sariss lui révéla qu’il s’agissait d’un regroupement de contrebandiers qui avaient bâti un fort pour protéger leurs marchandises. Les locaux l’appelaient le Fort Nowhere. Lorsque Sariss précisa qu’ils pourraient lancer leur attaque dès le lendemain, Jerec lui ordonna de laisser les troupes en retrait pour le moment. En effet, il préféra envoyer Sariss, Yun et Boc rendre visite aux habitants de Fort Nowhere, afin d’en apprendre le plus possible sur eux. Sariss souhaita connaître la raison de cette décision, car elle pensait qu’une telle visite alerterait les rebelles et causerait d’avantage de pertes à leurs troupes en cas d’attaque. Jerec lui demanda si elle doutait de leurs chances de victoire, mais Sariss répondit évidemment que non. Jerec tint à lui faire comprendre qu’il avait toujours une raison d’agir. Il y avait énormément de questions pertinentes et de raisons logiques qui l’avait poussé à faire ce choix. Alors, Sariss lui promis que ses ordres seraient exécutés et se retira. Après qu’elle fut parti, Jerec s’empara d’une nouvelle petite pierre – qui avait la forme de Ruusan – et la glissa dans sa bouche. Elle avait le goût de cannelle et contenait un léger poison. En repensant à la gêne que Sariss avait expérimentée auparavant, Jerec sourit, puis se mit à rire. La Vallée des Jedi se rapprochait un peu plus à chaque instant.

Ces gens ont longtemps vécu sur cette planète. Connaissent-ils l’existence de la Vallée ? Et si c’est le cas, ont-ils pillé les chambres ? Et s’ils l’ont fait, qu’est-il arrivé aux objets trouvés sur place ?
– Jerec énumérant à Sariss les questions qui l’ont poussé à annuler l’attaque (traduit de l’anglais).

Sariss décrit Ruusan à Jerec.
(image extraite de “Dark Forces : Jedi Knight“)

Le lendemain, Sariss, Yun et Boc quittèrent le Vengeance à destination de Fort Nowhere. Ils rencontrèrent les habitants et les interrogèrent, puis fouillèrent la colonie. Alors que ses subordonnés étaient toujours à bord de leur navette Lambda, Sariss contacta Jerec alors qu’il se trouvait sur le pont de son vaisseau. Il écouta le rapport de son élève, puis lui demanda ce qu’elle en concluait. Sûr d’elle, Sariss affirma qu’au vu de la pauvreté de la colonie, et de la misère dans laquelle ses habitants vivaient, il était certain que la Vallée des Jedi n’avait pas été découverte. Satisfait de sa réponse, Jerec ordonna à Sariss de détruire la colonie. Bien vite, un contingent armé, soutenu par des escadrilles de chasseurs TIE, se ruèrent sur la planète, dans le but de détruire Fort Nowhere. Malgré quelques pertes, la colonie fut vite mise à sac, et le fort fut rasé, rares étant les survivants. Ensuite, Jerec fit construire une grande tour sur Ruusan qui lui servirait de quartier général. Plus tard, Jerec souhaita envoyer Yun sur Ruusan, car il avait une mission à confier au jeune homme, qu’il considérait comme un élève prometteur mais en proie au doute de lui-même. Jerec était dans ses quartiers personnels, et rangeait ses affaires dans un casier (car bien qu’il avait peu de possessions, il détestait que d’autres n’y touchent), lorsqu’on frappa à la porte. Il reconnu la présence de Yun et le laissa donc entrer. Il le remercia d’être venu, et lui assura qu’il avait besoin de lui. En effet, la construction de la tour serait bientôt achevée, et il partirait pour la surface dans une heure. Jerec, qui avait demandé à Yun d’étudier les relevés du balayage topographique, lui demanda ce qu’il en concluait. Yun avait remarqué une grande vallée, remplie de milliers de tombes Jedi, investie de leur pouvoir. Jerec souhaita e savoir davantage, et Yun ajouta qu’il y avait également un réseau de cavernes, certaines vides, d’autres remplis d’artefacts ayant possiblement de la valeur. Tout en refermant sa malle, Jerec médita sur la présence de ces artefacts… Il pensait qu’ils avaient à peine assez de valeur pour rentabiliser le coût de sa flotte, et éloigner ses rivaux impériaux. Jerec trouvait plus que stupide l’attitude des autres impériaux, qui ne comprenaient pas la valeur du pouvoir infini qui se trouvait à portée de main, là, dans la Vallée des Jedi. Toutefois, il acceptait cela, et leur donnerait le butin qu’il désiraient. Et ce butin, ils l’obtiendraient grâce à Yun. Lorsque le jeune homme demanda ses ordres, Jerec lui indiqua qu’il allait l’accompagner à la surface, trouver le major Vig et reprendre le contrôle de ses troupes. Yun ne sembla pas comprendre, estimant que Vig était suffisamment compétent. Mais Jerec lui révéla une toute autre vérité : les recherches organisées par ses hommes avaient réveillé de nombreux esprits Jedi et Sith, qui s’étaient mis à effrayer les troupes, à hurler dans les couloirs et à semer le chaos. Ainsi, le major Vig était débordé. Comprenant mieux les raisons qui avaient poussé Jerec à le choisir, Yun se retira afin de préparer ses affaires. Lorsque la présence de Yun s’estompa, Jerec esquissa un sourire, car même les meilleurs lames devaient être mises à l’épreuve. Peu après, Yun rejoignit Jerec à la navette en partance pour Ruusan. Au cours de leur descente, Jerec se montra tout à fait charmant avec son élève, et lui raconta de nombreuses histoires, que Yun sembla beaucoup apprécié au vu des rires qu’il lâchait à la fin de chacune d’elles. A leur arrivée, Jerec salua Yun et ils se quittèrent là.

Jerec passa un temps au sein de son nouveau quartier général, que Yun avait réussi à pacifier en repoussant les esprits dérangés des Jedi et des Sith, morts un millénaire plus tôt. Il “regarda” un moment à travers une verrière en transparacier, tentant de ressentir le pouvoir de la Vallée des Jedi, qu’il savait sur le point d’obtenir. Il était capable de percevoir la tempête métaphysique qui faisait rage autour de la Vallée. Il s’imagina prendre le contrôle de l’Empire, puis se ravisa : il ne voulait pas des restes de ce que Palpatine avait formé. Il souhaitait quelque chose de beaucoup plus vaste, de jamais vu. Son empire s’étendrait alors aux autres galaxies, jusqu’à englober tout ce qui existait et ce qui existerait à jamais. Toutefois, il lui fallait être prudent, puisque les forces qui retenaient les esprits dont il avait besoin s’étaient affaiblis au fil du temps. La reconstruction était en cours afin que les esprits ne s’échappent pas de la Vallée, ce qui serait pour lui et ses projets plus que désastreux. Soudain, un lieutenant se présenta à Jerec, afin de lui faire un rapport concernant du droide sonde AD-143. Apparemment, trois humains et un alien auraient traversé le périmètre deux et se dirigeraient vers eux. Malheureusement, le droide sonde avait été détruit, et le rapport s’arrêtait là. D’autres sondes avaient été déployées mais n’étaient pas encore arrivées sur zone. Jerec pris un moment pour réfléchir au rapport du lieutenant, mais à présent que la Vallée des Jedi était sous son contrôle, rien ne le pressait. Il avait encore besoin de temps pour se préparer, mais plus encore pour savourer le pouvoir qui était à portée de ses mains. Le Jedi Noir projeta son esprit à l’extérieur de la tour, et repéra une fuite d’énergie obscure. Alors, il draina son pouvoir et senti son être se développer, de plus en plus grand, jusqu’à ce que son esprit ne soit partout et qu’il ne fasse plus qu’un avec le tissu interne obscur de la Force elle-même. A présent, il ressentait tout ce qui l’entourait : le lieutenant situé à quelques mètres, terrifié et désireux de fuir ; Sariss, bouillonnante d’idées malfaisantes ; Boc, savourant le déconfort d’un individu ; Yun, hésitant et en proie au doute ; Maw, qui cherchait à exprimer sa rage. C’est alors qu’il senti la présence des intrus, plus près qu’il ne l’aurait pensé. Parmi eux, Kyle Katarn, qui semblait avoir changé. Jerec comprit que l’homme avait développé ses talents de Jedi, chose pas vraiment inattendue, mais surprenante. Jerec se dit que Katarn avait appris les voies de la Force par ses propres moyens, mais lé vérité frappa vite son esprit : L’esprit du Jedi Qu Rahn était à ses côtés. Jerec ressentit un accès de peur, mais parvint à la contrôler. Il souhaiter écraser de suite tout ce qui se trouvait sur son chemin, éliminer la menace dès que possible. Toutefois, la menace n’était pas immédiate, et Jerec savait que toute personne avait une faiblesse. Il utiliserait cette faiblesse pour retourner Katarn contre les siens. Satisfait, il ordonna au lieutenant de maintenir la surveillance et de la tenir informé. L’officier obéit aussitôt et quitta les lieux, laissant ainsi Jerec à ses contemplations.

Jerec et Yun en partance pour Ruusan.
(image extraite de “Dark Forces : Jedi Knight“)

VII – Un pouvoir absolu :

La faiblesse de Kyle Katarn était représentée par un des intrus qui l’accompagnait : une jeune femme nommée Jan Ors, dont il s’était pris d’affection. Sur ordre de Jerec, Jan Ors fut capturée par des commandos, puis emmenée à bord d’un transport. Le Jedi Noir se décida à revoir Kyle Katarn, accompagné de ses sbires. Jerec, Sariss et Boc attendirent dans l’ombre que Maw n’affronte Katarn. Le duel entre les deux belligérants fut intense, mais rapidement, Katarn prit l’ascendance sur Maw. Lorsque ce dernier se retrouva au sol, Katarn hésita à l’achever. Alors, Maw se moqua de lui, rappelant qu’il avait pleuré comme un bébé avant que Jerec ne le tue, et que Maw lui-même avait planté sa tête sur une pique. Envahi par la colère, Katarn trancha Maw en deux. Plus que satisfait, Jerec émergea d’un turbo-ascenseur, Sariss, Yun et Boc à leurs côtés, mais aussi avec Jan Ors comme prisonnière. Katarn sembla surpris de les voir, et Jerec lui assura que son voyage vers le Côté Obscur avait commencé, bien que ce n’était que le début. Boc puis Jerec bousculèrent Ors, qui tomba à terre. Là, Jerec ordonna à Katarn de la tuer et d’embrasser sa véritable destinée. Jerec sentait l’ambition et la soif de pouvoir de Katarn qui grandissait en lui. Mais finalement, Katarn refusa catégoriquement de céder. Jerec invoqua l’énergie de la Vallée des Jedi et la redirigea vers Katarn, qui fut violemment projeté en arrière. Le Jedi termina sa volée dans le ventre de l’Etoile de Sulon (le transport à bord duquel était venu Katarn sur Ruusan) situé plus loin. La puissance du souffle fit endommagea les systèmes du vaisseau et le fit chuter. Quelques instants plus tard, il s’écrasa violemment en contrebas. Jerec envoya donc ses trois serviteurs chercher Katarn, qu’il soit en vie ou non. Boc garda Jan Ors prisonnière et l’emmena plus loin dans la Vallée, tandis que Jerec, fin prêt à s’accaparer le pouvoir de la Vallée des Jedi, partit en son coeur. Peu après, Katarn fut retrouvé par Sariss et Yun, qui avait réussi à s’échapper de justesse grâce au Raven’s Claw, avant que ce dernier ne se crash lui aussi. Yun sauva la vie du Jedi, se sacrifiant pour empêcher Sariss de le tuer. L’instant d’après, la Jedi Noire était tuée par Katarn dans un duel de sabre laser. Boc ne tarda pas à rejoindre ses compagnons dans la mort, lorsque Katarn forma une lance d’obscurité – une technique issue du Côté Obscur – pour la planter dans le torse du Twi’lek. Jerec, qui avait ressenti la mort de Boc, projeta sa voix dans l’esprit de Katarn, lui assurant que pour la deuxième fois, il avait fait appel au Côté Obscur. Jerec ordonna de nouveau à Katarn de tuer Jan Ors, de rompre ses liens avec son passé et d’embrasser son destin. Le pouvoir était là, partout autour d’eux, et n’attendait que d’être saisi. Mais Katarn refusa de nouveau, et suivit les traces de pas de Jerec pour remonter jusqu’à lui. Lorsque Katarn se retrouva devant lui, Jerec avait déjà commencé son absorption du pouvoir de la Vallée. Au centre d’un édifice, au milieu de la Vallée, Jerec frémissait sous le pouvoir qui traversait son corps, et de la lumière jaillissait de ses cavités oculaires vides. Le sol tremblait, à tel point qu’il était difficile de tenir sur ses jambes, et des morceaux de pierre s’écroulaient un peu partout. Jerec, dont la voix résonnante semblait venir de partout à la fois, enclint Katarn à le rejoindre et à partager son pouvoir. Pendant un moment de lucidité, l’omniscience absolue fut sienne. La volonté de la Force, le Chaos, les anciennes civilisations des Rakatas et Xim le Despote, ce qui se trouvait au-delà de la barrière galactique, et les origines de l’univers… Jerec les comprenait tous, et doté de pouvoirs de Force au-delà de l’imagination, il aurait gouverné en conséquence. Katarn se contenta d’activer son sabre, déterminé à arrêter Jerec. Il semblait que les esprits de la Vallée comptaient sur lui pour ne pas être aspirées par Jerec. Ce dernier choisit d’ignorer les voix et le sabre de Katarn. Jerec tint à lui faire comprendre qu’il était dans l’erreur.

Tes efforts servent la mauvaise cause. Les entends-tu ? Gémissant et pleurnichant ? Est-ce là ce que tu souhaites devenir ? Une voix de plus dans ce concert dédié à la faiblesse ?
– Jerec à Kyle Katarn (traduit de l’anglais)

Le Jedi Noir se retourna enfin vers Katarn, puis tendit la main et déclencha une explosion, qui propulsa son adversaire en dehors de la chambre jusque sur le sol de la Vallée. Un vent glacial balaya la Vallée, décrivant un cercle, avant de prendre de la vitesse. Bien vite, de la poussière et des débris furent aspirés dans le tourbillon. Jerec se mit à léviter en son centre, de plus en plus haut, lorsque de larges pavés se mirent à voltiger dans les airs. C’est alors que Katarn se rapprocha de nouveau, puis usa de la Force pour créer un mur de lumière, une sorte de cocon qui se referma sur Jerec, le privant momentanément de la Force. Jerec expérimenta une sensation de chaleur et de paix, quelque chose de magnifique. Soudain, coupé du pouvoir de la Vallée, il se mit à chuter. Il lutta pour rester dans les airs, mais continua de tomber. Jerec essaya alors de briser le cocon dans lequel il était enfermé, mais il était trop tard : Jerec percuta le sol, et les rochers qui s’étaient élevé avec lui s’écrasèrent quelques instants plus tard. Bien que sonné et gravement contusionné, Jerec était tout de même conscient. Il sentit que Katarn était au dessus de lui, sabre laser à la main, et que son arme, située à dix mètres de lui, lui était inaccessible. Jerec, n’ayant jamais fait preuve de pitié pour quiconque, n’en attendait pas pour lui même. Il ordonna à Katarn de le tuer, afin que le pouvoir de la Vallée lui revienne. Afin de mettre en colère le Jedi et lui faciliter la tâche, Jerec lui rappela que c’était lui qui avait assassiné son père, et qu’il l’avait peut-être oublié. Toutefois, Katarn ne réagit pas comme prévu. Il n’avait pas oublié, et n’oublierai jamais. Il s’empara du sabre de Jerec, et le tendit à celui-ci. Jerec, savourant la stupidité du Jedi, activa sa lame et se prépara au combat. Le duel fut très court : après un rapide enchaînement complexe, Jerec vacilla, offrant une ouverture dans sa garde. Le sabre laser de Katarn trancha son flan, s’enfonça à l’intérieur de son corps et s’arrêta au niveau de son épine dorsale. Presque tranché en deux, Jerec mit un moment à réaliser ce qui s’était passé. Il réalisa que sa vie touchait à sa fin, et qu’il allait entamer le long voyage dans le royaume des morts. “Grâce” à son illumination dans la Force quelques instants plus tôt, Jerec était bien conscient de la torture sans répit qui l’attendait là-bas. S’il avait possédé un lien plus profond avec la Force Unifiée, Jerec aurait pu prévoir le rôle que Kyle Katarn jouerait dans sa chute. Lorsque le corps de Jerec commença à tomber, il sembla perdre toute substance tandis que la Force s’en échappait, et s’effondra comme une ombre sur le sol. A sa mort, les esprits de la Vallée furent finalement libérées, après un millier d’années. Avec la mort de Jerec prit fin une nouvelle menace, une menace qui aurait pu changer la face de l’univers entier à jamais. Cependant, on ignore totalement de ce qu’il advint des troupes impériales de Jerec, et de son super star destroyer, le Vengeance.

Héritage :

Sept ans plus tard, un Jedi Noir du nom de Desann, commandant en second de l’Empire Ressuscité, tenta de retrouver la Vallée des Jedi. Ayant entendu parler des exploits de Jerec, il fut motivé par le pouvoir que la Vallée avait à offrir, dans le but d’octroyer la Force à ses nombreux disciples et soldats, grâce au typhon de Force qui brillait en son sein. Lorsque Desann rencontra Kyle Katarn, alors coupé de la Force, il aura du mal à croire que le rebel ait pu vaincre un Jedi Noir de la trempe de Jerec, lui qui ressemblait plus ç un singe-lézard kowakien boursoufflé… Jerec restera dans l’imaginaire collectif comme quelqu’un de très intelligent, calculateur et méfiant, mais aussi comme un individu pragmatique d’une extrême cruauté,  avide de pouvoir et possédant un égo démesuré, parfois comparé à l’Empereur Palpatine lui-même.

En savoir plus – incohérences :

  • Dans le guide “The Dark Side Sourcebook“, il est écrit que Jerec a rassemblé ses six Jedi Noirs avant la bataille d’Endor. Pourtant, il est précisé sur la fiche databank de Sariss que cette dernière a rejoint Jerec après la bataille d’Endor. La fiche databank étant prioritaire car affichée directement sur le site de StarWars.com, c’est elle que nous avons choisi de prendre en compte.
  • Toujours selon le guide “The Dark Side Sourcebook“, le “Offizielle Star Wars Fact File 059” et bien d’autres sources, Jerec est mentionné comme un humain. Cependant, le “Dark Forces Saga, part 6“, et la “The Complete Star Wars Encyclopedia“, plus récents, précisent bien qu’il s’agit d’un Miraluka, confondu à tort avec un humain aveugle.
  • Selon le “Power of  the Jedi Sourcebook“, Jerec a entendu parler de la Vallée des Jedi lorsqu’il était encore archéologue pour l’Ordre Jedi, et il l’a recherché pendant un temps. Toutefois, si l’on se réfère à “The Dark Forces Saga, Part 6“, c’est Cronal qui a parlé de la Vallée des Jedi à Jerec, lorsque celui-ci à fait son entrée dans l’Inquisitorius. On peut aisément imaginer, de façon toute à fait officieuse bien sûr, que Cronal n’a fait que donner de plus amples informations à Jerec, qui connaissait déjà ce lieu depuis des années.
  • Dans le roman “Dark Forces : Rebel Agent“, Maw est illustré sur Dorlo lévitant sans jambes. Hors, il est censé en avoir, puisqu’il est tranché en deux à bord du Vengeance par Qu Rahn, après sa mission sur Dorlo qui consistait justement à capturer le Jedi.
  • Dans le jeu “Dark Forces II : Jedi Knight“, Jerec affronte Kyle Katarn dans un long duel au sabre laser avant d’être désarmé. Or, dans le roman “Dark Forces : Jedi Knight“, il est précisé que Jerec n’affronte Katarn qu’une fois son pouvoir coupé de la Vallée, le duel au sabre laser est donc inexistant. Le roman étant canoniquement prioritaire, c’est lui qu’il faut donc prendre en compte.

Jerec obtient le pouvoir absolu de la Vallée des Jedi, alors même qu’il fait face à Kyle Katarn.
(image extraite de “Dark Forces : Jedi Knight“)

Liste des œuvres :

Romans :
– “Dark Forces : Soldier for the Empire”
– “Galaxie de la peur tome 9 : Le monstre caché”
– “Dark Forces : Rebel Agent”

– “Dark Forces : Jedi Knight”

BD/Comics :
– “Clone Wars tome 7 : Les Cuirassés de Rendili” (mentionné par Obi-Wan Kenobi)

Jeux vidéos :
– “Dark Forces II : Jedi Knight”
– “Mysteries of the Sith” (mentionné dans le texte défilant)
– “Jedi Knight II : Jedi Outcast” (mentionné par Desann)
– “Jedi Knight II : Jedi Outcast – démo” (mentionné dans le texte défilant)

Nouvelles :
– “SkyeWalkers : A Clone Wars Story” (mentionné)

Audio dramas :
– “Dark Forces : Soldier for the Empire”
– “Dark Forces : Rebel Agent”

– “Dark Forces : Jedi Knight”

Jeux de cartes :
– “Star Wars Galactic Files Topps 2012” (carte #198 “Jerec”)
– “Star Wars Galaxies TCG – The Nightsister’s Revenge” (carte “Jerec”)
– “Star Wars The Card Game – Heroes and Legends” (carte “Jerec”)

– “Star Wars The Card Game – Heroes and Legends” (carte “Scouring the Empire”)
– “Star Wars The Card Game – New Alliances” (carte “Dark Genocide”)
– “Star Wars The Card Game – Knowledge and Defense” (carte “The Plan of the Prophetess”)

Databank (Legends) :
– “Aseca, Boc
– “Katarn, Kyle
– “Nu, Jocasta
– “Sariss

Guides et encyclopédies utilisés en supplément :

– “Ask the Master” (Insider 85)
– “Behind the Magic”
– “Building a better Jedi – Justin Chin on Dark Forces II” (Insider 31)
– “Das offizielle Star Wars Fact File 59” (version allemande uniquement – DUN 1-4)
– “Light and Dark : Kyle Katarn’s Tale, Mission 5” sur Wizards.com
– “Casualty Report : Order 66” (Insider 87 – Incident report #890-H – Jocasta Nu)
– “Game Room : Darth Vader’s Plenty Game” (Galaxy Magazine 11)
– “Game Room : Game Knights” (Galaxy Magazine 13)
– “Game Room : Playing with the Dark Side” (Galaxy Magazine 8)
– “Jedi Knight II : Jedi Outcast” (Star Wars Gamer 9)
– Jedi Knight – Dark Forces II : The Official Strategy Guide
– Jedi vs. Sith : The Essential Guide to the Force
– “Kyle Katarn’s Tale, Mission 5” sur Wizards.com
– Power of the Jedi Sourcebook (“Kyle Katarn, combat instructor”)
– Rogue Leaders : The Story of LucasArts (concept art de Jerec, “the main villain” par Peter Chan)
– Starships of the Galaxy – Saga Edition (partie “Super star destroyer”)
– Star Wars : L’Atlas
– “Straight from the Horse’s Mouth : Dark Forces Rising” (Insider 40)
– The Complete Star Wars Encyclopedia (“Jerec”; “Sariss”; “Aseca, Boc”; “Katarn, Morgan”; “Katarn, Kyle”; “Rahn, Qu”)
– “The Dark Forces Saga, Part 6” sur Wizards.com (parties “Jerec, Dark Jedi” et “Valley of the Jedi”)

– The Dark Side Sourcebook (“Jerec, Dark Jedi Master”)
– “The Emperor’s Pawns” (Star Wars Gamer 5)
– The Essential Chronology
– The Essential Reader’s Companion
– “The Imperial Warlords : Despoilers of an Empire, Part 1” sur StarWars.com
– The New Essential Chronology
– The New Essential Guide to Characters (entrées “Jerec”, “Kyle Katarn”, “Emperor Palpatine” et “Executor Sedriss”)

– The Official Starships & Vehicles Collection 27 (“Star Wars A-Z – Jerec”)
– The Official Starships & Vehicles Collection 30 (“Star Wars A-Z – Kyle Katarn” ; mention indirecte)
– The Official Star Wars Fact File 59 – version allemande uniquement (DUN1-4, Dunkle Jedi – Jerec)
– The Official Star Wars Fact File 124 (KAT2-4, Kyle Katarn)
– The Official Star Wars Fact File 129 (RUU2, Ruusan)
– The Official Star Wars Fact File 140 (KAT5, Kyle Katarn)
– Threats of the Galaxy
– “Who’s Who in the New Jedi Order (Insider 57)

Auteur : Ismir de Rómenna
Date de mise en ligne : 16/05/2021

Cette fiche a été lue 614 fois

Les commentaires sont fermés.